Dossier

Preview : Blur

Par Rédacteur Invité le

Annoncé avec fracas il y a bientôt un an, Blur, le dernier projet en date de Bizarre Creations avait eu du mal à convaincre. Trop de ceci, pas assez de ça. Bref, l’équilibre semblait être aux abonnés absents. Mais nous avons depuis eu l’occasion de nous rendre directement à Liverpool au sein des studios de l’équipe en charge de développer le projet pour nous faire une idée plus précise à son sujet, qui a depuis subit de lourdes modifications. Modifications qui pourraient faire tout la différence…

preview_Blur_7

Depuis le départ, Bizarre Creations avait mis les choses au clair : non, Blur n’est pas un PGR-like. En fait, le soft se veut plutôt être le fruit d’une rencontre entre un PGR et un Mario Kart, pour faire court. Si sur le papier, le concept pourra effrayer, sachez qu’une fois le pad en main, les doutes laissent rapidement place à la surprise. Car s’il est impossible sur le plan graphique de ne pas faire un parallèle entre ce jeu et la série PGR, on se rend rapidement compte que les ressemblances entre les 2 softs s’arrêtent là. Blur mise en effet sur une conduite beaucoup moins réaliste et sur des circuits truffés de tremplins, de raccourcis tordus, et sur l’implantation de power-ups dévastateurs (qu’on pourra d’ailleurs stocker, afin de les balancer lorsque l’occasion idéale se présentera), qui ne pourront d’ailleurs que rappeler quelques souvenirs de sessions sur WipeOut ou bien encore Mario Kart (la bombe qu’on lance et qui tombe sur la tronche de la caisse en tête de la course, les mines à poser derrière soi, les 2 petits missiles dotés d’une portée hyper courte…) Bref, pour le coup, si Bizarre Creations n’a rien inventé, ils ont au moins eu le mérite de s’inspirer efficacement. Pour autant, gardez bien en tête que nous n’avons pour l’instant eu l’occasion que de nous essayer à la partie multi du titre, et qui devrait certainement être identique à celle qui sera proposée le 8 mars prochain via la bêta publique, et que nous ne savons rien de la partie solo.

Mais c’est certainement la partie multi qui devrait vampiriser le temps de jeu des gamers. Peaufinée comme si c’est permis, cette partie regorgeant de modes de jeu est capable d’accueillir jusqu’à 20 participants au sein de la même course. Autant vous dire que pour avoir testé le tout en LAN, ça promet de jolies parties à la fois sur Xbox Live et PSN pleines de rebondissements. Pour faire simple, le nombre de fois où le trio de tête s’est vu chambouler à la dernière minute ne pourrait pas se compter sur les doigts de la main. Et histoire de chatouiller encore un peu plus l’égo des joueurs, les développeurs ont pensé à proposer des interactions avec Twitter et Facebook. Concrètement, ces intégrations vous permettront de poster en live votre progression sur le jeu. On sait aussi qu’il sera possible de lancer des défis à vos amis directement depuis le jeu. Ces derniers recevront ainsi un message directement sur leur Dashboard. S’ils l’acceptent, ils seront propulsés au sein du soft, prêts à écraser la pédale, et votre record dans le même temps. Ça pourrait paraître minime comme ça, mais il ne faut jamais sous-estimer l’égo d’un joueur… A côté de ça, les développeurs ont toutefois pris le pari d’utiliser des montures réelles, souvent luxueuses, et que vous pourrez customiser à l’extrême. En tout, ce sont plus de 60 voitures qui ont été modélisées, et qui pourront délivrer toute leur puissance sur plus de 30 tracés inspirés de lieux situés aux 4 coins du monde. Reste toutefois un seul bémol : à qui conseiller le jeu ? Aux amateurs de courses pleines de rebondissements, aux amateur de grosses cylindrées, aux fans de PGR ? Difficile en effet de ressortir avec un avis tranché sur un tel soft avec quelques heurs de jeu au compteur seulement. Du coup, on attend avec impatience l’arrivée d’une version review à la rédac’, qui pourrait bien (on l’espère) confirmer nos premières bonnes impressions…

Annoncé avec fracas il y a bientôt un an, Blur, le dernier projet en date de Bizarre Creations avait eu du mal à convaincre. Trop de ceci, pas assez de ça. Bref, l’équilibre semblait être aux abonnés absents. Mais nous avons depuis eu l’occasion de nous rendre directement à Liverpool au sein des studios de l’équipe en charge de développer le projet pour nous faire une idée plus précise à son sujet, qui a depuis subit de lourdes modifications. Modifications qui pourraient faire tout la différence…

preview_Blur_7

Depuis le départ, Bizarre Creations avait mis les choses au clair : non, Blur n’est pas un PGR-like. En fait, le soft se veut plutôt être le fruit d’une rencontre entre un PGR et un Mario Kart, pour faire court. Si sur le papier, le concept pourra effrayer, sachez qu’une fois le pad en main, les doutes laissent rapidement place à la surprise. Car s’il est impossible sur le plan graphique de ne pas faire un parallèle entre ce jeu et la série PGR, on se rend rapidement compte que les ressemblances entre les 2 softs s’arrêtent là. Blur mise en effet sur une conduite beaucoup moins réaliste et sur des circuits truffés de tremplins, de raccourcis tordus, et sur l’implantation de power-ups dévastateurs (qu’on pourra d’ailleurs stocker, afin de les balancer lorsque l’occasion idéale se présentera), qui ne pourront d’ailleurs que rappeler quelques souvenirs de sessions sur WipeOut ou bien encore Mario Kart (la bombe qu’on lance et qui tombe sur la tronche de la caisse en tête de la course, les mines à poser derrière soi, les 2 petits missiles dotés d’une portée hyper courte…) Bref, pour le coup, si Bizarre Creations n’a rien inventé, ils ont au moins eu le mérite de s’inspirer efficacement. Pour autant, gardez bien en tête que nous n’avons pour l’instant eu l’occasion que de nous essayer à la partie multi du titre, et qui devrait certainement être identique à celle qui sera proposée le 8 mars prochain via la bêta publique, et que nous ne savons rien de la partie solo.

Mais c’est certainement la partie multi qui devrait vampiriser le temps de jeu des gamers. Peaufinée comme si c’est permis, cette partie regorgeant de modes de jeu est capable d’accueillir jusqu’à 20 participants au sein de la même course. Autant vous dire que pour avoir testé le tout en LAN, ça promet de jolies parties à la fois sur Xbox Live et PSN pleines de rebondissements. Pour faire simple, le nombre de fois où le trio de tête s’est vu chambouler à la dernière minute ne pourrait pas se compter sur les doigts de la main. Et histoire de chatouiller encore un peu plus l’égo des joueurs, les développeurs ont pensé à proposer des interactions avec Twitter et Facebook. Concrètement, ces intégrations vous permettront de poster en live votre progression sur le jeu. On sait aussi qu’il sera possible de lancer des défis à vos amis directement depuis le jeu. Ces derniers recevront ainsi un message directement sur leur Dashboard. S’ils l’acceptent, ils seront propulsés au sein du soft, prêts à écraser la pédale, et votre record dans le même temps. Ça pourrait paraître minime comme ça, mais il ne faut jamais sous-estimer l’égo d’un joueur… A côté de ça, les développeurs ont toutefois pris le pari d’utiliser des montures réelles, souvent luxueuses, et que vous pourrez customiser à l’extrême. En tout, ce sont plus de 60 voitures qui ont été modélisées, et qui pourront délivrer toute leur puissance sur plus de 30 tracés inspirés de lieux situés aux 4 coins du monde. Reste toutefois un seul bémol : à qui conseiller le jeu ? Aux amateurs de courses pleines de rebondissements, aux amateur de grosses cylindrées, aux fans de PGR ? Difficile en effet de ressortir avec un avis tranché sur un tel soft avec quelques heurs de jeu au compteur seulement. Du coup, on attend avec impatience l’arrivée d’une version review à la rédac’, qui pourrait bien (on l’espère) confirmer nos premières bonnes impressions…