Dossier

Prise en main : Lenovo IdeaPad Yoga 13

Notre avis
7 / 10
Ordinateurs

Par Pierre le

Lenovo nous a séduits avec son IdeaPad Yoga 11, tablette/Laptop hybride sous Windows RT. Certes, RT était une faiblesse, mais la maîtrise de Lenovo au niveau du hardware est à saluer. Aujourd’hui, c’est la déclinaison Windows 8 de la machine que nous essayons l’IdeaPad Yoga 13. Et le résultat est clair : Lenovo propose une machine au petit oignon très agréable et performante. Mais il va falloir payer cher pour l’utiliser.

DSC01342

Design :

DSC01349

L’IdeaPad Yoga 13 adopte exactement le même principe que son petit frère de 11 pouces. Mais ici, ce n’est pas l’utilisation tablette qui est mise en avant, puisque le Yoga 13 est un PC, un vrai de vrai, qui peut être utilisé comme une tablette. Même design et même finition pour une utilisation différente, donc. Il n’y a rien de choquant là-dedans, la tablette hybride étant aussi agréable à utiliser en tablette qu’en Ultrabook.

Nous retrouvons donc cette coque épurée et presque sans fioriture qui nous avait séduits sur le modèle RT. Ici, le modèle est orange, mais le PC est également disponible en noir et en gris si ces couleurs vous plaisent plus. Sur le capot en plastique durci “soft touch”, aucune fioriture, si ce n’est l’apparition des charnières le reliant au clavier (qui n’est pas détachable). Le logo Lenovo vient agrémenter cette surface épurée. Sur le dos de l’appareil, nous remarquons également la ressemblance avec l’IdeaPad Yoga 11. Seule différence, l’ajout d’une grille pour les ventilateurs à proximité de la charnière avec l’écran. Pas de mauvaises surprises donc.

DSC01352

Sur le côté droit du PC, sur la partie clavier, nous trouvons la prise secteur en jaune, un port USB 3.0 ainsi qu’un lecteur de carte SD. Sur la tranche gauche, nous retrouvons une autre prise USB 3.0 ainsi qu’un port HDMI et une prise Jack 3,5mm. C’est sur la tranche opposée à la charnière qu’est situé le bouton d’allumage, cerné par les deux LED habituelles.

La machine est toujours une réussite incontestable au niveau du design. Mais sa vraie force se situe dans sa flexibilité. Le terme “Yoga” n’est en effet pas anodin, puisque l’ultrabook peut aussi bien servir de laptop que de tablette. Pour cela, il suffit de rabattre la partie clavier derrière l’écran. Mais les mêmes soucis qu’avec l’IdeaPad Yoga 11 sont constatés avec l’appareil. Avoir la partie clavier derrière l’écran n’est pas très pratique à l’utilisation et nous craignons pour la solidité des touches sur le long terme. Mais si le mode “tablette” était le cœur de l’utilisation de la Yoga RT, il est ici relégué au rang de gadget, ce qui rend ce défaut plus que mineur.

DSC01675

Une réussite incontestable au niveau du design, donc, les ingénieurs de Lenovo ayant fait du très bon travail. On regrettera seulement le poids du produit, qui approche les 1,5 kg. Un détail qui rend l’utilisation tablette assez fatigante à la longue.

Caractéristiques :

Niveau caractéristiques, le Lenovo IdeaPad Yoga 13 se défend bien. Commençons par l’écran LED. Celui-ci est d’une taille de 13,3 pouces et adopte d’une définition honorable de 1600 X 900. De plus, il est multitouch avec 10 points de contact pour permettre une utilisation tablette sous Metro. À l’intérieur, nous retrouvons un processeur Intel Core i7-3517U cadencé à 1,9 Ghz. La version testée dispose de 8 Go de RAM (mais le modèle est également disponible en 4 Go de RAM), d’un SSD de 256 Go (dispo en 128 Go) et d’une Intel HD Graphics 4000. Pour finir, le Yoga 13 dispose d’une batterie à 4 cellules en Li-Polymer, du Bluetooth 4.0, du Wifi b/g/n et, cerise sur le gâteau, de Windows 8 64 bits.

DSC01693

Des caractéristiques très appréciables qui montrent le souci de puissance de Lenovo, qui cherche à proposer une machine sans compromis (si ce n’est sur la partie graphique, nous y reviendrons). Un ultrabook complet qui veut proposer aussi bien puissance que flexibilité afin de s’adresser au public le plus large possible.

Clavier et trackpad :

La partie clavier est identique à celle du Yoga 11. À l’époque, nous vous parlions d’un clavier chiclet avec des touches en plastiques et arrondies. Ici, c’est la même chose, Lenovo ayant utilisé la même architecture pour réaliser son clavier. Très agréable, le mécanisme est assez souple et c’est un réel plaisir d’écrire des textes en utilisant le clavier du PC. La touche espace pèche toujours un peu, étant un peu lâche par rapport aux autres. Il faudra parfois vous y reprendre à deux fois et à bien appuyer sur la touche pour l’activer.

DSC01695

Concernant les raccourcis clavier, ceux-ci sont toujours aussi peu pratiques que sur le modèle RT. Il suffit en effet de presser une touche, et non deux comme c’est le cas habituellement, pour faire fonctionner le raccourci. Par exemple, la touche F1 permet de mettre le PC en mute. Vous n’aurez qu’à appuyer dessus pour couper le son, sans utiliser la touche Fn. Cette dernière est bien présente, mais servira à utiliser les touches F1 à F12 sans utiliser les raccourcis. Bref, les choses sont inversées sur le Yoga ce qui rend l’utilisation déroutante et souvent frustrante.

Le trackpad est quant à lui une grande réussite. En plastique doux, il glisse parfaitement et la zone entière est cliquable. Un trackpad qui devrait servir d’exemple à la concurrence. Parfaitement calibré, agréable à utiliser, réactif… Une belle réussite.

Utilisation :

Côté utilisation, l’IdeaPad Yoga 13 tire son épingle du jeu par rapport à la concurrence. Ici, le parti pris n’est pas un écran détachable du clavier comme chez Dell ou HP, mais un clavier total flexible autour de l’écran. Une petite différence qui fait beaucoup, puisque l’utilisateur n’est pas sans cesse en train de détacher son écran du dock. La transformation se fait en un clin d’œil. Ainsi, poser le clavier à plat en guise de support ou le rabattre entièrement derrière le capot se fait naturellement.

En utilisation ultrabook, la puissance du processeur vous permettra d’avoir une utilisation optimale lors d’activités bureautique ou la navigation sur internet. Mais lorsque l’Intel HD Graphics 4000 est mise à contribution, les choses se corsent. Une simple activité nécessitant une utilisation 3D sera compliquée à lancer. Au niveau des jeux, c’est pareil. Le PC se débrouille plutôt bien avec de petits jeux ne nécessitant peu de ressources, comme Minecraft. De même, les jeux utilisant des moteurs 3D anciens tournent correctement en medium mais subissent parfois de gros ralentissements. Ainsi, World of Warcraft atteint les 30 fps en medium à l’heure de pointe à Orgimmar, mais connait de gros soucis de ralentissement dans certaines zones désertiques utilisant des effets 3D gourmands. Par contre, n’espérez pas faire tourner de gros jeux. Battlefield 3 ou The Witcher 2 sont tout simplement injouables. Il fallait s’y attendre, l’Intel HD Graphics 4000 ne faisant pas de merveilles à ce niveau-là.

DSC01681

L’un des gros points noirs du Yoga est sa nuisance sonore. Les quatre ventilateurs sont en effet souvent sollicités et vous ne bénéficierez pas d’une utilisation silencieuse. Le CPU stagne en effet toujours aux alentours de 35° (le double en charge) et les ventilateurs tournent constamment. On aurait préféré que ces derniers se fassent un peu plus discrets lors d’une utilisation ne requièrent que peu de puissance, comme la bureautique. Mais rien de comparable à un avion au décollage, rassurez-vous. L’utilisateur finit par s’habituer à ce bruit sourd qui n’est pas non plus assourdissant.

Côté autonomie, le Yoga 13 se défend bien. En activité bureautique et navigation internet, on atteint facilement 7 heures sur la batterie, ce qui vient placer l’ultrabook parmi les premiers de sa catégorie en la matière. En vidéo, même constat, puisque le PC a tenu environ 6 heures. Sans surprise, le Yoga 13 souffre lorsqu’on lance un jeu, la batterie ne tenant à peine plus de deux heures.

DSC01678

Verdict :

Le Yoga IdeaPad 13 est le produit que l’on attendait de la part de Lenovo. L’IdeaPad Yoga 11 nous avait déjà séduits par son design et son utilisation, mais pas par son OS (Windows RT). Ici, nous avons le droit à un produit qui a de très gros atouts qui viennent effacer les rares points noirs. Une machine réellement attrayante qui plaira à coup sûr à ceux cherchant un Ultrabook original et performant. Mais il faut tout de même noter son prix rédhibitoire (de 1300 à 1500 € selon les configs) qui vient freiner nos ardeurs. Un ultrabook vaut-il réellement ce prix malgré son approche innovante ? Si vous n’êtes pas près d’investir une telle somme, vous pourrez toujours attendre juin pour l’IdeaPad Yoga 11S, une déclinaison du Yoga 11 mais cette fois sous Windows 8.

DSC01697

Lenovo nous a séduits avec son IdeaPad Yoga 11, tablette/Laptop hybride sous Windows RT. Certes, RT était une faiblesse, mais la maîtrise de Lenovo au niveau du hardware est à saluer. Aujourd’hui, c’est la déclinaison Windows 8 de la machine que nous essayons l’IdeaPad Yoga 13. Et le résultat est clair : Lenovo propose une machine au petit oignon très agréable et performante. Mais il va falloir payer cher pour l’utiliser.

DSC01342

Design :

DSC01349

L’IdeaPad Yoga 13 adopte exactement le même principe que son petit frère de 11 pouces. Mais ici, ce n’est pas l’utilisation tablette qui est mise en avant, puisque le Yoga 13 est un PC, un vrai de vrai, qui peut être utilisé comme une tablette. Même design et même finition pour une utilisation différente, donc. Il n’y a rien de choquant là-dedans, la tablette hybride étant aussi agréable à utiliser en tablette qu’en Ultrabook.

Nous retrouvons donc cette coque épurée et presque sans fioriture qui nous avait séduits sur le modèle RT. Ici, le modèle est orange, mais le PC est également disponible en noir et en gris si ces couleurs vous plaisent plus. Sur le capot en plastique durci “soft touch”, aucune fioriture, si ce n’est l’apparition des charnières le reliant au clavier (qui n’est pas détachable). Le logo Lenovo vient agrémenter cette surface épurée. Sur le dos de l’appareil, nous remarquons également la ressemblance avec l’IdeaPad Yoga 11. Seule différence, l’ajout d’une grille pour les ventilateurs à proximité de la charnière avec l’écran. Pas de mauvaises surprises donc.

DSC01352

Sur le côté droit du PC, sur la partie clavier, nous trouvons la prise secteur en jaune, un port USB 3.0 ainsi qu’un lecteur de carte SD. Sur la tranche gauche, nous retrouvons une autre prise USB 3.0 ainsi qu’un port HDMI et une prise Jack 3,5mm. C’est sur la tranche opposée à la charnière qu’est situé le bouton d’allumage, cerné par les deux LED habituelles.

La machine est toujours une réussite incontestable au niveau du design. Mais sa vraie force se situe dans sa flexibilité. Le terme “Yoga” n’est en effet pas anodin, puisque l’ultrabook peut aussi bien servir de laptop que de tablette. Pour cela, il suffit de rabattre la partie clavier derrière l’écran. Mais les mêmes soucis qu’avec l’IdeaPad Yoga 11 sont constatés avec l’appareil. Avoir la partie clavier derrière l’écran n’est pas très pratique à l’utilisation et nous craignons pour la solidité des touches sur le long terme. Mais si le mode “tablette” était le cœur de l’utilisation de la Yoga RT, il est ici relégué au rang de gadget, ce qui rend ce défaut plus que mineur.

DSC01675

Une réussite incontestable au niveau du design, donc, les ingénieurs de Lenovo ayant fait du très bon travail. On regrettera seulement le poids du produit, qui approche les 1,5 kg. Un détail qui rend l’utilisation tablette assez fatigante à la longue.

Caractéristiques :

Niveau caractéristiques, le Lenovo IdeaPad Yoga 13 se défend bien. Commençons par l’écran LED. Celui-ci est d’une taille de 13,3 pouces et adopte d’une définition honorable de 1600 X 900. De plus, il est multitouch avec 10 points de contact pour permettre une utilisation tablette sous Metro. À l’intérieur, nous retrouvons un processeur Intel Core i7-3517U cadencé à 1,9 Ghz. La version testée dispose de 8 Go de RAM (mais le modèle est également disponible en 4 Go de RAM), d’un SSD de 256 Go (dispo en 128 Go) et d’une Intel HD Graphics 4000. Pour finir, le Yoga 13 dispose d’une batterie à 4 cellules en Li-Polymer, du Bluetooth 4.0, du Wifi b/g/n et, cerise sur le gâteau, de Windows 8 64 bits.

DSC01693

Des caractéristiques très appréciables qui montrent le souci de puissance de Lenovo, qui cherche à proposer une machine sans compromis (si ce n’est sur la partie graphique, nous y reviendrons). Un ultrabook complet qui veut proposer aussi bien puissance que flexibilité afin de s’adresser au public le plus large possible.

Clavier et trackpad :

La partie clavier est identique à celle du Yoga 11. À l’époque, nous vous parlions d’un clavier chiclet avec des touches en plastiques et arrondies. Ici, c’est la même chose, Lenovo ayant utilisé la même architecture pour réaliser son clavier. Très agréable, le mécanisme est assez souple et c’est un réel plaisir d’écrire des textes en utilisant le clavier du PC. La touche espace pèche toujours un peu, étant un peu lâche par rapport aux autres. Il faudra parfois vous y reprendre à deux fois et à bien appuyer sur la touche pour l’activer.

DSC01695

Concernant les raccourcis clavier, ceux-ci sont toujours aussi peu pratiques que sur le modèle RT. Il suffit en effet de presser une touche, et non deux comme c’est le cas habituellement, pour faire fonctionner le raccourci. Par exemple, la touche F1 permet de mettre le PC en mute. Vous n’aurez qu’à appuyer dessus pour couper le son, sans utiliser la touche Fn. Cette dernière est bien présente, mais servira à utiliser les touches F1 à F12 sans utiliser les raccourcis. Bref, les choses sont inversées sur le Yoga ce qui rend l’utilisation déroutante et souvent frustrante.

Le trackpad est quant à lui une grande réussite. En plastique doux, il glisse parfaitement et la zone entière est cliquable. Un trackpad qui devrait servir d’exemple à la concurrence. Parfaitement calibré, agréable à utiliser, réactif… Une belle réussite.

Utilisation :

Côté utilisation, l’IdeaPad Yoga 13 tire son épingle du jeu par rapport à la concurrence. Ici, le parti pris n’est pas un écran détachable du clavier comme chez Dell ou HP, mais un clavier total flexible autour de l’écran. Une petite différence qui fait beaucoup, puisque l’utilisateur n’est pas sans cesse en train de détacher son écran du dock. La transformation se fait en un clin d’œil. Ainsi, poser le clavier à plat en guise de support ou le rabattre entièrement derrière le capot se fait naturellement.

En utilisation ultrabook, la puissance du processeur vous permettra d’avoir une utilisation optimale lors d’activités bureautique ou la navigation sur internet. Mais lorsque l’Intel HD Graphics 4000 est mise à contribution, les choses se corsent. Une simple activité nécessitant une utilisation 3D sera compliquée à lancer. Au niveau des jeux, c’est pareil. Le PC se débrouille plutôt bien avec de petits jeux ne nécessitant peu de ressources, comme Minecraft. De même, les jeux utilisant des moteurs 3D anciens tournent correctement en medium mais subissent parfois de gros ralentissements. Ainsi, World of Warcraft atteint les 30 fps en medium à l’heure de pointe à Orgimmar, mais connait de gros soucis de ralentissement dans certaines zones désertiques utilisant des effets 3D gourmands. Par contre, n’espérez pas faire tourner de gros jeux. Battlefield 3 ou The Witcher 2 sont tout simplement injouables. Il fallait s’y attendre, l’Intel HD Graphics 4000 ne faisant pas de merveilles à ce niveau-là.

DSC01681

L’un des gros points noirs du Yoga est sa nuisance sonore. Les quatre ventilateurs sont en effet souvent sollicités et vous ne bénéficierez pas d’une utilisation silencieuse. Le CPU stagne en effet toujours aux alentours de 35° (le double en charge) et les ventilateurs tournent constamment. On aurait préféré que ces derniers se fassent un peu plus discrets lors d’une utilisation ne requièrent que peu de puissance, comme la bureautique. Mais rien de comparable à un avion au décollage, rassurez-vous. L’utilisateur finit par s’habituer à ce bruit sourd qui n’est pas non plus assourdissant.

Côté autonomie, le Yoga 13 se défend bien. En activité bureautique et navigation internet, on atteint facilement 7 heures sur la batterie, ce qui vient placer l’ultrabook parmi les premiers de sa catégorie en la matière. En vidéo, même constat, puisque le PC a tenu environ 6 heures. Sans surprise, le Yoga 13 souffre lorsqu’on lance un jeu, la batterie ne tenant à peine plus de deux heures.

DSC01678

Verdict :

Le Yoga IdeaPad 13 est le produit que l’on attendait de la part de Lenovo. L’IdeaPad Yoga 11 nous avait déjà séduits par son design et son utilisation, mais pas par son OS (Windows RT). Ici, nous avons le droit à un produit qui a de très gros atouts qui viennent effacer les rares points noirs. Une machine réellement attrayante qui plaira à coup sûr à ceux cherchant un Ultrabook original et performant. Mais il faut tout de même noter son prix rédhibitoire (de 1300 à 1500 € selon les configs) qui vient freiner nos ardeurs. Un ultrabook vaut-il réellement ce prix malgré son approche innovante ? Si vous n’êtes pas près d’investir une telle somme, vous pourrez toujours attendre juin pour l’IdeaPad Yoga 11S, une déclinaison du Yoga 11 mais cette fois sous Windows 8.

DSC01697

Notre avis

Cher

7 / 10