Dossier

[Rencontre] Ils bossaient sur une exclu Kinect qui ne sortira jamais

Par Kocobe le

Le jeu s’appelle The Best Party Ever. Il s’agit d’une compilation de mini-jeux sous forme de party game à destination de la Xbox One. Chaque jeu est fait par un développeur indépendant et le tout est là pour vous faire passer une excellente soirée entre amis autour de ce formidable accessoire qu’est Kinect. Tout cela semble excitant, mais il y a un problème : The Best Party Ever ne sortira jamais. L’absence totale d’engouement autour du périphérique est la cause de cet arrêt.

L’équipe qui s’occupe de The Best Party Ever est un collectif de développeurs indépendants réuni autour d’un homme, Nick Madonna. Il est le fondateur de son studio PHL Collective dont le dernier jeu ClusterPuck 99 est sorti en septembre dernier sur Xbox One et PC.

[Nick Madonna, photo par Geekadelphia]

L’idée de faire un jeu autour de Kinect, il l’a eu lors du Gamercamp qui a eu lieu fin 2014 à Toronto. Là, il rencontrera Nick Kornek et Louis Sciannamblo du studio Rad Sandwitch. Ils se disent quand même que Kinect est une formidable technologie et qu’il est bien dommage qu’il n’y ait pas plus de bons jeux dessus. Des titres très amusants existent, mais aucun n’est suffisamment gros pour être réellement significatif.

« On s’est demandé comment on pouvait résoudre ce problème, comment on pouvait regrouper et exploiter les différents jeux Kinect qui existent. Dans une compilation par exemple. Je suis rentré de Toronto et j’ai commencé à faire des recherches pour trouver d’autres jeux Kinect qui sont comme les nôtres. C’est comme ça que j’ai trouvé Thomas. »

Nick parle de Thomas Altenburger, un développeur messin qui travaille actuellement au sein de son studio Flying Oak sur NeuroVoider, un shooter double stick sur PC. Nick le repère début 2015 grâce à Hoy, un petit jeu créé lors d’une game jam. Les règles de Hoy sont très simples. Deux joueurs se placent face à un écran équipé d’un Kinect. Des petits bonshommes bâtons s’affichent alors à l’écran et les joueurs doivent prendre ladite pose. Une fois en position, le joueur doit crier « Hoy ! » pour que Kinect valide le point. Résultat, les joueurs enchaînent les poses saccadées en criant « Hoy ! » à chaque fois, ce qui a pour effet de créer une sorte de danse russe un peu ridicule et épuisante, mais très amusante. Le titre est présenté plusieurs fois lors d’événements comme le Stunfest à Rennes où il rencontre toujours un certain succès auprès du public.


[À gauche, c’est Thomas.]

Toutefois, malgré l’apparent attrait d’un concept comme Hoy, Thomas confirme cette difficulté à faire fructifier des petits projets de jeux Kinect. Le programme ID@Xbox (dont nous avons rencontré le patron européen lors de la Paris Games Week) facilite les démarches nécessaires pour parvenir à être répertorié sur le Xbox Live, mais il ne résout pas tous les problèmes. Thomas et sa graphiste de l’époque, Laurence, s’inscrivent sur le programme début 2015 et se rendent vite compte, comme Nick Madonna, que la taille du projet allait poser problème.

« Hoy est un petit jeu, raconte Thomas, il aurait donc fallu le vendre à un prix très bas. Sauf que c’est impossible sur le Xbox Live où il existe un prix plancher, quelque chose comme 9 euros, je crois. Hors promo, impossible de passer sous ce prix. Il était donc impossible de vendre un jeu à 1 ou 2 euros. La proposition de compilation tombait donc très bien. »

La proposition de Nick Madonna arrive à peu près au même moment que la tentative de commercialisation de Hoy. Thomas n’était pas le seul à avoir été sollicité et 3 autres développeurs, chacun avec leur jeu, sont finalement impliqués dans le projet.