Dossier

Les 10 films et séries à voir en avril sur Netflix

Cinéma

Par Julien Paillet le

Après un mois de mars marqué par de très bons films (Hercule, Spiderman) et par l’exclusivité Annihilation d’Alex Garland (critique ici), il est temps de faire un nouveau tour d’horizon des œuvres disponibles sur Netflix en avril.

Ce mois-ci encore, les abonnés de l’entreprise américaine pourront découvrir des métrages cultes (Sacré Graal ! The Blues Brothers,…) tout comme d’ambitieuses nouveautés exclusives au network (la relecture de la série des années 1960, Lost in Space).

Monty Python : Sacré Graal ! (1975)

Film culte par excellence, Sacré Graal est probablement l’oeuvre la plus populaire du collectif Monty Python. L’histoire suit le parcours du Roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde qui partent à la recherche du fameux Graal. Si quelques années plus tard John Boorman livrera la version terminale du mythe arthurien avec Excalibur (1981), les Monty Python en font de leur côté une sorte de farce grotesque et décomplexée. La scène avec le chevalier noir, totalement absurde, constitue à elle seule un des intérêts majeurs de voir ou revoir le film.

Il faut aussi se rappeler de la manière dont les réalisateurs Terry Jones et Terry Gilliam transcendent leur manque de moyen par des idées extrêmement inventives et surtout très drôles. Les chevaux sont ainsi ici remplacés par des montures fantômes. Un concept qui voit les acteurs mimer le fait de chevaucher l’animal, sans que ce dernier ne soit physiquement présent. L’une des meilleures comédies du genre.

 

The Blues Brothers (1980)

À sa sortie de prison, Jake Blues est emmené par son frère Elwood (également délinquant) à l’orphelinat de la Sœur Stigmata dans lequel ils ont été élevés. Ils apprennent ainsi que l’établissement catholique est surendetté et risque d’être rasé à moins de payer les arriérés de taxes foncières dans les onze jours.

Les deux frères Blues décident alors de partir en mission « pour le seigneur » et reconstituent leur ancien groupe de musique. Ils doivent avant cela retrouver la trace de chacun des musiciens. Leur quête de rédemption interpelle néanmoins la police et leur nouvelle tournée est truffée d’embuches.

Sur une idée plutôt simple, John Belushi et Dan Akroyd portent ce film plein d’énergie, bien épaulé par des stars de la musique comme Ray Charles, Aretha Franklin ou James Brown. L’occasion de profiter de scènes d’anthologie. Saupoudrez le tout d’humour et d’émotion, et vous vous retrouvez avec le film de toute une génération. John Landis nous fait ici voyager au cœur de la musique populaire américaine et rend hommage au Blues, au Rock, au Jazz et au Gospel. N’oubliez pas vos Ray-Ban !

 

Retour vers le futur (1989)

Le premier et le troisième épisode de la saga Retour vers le futur étaient déjà sur la plateforme, et le second vient de les rejoindre. Il s’agit certainement de l’opus le plus complexe en termes de narration, car il enchaine les voyages entre passé, présent (alternatif) et futur.

À peine remis de son premier voyage, la fine équipe doit repartir dans l’espace-temps pour sauver le fils de Marty, condamné à une lourde peine de prison. Mais une distorsion temporelle les propulse dans un présent où Biff Tanen… est le père de Marty (et une caricature non dissimulée de Donald Trump) !

En conservant une mise en scène inventive, Zemeckis offre à Michael J. Fox et Chistopher Loyd une aventure pleine de rebondissements. Malgré un scénario plus alambiqué, le réalisateur enchaine les trouvailles visuelles comme les Nike autolaçantes ou l’hoverboard via une scène mémorable et un humour bon enfant. Autant d’objets qui deviendront cultes par la suite et contribueront au succès de la série. Jetez-y un coup d’œil nom de Zeus !