5G : 1,7 milliard d’euros d’argent public pour investir dans les PME innovantes

Business

Par Olivier le

Maintenant que les infrastructures nécessaires à la 5G sont en cours de déploiement, le gouvernement veut accélérer les usages, en particulier dans les milieux industriels où cette nouvelle technologie est synonyme de productivité. Et pour ce faire, il va mettre la main à la poche.

© Mohamed Hassan de Pixabay

Les bénéfices de la 5G demeurent, à l’heure actuelle, encore floues pour les utilisateurs lambda de smartphones. Certes, il est possible de télécharger du contenu plus rapidement et de bénéficier d’une latence plus faible. Mais il faudra que les opérateurs et les développeurs produisent les nouveaux services qui achèveront de rendre la 5G indispensable.

Accélérateur de compétitivité

Mais pour les entreprises, la 5G a déjà des atouts susceptibles d’améliorer sérieusement leur productivité. Et c’est pourquoi le gouvernement a annoncé cette semaine des investissements significatifs pour financer des projets innovants : 480 millions d’euros de financement public seront mobilisés pour soutenir des projets prioritaires d’ici 2022, puis l’exécutif « vise jusqu’à 735 millions de financements publics d’ici 2025 pour mobiliser, par effet de levier, jusqu’à 1,7 milliard d’investissements d’ici 2025 », a expliqué Agnès Pannier-Runacher, la ministre déléguée à l’Industrie.

Les clients de la 5G doivent s’emparer « le plus vite possible » de cette technologie, a-t-elle souligné. Ces nouveaux réseaux peuvent changer « drastiquement » la manière d’opérer des entreprises et des PME, et représenter « un accélérateur de compétitivité ». L’enjeu est d’autant plus important que le reste du monde n’a pas attendu la France, le déploiement de la 5G dans l’Hexagone ayant pris beaucoup de retard.

En finançant des projets innovants, le gouvernement espère qu’à terme, ces investissements permettront de créer 20.000 nouveaux emplois à l’horizon 2025. Le marché de la 5G devrait alors peser 15 milliards d’euros. L’objectif de l’exécutif est de faire en sorte les entreprises aidées puissent réaliser « plus de la moitié de leur chiffre d’affaires à l’étranger » à cette date. Une partie des fonds mobilisés est puisée à même le fonds de France Relance, le plan à 100 milliards d’euros du gouvernement pour accompagner le rebond de l’économie après la crise sanitaire.

Source: AFP