Dossier

[#E32017] Tout ce qu’il fallait retenir de cet E3 2017 (selon nous, en toute modestie)

Jeux Vidéo

Par Jules le

L’E3 vient de baisser le rideau de son édition 2017. Avec une vraie nuit de sommeil et après quelques discussions enflammées, nous avons listé ici ce...

L’E3 vient de baisser le rideau de son édition 2017. Avec une vraie nuit de sommeil et après quelques discussions enflammées, nous avons listé ici ce qui nous a paru le plus mémorable, des nouvelles annonces aux grands absents. N’hésitez pas à nous donner vos propres morceaux choisis dans les commentaires !







[nextpage title=”Les annonces”]

Metro Exodus

Si son existence faisait l’objet de rumeurs en novembre dernier, l’information avait été rapidement démentie par Deep Silver, qui souhaitait sûrement bénéficier de l’impact médiatique de l’E3 pour dévoiler le prochain épisode de sa série de FPS Metro. Quatre ans après la sortie du très bon Last Light, ou plutôt cinq car celui-ci est espéré début 2018 (sur PC, Xbox One et PS4), voici donc venir Metro Exodus. Un opus qui ne devrait pas déroger aux contraintes imposées par ses aînés, à savoir celles de nous faire évoluer dans une Russie ravagée par une apocalypse nucléaire, peu équipé et traqué à tout instants par des hordes de mutants. Cette première vidéo nous a en tout cas donné très très envie de poser nos mains sur la bête.

Mario + Rabbids : Kingdom Battle

Voir Shigeru Miyamoto et Yves Guillemot sur scène lors de la conférence Ubisoft, muni d’un “poing-canon” et arborant un large sourire restera comme un des moments les plus poupi de cet E3. Au-delà d’avoir associé leurs célébrités respectives, les deux pontes de l’industrie ont sans doute permis la naissance d’un bon jeu de stratégie au tour par tour. Rien de vraiment étonnant puisque c’est un genre qu’Ubisoft a largement exploré ces dernières années (sous d’autres formes et perspectives, certes) avec South Park ou encore Child of Light et où il se débrouille très bien. L’inventivité propre à l’univers de Mario couplé aux possibilités délirantes permises par la présence des Lapins Crétins pourrait accoucher d’un mariage particulièrement réussi.

Xbox One X aussi chère que puissante

Mais à quoi peut-bien ressembler le projet Scorpio ? Sera-t-elle vraiment la console la plus puissante du marché, comme nous le promet Microsoft depuis un an ? Combien ça va nous coûter ? Voilà les questions que l’on se pose depuis le teasing du projet lors de l’E3 2016. Et le constructeur américain a profité de l’édition 2017 de la grand-messe du jeu vidéo pour y répondre. Rebaptisée Xbox One X, la console est bel et bien la plus puissante de sa génération. Elle propose une puissance brute de 6 téraflops (contre 4,2 pour la PS4 Pro), embarque un disque dur d’1 To ainsi qu’un lecteur Blu-Ray 4K. Ses dimensions réduites font de la X la plus petite console de la gamme Xbox One. Le prix, en revanche, n’a rien de réduit puisqu’il faudra débourser 499 euros pour mettre la main sur la console qui sortira le 7 novembre prochain.

Anthem

Techniquement et artistiquement parlant, Anthem est peut-être le plus impressionnant projet annoncé durant le salon californien. Un projet qui, nourri aux graines du très performant moteur Frostbite (Battlefield One), semble emprunter à une multitude de titres, de Titanfall et Crysis (pour la combinaison personnalisable), à Evolve (pour sa faune) en passant par Destiny (thème SF, mélange des genres, coopération). Paradoxalement, les vidéos d’Anthem ont fait naître en nous autant d’espoir que de méfiance, comme si c’était presque trop beau. On a en tout cas hâte d’en savoir plus pour dissiper (ou pas) les zones d’ombre du nouveau très ambitieux jeu de Bioware.

Beyond Good & Evil 2

Rien ne va plus, voilà qu’une des dernières grandes arlésiennes du jeu vidéo s’apprête à s’évanouir ! S’évanouir, comme les milliers de fans de l’univers créé par Michel Ancel à la présentation de la sublime vidéo durant la conférence Ubisoft. Si l’absence de séquences en jeu suggère qu’on est reparti pour une longue attente avant sa sortie, Michel Ancel et son équipe promettent une expérience inédite, ambitieuse sur tous les plans, pleine d’humour et de mystères. Encore baignée par l’enthousiasme de cette annonce, THE annonce de l’E3 2017, nous sommes totalement disposés à le croire (au moins, pour un temps).

Dragon Ball Fighter Z

Des jeux Dragon Ball Z, il y en a eu des tonnes ces 10 dernières années, de qualité souvent discutables. L’une des plus grandes surprises de cet E3 est sans conteste l’annonce de Dragon Ball Fighter Z, un nouveau jeu de combat Dragon Ball… en 2D. Ou plutôt en 2,5D : si les combats se déroulent sur un seul plan, la caméra n’hésitent pas à tourner autour des combattants pour mettre l’emphase sur les coups spéciaux ou les pouvoirs à base de Ki. Et quelle emphase ! Les graphismes de ce nouveau jeu de baston sont tout simplement superbes et la mise en scène impeccable. Mieux, le jeu est développé par Arc System Works, une pointure du jeu de baston japonais, à qui l’on doit Blazblue ou Guilty Gear. Le jeu sort l’année prochaine sur PS4, Xbox One et PC et fait baver absolument tous les fans de la licence.

[nextpage title=”Les tendances”]

De grands absents

Blizzard Entertainment, Valve, Rockstar Games (Red Dead Redemption 2), Death Stranding, The Last of Us part II… autant de grands noms que l’on n’a pas eu l’occasion de croiser dans les allées de cet E3. Si depuis plusieurs années déjà, Blizzard et Rockstar zappent le salon américain, les absences conjuguées de Death Stranding et de The Last of Us part II nous ont plus étonné. Les deux poids lourds ont d’ailleurs cruellement manqué à Sony dans sa conférence. Dans une moindre mesure, on attendait aussi sans doute des surprises du côté de 2K Games (un Borderlands ? Un BioShock ?), qui ne seront donc pas venues.

Laissez-moi jouer avec votre nostalgie

Depuis quelques années, les éditeurs prennent un malin plaisir à titiller la corde nostalgique des joueurs en ressuscitant de vieilles licences. Crash Bandicoot N-Sane Trilogy, Bubsy The Woolies Strikes Back, Sonic Mania, The Last Guardian, autant de jeux qui semblent appartenir à une autre époque et qui pourtant sortiront ou sont sortis cette année. Cet E3 2017 n’a pas dérogé à la règle en matière d’annonces de vieilles gloires sur le retour.

Comme pour réveiller un auditoire endormi et pour faire oublier les problèmes de son qui ont perturbé le début de sa conférence, Sony a dévoilé un remake de Shadow of the Colossus. Plus tôt, c’était Microsoft qui offrait un petit lifting à un autre jeu culte : Age of Empire. Et que dire de Quake Champions et Wolfenstein II : The New Colossus qui, bien que le premier ait été annoncé l’année dernière et que le second soit la suite du reboot de 2014, sont des licences qui fêtent respectivement leur 21 ans et 36 ans, et qui ont pourtant su trouver leur place lors de la conférence Bethesda ? Même Devolver continue d’exploiter le bon vieux Serious Sam. Mais là palme revient à Ubisoft qui a conclu sa présentation avec une superbe bande-annonce (intégralement en CGI) pour l’arlésienne du jeu vidéo français qu’est Beyond Good & Evil 2, avant de faire monter un Michel Ancel larmoyant sur scène.

Les pirates ont la cote

S’ils sont présents dans Days Gone et State of Decay 2, les zombies n’étaient pas les chouchous des éditeurs cette année. Non, Ubisoft, Microsoft et consorts semblent n’avoir d’yeux que pour les pirates en 2017. Entre Sea of Thieves (Rare), Skull & Bones (Ubisoft) et Y-lands (Bohemia Interactive), les boucaniers ont eu la cote dans les diverses conférences. Cependant, ce passage de l’apocalypse au profit des eaux turquoise des Caraïbes n’a pas l’air de démarrer sous les meilleurs auspices puisque seul Skull & Bones a l’air prometteur.

Une VR bien discrète

On ne va pas vous cacher la surprise plus longtemps, ce n’est pas cette année encore qu’arrivera le jeu en réalité virtuelle qui justifiera à lui seul l’achat d’un casque VR et d’une config’ pour le faire tourner. À vrai dire, la VR s’est fait plutôt discrète sur ce salon 2017. Sur la douzaine de titres présentés, seul Transference, le jeu du studio d’Elijah Wood, nous a fait lever un sourcil (bien qu’on ne sache pas grand-chose de ce film interactif). Notons quand même que Bethesda a décidé de recycler Doom, Fallout 4, Skyrim sur le Playstation VR et le HTC Vive, et que le mini-jeu de pêche de Final Fantasy XV aura lui aussi droit à sa déclinaison sur casque VR.

Les États-Unis, un terrain de jeu privilégié

Quel est le point commun entre Far Cry 5, Wolfenstein II : The New Colossus, The Crew 2, Days Gone et Life is Strange: Before the Storm ? Les États-Unis. Cette édition 2017 de l’E3 a permis de constater que le territoire de l’Oncle Sam reste un terrain de jeu privilégié pour les éditeurs. S’il n’est pas rare de voir les États-Unis servir de décor pour les point & click, les TPS, les jeux de courses et même les FPS, l’approche de Far Cry 5 reste inédite. Car entendons-nous bien, si les ennemis que nous combattrons dans le blockbuster d’Ubisoft sont des membres fanatisés d’une secte religieuse, ils n’en sont pas moins des citoyens américains. Il est rare de voir les Américains endosser le rôle de méchant dans un FPS grand public, qui plus est quand ces derniers ne font pas partie de l’armée mais sont de simples civils. De même, la bande-annonce de Wolfenstein II : The New Colossus laisse entendre que BJ Blazkowitz devra en découdre avec le Klu Klux Klan, bien que les nazis restent l’adversaire principal.

[nextpage title=”Le bonus”]

Sacrée conférence

Fidèle à sa réputation, Devolver a une fois de plus fait le show en marge de l’E3, en prenant le contrepied des autres conférenciers avec sa propre conférence. Avec humour, l’éditeur texan ne s’est pas gêné pour se moquer des traditionnelles présentations, millimétrées et sans aucune aspérité. En bon éditeur punk, il a préparé une vidéo totalement barrée, dans laquelle la présentatrice se moque du public – hypnotisé – et lui ordonne de dépenser tout son argent en jeux Devolver. Si l’éditeur a pu caler 2-3 jeux (le prometteur Ruiner ou le très vieillot Serious Sam’s Bogus Detour), il a surtout marqué par ses clins d’oeil référencés et 2-3 sketchs gores à souhait. Il ne pourra pas le refaire chaque année, mais pour celle-ci, c’est du tout bon.