Dossier

NASA : Crew-2 a décollé, à quoi ressemblera la mission Alpha ?

Espace

Par Amandine Jonniaux le

Repoussé à vendredi en raison des conditions météorologiques, le lancement de la mission Alpha a finalement été couronné de succès. A son bord, quatre astronaute à destination de l’ISS, une capsule Crew Dragon, et le Français Thomas Pesquet.

Crédits : NASA on Unsplash

C’est avec plusieurs heures de retard que la fusée Crew Dragon a finalement quitté la Terre en direction de la Station spatiale internationale. À son bord quatre astronautes : le commandant du module SpaceX Shane Kimbrough, sa pilote Megan McArthur, l’astronaute Akihiko Hoshide, et le spationaute français Thomas Pesquet. Après plusieurs années de préparation intensive, l’équipage a décollé du centre spatial Kennedy de Cap Canaveral en Floride ce matin du 23 avril 2021, à 11h49, heure de Paris. Si tout se passe comme prévu, le premier étage de la fusée se détachera après quelques minutes de vol (il sera récupéré au large des côtes de la Floride. Après avoir atteint la vitesse de 8 km/s (soit 28 800 km/h), l’équipage stabilisera son axe pour rejoindre l’ISS. Le voyage devrait durer environ 20 heures. Une fois arrivée à destination, la capsule Crew Dragon mettra environ 4 heures à s’amarrer mécaniquement à la Station spatiale internationale, pour une ouverture d’écoutille prévue le samedi 24 avril vers 13h30, heure française. Les quatre astronautes assureront ensuite la relève de l’équipage de Crew-1, qui retournera sur Terre le 28 avril prochain, après six mois passés dans l’espace.

Space X entre dans l’équation

Si les quatre astronautes de la mission Alpha n’en sont pas à leur premier voyage dans l’espace, c’est la première fois qu’un Européen (Thomas Pesquet) prendra place à bord d’une capsule américaine Crew Dragon de SpacX. Alors que la NASA avait jusqu’à présent favorisé le Soviétique Soyouz pour ses vols habités, l’agence spatiale a récemment signé un important contrat avec l’entreprise d’Elon Musk pour assurer un transport depuis la Floride, et non plus depuis la base de Baïkonour au Kazakhstan.

La France vise la Lune

La présence de Thomas Pesquet — et donc de la France, sur cette mission Alpha n’est pas anodine. En devenant le premier européen à voler à bord d’une capsule SpaceX, mais aussi le premier commandant de bord français de l’ISS, le spationaute réaffirme le rôle de notre pays dans l’histoire de la conquête spatiale. Dans une conférence de presse donnée quelques semaines avant le décollage, Thomas Pesquet expliquait ainsi : “C’est important pour nous en tant qu’agence (ESA) parce que nous faisons partie du programme de l’ISS depuis vingt ans maintenant et nous comptons participer à ce qui va se passer ensuite”, faisant notamment allusion à la prochaine mission Artémis, qui devrait envoyer des astronautes sur la Lune d’ici 2024. Le spationaute pourrait ainsi devenir le premier Français à fouler le sol lunaire d’ici quelques années, un privilège jusqu’alors réservé aux américains.

Que fera Thomas Pesquet sur l’ISS ?

Pendant les six mois que durera sa mission sur l’ISS, Thomas Pesquet et son équipage n’auront pas le temps de s’ennuyer. Les astronautes seront en effet chargés de mener de nombreuses expérimentations scientifiques, certaines notamment destinées à mesurer les effets de l’apesanteur sur des organismes vivants et notamment les organoïdes cérébraux (mini-cerveaux créés en laboratoire). Autant de recherches qui permettront de préparer les prochaines missions spatiales en anticipant notamment des vols habités bien plus longs — pour aller sur Mars notamment, mais qui pourraient aussi aider à soigner des maladies cérébrales incurables sur Terre. Les astronautes devront aussi effectuer plusieurs missions de maintenance au sein de l’ISS, à commencer par le remplacement des panneaux solaires destinés à alimenter le vaisseau, qui devrait nécessiter quatre sorties. D’ici son retour à l’automne, Thomas Pesquet devrait encore une fois nous faire rêver en partageant des photos de son nouvel environnement sur les réseaux sociaux. L’astronaute deviendra aussi chroniqueur sur France Inter le temps de sa mission. Tous les samedis à 13 heures, les auditeurs pourront ainsi suivre son quotidien via son journal de bord audio diffusé pendant le journal.