Fatigue oculaire : comment mieux protéger ses yeux des écrans ?

Entre smartphones, tablettes et ordinateurs, nous passons de plus en plus de temps devant des écrans, et nos yeux sont généralement les premiers touchés.

mains sur clavier d'ordinateur
© Glenn Carstens-Peters via Unsplash

Pour le travail ou le plaisir, nous passons chaque année un peu plus de temps devant des écrans, à raison de 2h26 par jour en moyenne en France, selon une étude de Médiamétrie datant de juin 2020. Il faut dire qu’entre nos smartphones, nos tablettes et nos ordinateurs, les tentations sont nombreuses. Oui mais voilà, si notre consommation augmente, notre seuil de tolérance a toujours ses limites. Irritation des yeux, maux de tête, insomnies et même effets à plus long terme sur la vue, la fatigue oculaire est un mal encore méconnu, mais déjà bien ancré dans nos vies quotidiennes.

Il faut pourtant être réaliste : entamer une détox numérique en arrêtant toute utilisation du smartphone ou de l’ordinateur est aussi contre-productif qu’irréalisable, surtout pour les nombreuses personnes qui travaillent toute la journée devant un écran. Pourtant, quelques précautions existent pour réussir à faire cohabiter notre santé oculaire avec notre amour des écrans.

Adopter une bonne hygiène de vie numérique

Pour éviter les yeux qui piquent après une heure d’écran, il est nécessaire d’adopter une bonne hygiène de vie numérique. Ainsi, assurez-vous que l’écran qui vous fait face est placé à une distance raisonnable de vos yeux, et que vous êtes positionnés correctement. Privilégiez aussi les pièces bien éclairées, et évitez de vous placer face ou dos à une fenêtre. Dans l’idéal, le mieux, est de conserver une lumière indirecte et une distance minimale de 50 cm entre les yeux et l’écran. Réglez aussi la luminosité et le contraste de l’écran dans une configuration confortable.

Évidemment, et dans la mesure du possible, il est conseillé d’éviter les sessions d’écran trop longues ou trop intenses. Faites des pauses régulièrement, et en cas de besoin, abusez des collyres, ces larmes artificielles vendues en pharmacie. Ces dernières permettront de compenser la sécheresse oculaire provoquée par les écrans, évitant ainsi bon nombre de migraines.

Privilégier les filtres anti-lumière bleue

Le phénomène est aujourd’hui bien connu, au point d’être devenu un argument de vente pour bon nombre de moniteurs et d’entreprises. Si les écrans abîment nos yeux, c’est en grande partie à cause de leur rayonnement de lumière bleue, qui provoque des effets phototoxiques à court terme (douleur et inconfort) mais aussi à plus long terme (sans qu’on soit toutefois capable d’en définir les symptômes précis). Pour gagner en confort visuel, mais aussi mieux dormir la nuit il est donc conseillé de privilégier les écrans dotés d’un filtre anti lumière bleue (virtuel ou physique), mais aussi, si besoin, de porter des lunettes adéquates. Aujourd’hui, la plupart des modèles proposent cette technologie en option. Des lunettes sans correction sont aussi disponibles dans le commerce.

Connaître ses faiblesses, et anticiper son âge

Lorsqu’on a des problèmes de vue, notre tolérance face aux écrans est inévitablement revue à la baisse. Alors plutôt que de se plaindre de notre migraine chronique, on file chez le médecin pour faire un check-up complet. Que l’on soit déjà corrigé ou non, notre vue est amenée à changer tout au long de notre vie, et plus particulièrement lors de grands bouleversements hormonaux (adolescence, grossesse, ménopause…). Que vous soyez myopes, hypermétropes ou astigmates, bien connaître votre vue vous permettra de corriger certains problèmes, tout en anticipant le reste. Pour en savoir plus, Le Monde a publié il y a peu un questionnaire destiné à mieux comprendre la fatigue oculaire selon son âge et sa vue.

Plusieurs solutions existent pour préserver nos yeux d’une surexposition aux écrans. Pour autant, il n’existe aucune solution universelle, et le mieux reste encore de consulter un spécialiste en cas de douleurs récurrentes.