Dossier

Ordinateur quantique : qu’est-ce que cela va changer concrètement ?

Ordinateurs

Par Anne Cagan le

L’ordinateur quantique nous intrigue autant qu’il nous déroute. On a profité de ce que Microsoft donnait une conférence sur le thème pour faire le point sur trois éléments importants.

Crédit Flickr IBM Research

Pendant quelques minutes, on a eu la naïveté de croire qu’on allait tout comprendre à la l’informatique quantique. Directeur technique  et sécurité de Microsoft France, Bernard Ourghanlian qui donnait une conférence sur le thème a en effet pris soin de multiplier les métaphores pour essayer de faire comprendre à son audience le fonctionnement de ce qui semble être l’un des domaines de recherche les plus excitants du moment.

Au bout de quelques diapos, on est cependant vite arrivé dans le dur. “Intrication quantique”, “fonction d’onde”, “théorie d’Everett”… on ne va pas prétendre avoir tout compris de la physique qui sous-tend le fonctionnement de ces nouveaux ordinateurs. Mais l’événement nous a permis de faire le point sur trois éléments importants.

1/ Quelle différence avec un ordinateur classique ?

Sur un ordinateur classique, l’information est représentée sous forme de bits contenant soit des “0” soit des “1”. Les bits quantiques (ou qubits), eux, peuvent stocker des informations plus complexes que les bits classiques. Ils peuvent être dans l’état “0”, dans l’état “1” mais également dans une superposition de “0” et de “1”. Deux qubits permettent donc de superposer 4 états (2 puissance 2), 4 qubits, d’en superposer 16 (2 puissance 4) etc. Dit plus simplement : la puissance de calcul de l’ordinateur quantique double à chaque fois qu’on lui ajoute un qubit ce qui lui permet en théorie d’atteindre des sommets vertigineux. “Pour 250 qubits en interaction, il faudrait environ 10 puissance 80 bits classiques pour stocker l’équivalent d’information. C’est plus d’atomes qu’il n’y en a dans l’univers visible” explique Bernard Ourghanlian lors de sa conférence et dans un billet de blog qu’on peut retrouver ici

11 réponses à “Ordinateur quantique : qu’est-ce que cela va changer concrètement ?”

  1. Vous rajoutez : "Une température cent fois plus basse que le froid de l’univers profond"
    Désolé, mais ça m’a fait bondrire (un mix de bondir et rire 😜 )

    -273,13 °C, c’est 2 centièmes au dessus du zéro absolu (−273,15 °C)

    L’univers visible a une température de moyenne de -270,4 °C.

    Donc, c’est en comptant :
    – les galaxies (astres et "vide" interstellaire)
    – le "vide" intergalactique
    – les nuages intersidéraux
    – etc… etc…
    – et le "vide" le plus vide

    Donc, dont les rayonnements quels qu’ils soient ont eu le temps d’arriver jusqu’à nous (enfin n’ont peut-être pas eu le temps pour ce dernier 🙂 ).

    On est bien en deçà de "cent fois plus basse"… alors imaginez quand on va dans les endroits les plus froids que l’on (ne) détecte (presque pas) 😏 

    Vous ne parlez pas de l’espace là quand vous dîtes "univers profond", parce que :
    -273,13°C / 100 = -2,73 °C
    au pire, ça, c’est juste un rectum congelé 😰 

    ps : oui, tout ça pour ça

  2. Et en effet un ordinateur quantique, on va dire qu’avec nos capacités et connaissances actuelles, ce sera tout juste un très très très (etc…) bon coprocesseur (qui prend beaucoup de place) qui pourra être dédié à certains calculs couteux et particuliers, mais on est très loin de pouvoir remplacer les processeurs actuels. va falloir bosser encore plusieurs 10ène d’années avant d’avoir ça dans son salon 🤓 

  3. . Il n’est pas question du moindre ordinateur quantique. Les gens qui traduisent quantum computer par ordinateur quantique commettent une confusion de débutants entre unité de calcul et unité de contrôle. Il n’est nullement question à ce jour de branchements à des adresses quantiques. Un quantum computer,  c’est un CALCULATEUR quantique qui est placé dans un ordinateur tout qu’il y a de plus banal au même titre que le serait une carte graphique (qui sert elle aussi à effectuer des calculs très rapidement). Les données sont quantiques,  le programme ne l’est pas.

  4. Voilà qui montre que ne pas travailler en kelvins fait perdre beaucoup de temps à soi et aux autres. Ce qui aurait pu te dispenser de ton commentaire inutile et pas vraiment drôle.

  5. Dans l’article de référence et dans ce qui est retranscrit ici, c’est en Celsius, je ne suis pas censé savoir qu’ils ont mal retraduit un article non sourcé ^^
    En effet, c’est pas idiot, 0.02K * 100 = 2K, ce qui ne fait que 2°C d’écart, mais, si c’est ça, pourquoi le préciser comme une chose incroyable alors qu’on sait déjà refroidir des atomes au milliardième de Kelvin depuis au moins 20 ans ?
    et pourquoi cette remarque sur la non drôlerie de mon post, c’était important ?

  6. Je pense que déjà même dans l’informatique standard l’auteur n’a pasis tout compris : deux bits standards peuvent coder 4 états pas besoin de sortir des qbits pour ça et à chaque fois qu’on ajoute un bit on double les possibilités c’est mathématique : on est en base 2 (ou binaire).

  7. Je viens de réaliser que ce matin je suis allé voir un client qui habitait dans l’univers profond voire même au-delà puisque la température y était de -6°, ça fait froid dans le dos 😱 

  8. Pour info, le train en photo n’est pas le MAGLEV japonais, mais celui de Shanghai … en Chine ! Qui relie l’aéroport à la banlieue de Shanghai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *