Dossier

[The Walking Dead] Fin de la saison 8, avenir du show, notre avis sur une série de zombies en fin de vie

Notre avis
6 / 10
Série

Par Mathieu le

Quel avenir pour The Walking Dead ? Après un épisode final attendu, la saison huit s’est donc terminée dans la nuit de dimanche à lundi, réservant bien évidemment son lot de surprises. Des hauts mais aussi des bas ont rythmé le show depuis ses débuts. Au fil des années, les spectateurs ont commencé à se plaindre, argumentant, assez rationnellement, que la série perdait doucement en qualité et ne captivait plus comme à ses débuts.

Les audiences ont diminué (des centaines de milliers de téléspectateurs  en moins) faisant perdre, par la même occasion, une certaine légitimité à la série. Pourtant, la seconde partie de la huitième saison s’annonçait haletante, avec un final qu’on espérait explosif, et, pourquoi pas, un dénouement au duel Negan-Rick débuté il y a deux ans déjà. Mission accomplie ?

Attention, cet article contient des spoils et il est préférable de ne pas le lire si vous n’êtes pas à jour dans la série.

L’Homme avant la mort

The Walking Dead, c’est l’histoire d’un homme, Rick Grimes, qui a traversé des tempêtes, vécu des cauchemars bien réels, mais a toujours réussi à s’en sortir grâce à son sens inné de la survie. Ce huitième acte n’a aucunement dérogé à la règle. Les seize épisodes auxquels nous avons assisté se résumaient à un objectif : en finir avec la dictature imposée par Negan. Les rôdeurs sont en effet, depuis deux ans, relégués à de vulgaires seconds rôles. L’ennemi principal, celui qui fait vraiment trembler les foules, c’est un homme en parfaite santé, à la tête des Sauveurs. Un point intéressant, même s’il ne plait pas à tous, puisqu’il suggère que les humains peuvent parfois être aussi dangereux, voire plus, que les morts-vivants.

Mais le problème de la série, et notamment de ce huitième acte, c’est qu’il a la fâcheuse tendance à lasser, et même à ennuyer. On se demande où est passée la tension et les instants dramatiques qui caractérisaient si bien le show. Alors, oui, Carl, le fils de Rick et figure emblématique de The Walking Dead est mort, emporté par une morsure de rôdeur. Mais est-ce vraiment une surprise quand, depuis plus d’un an, son interprète explique vouloir quitter la série ? Seize épisodes pour préparer un affrontement final, le dernier passage marquant d’une guerre qui aura tenté, parfois vainement, de tenir en haleine. Oui, c’est peut-être trop.

On retient tout de même des moments marquants et intelligents dans cette saison huit. Negan reste un personnage fort, d’une rare intelligence, machiavélique à souhait et qui réussit malgré tout à provoquer la sympathie. Ses réactions et intimidations ont, heureusement, dynamisé le show en lui apportant ce qu’il fallait d’énergie. Mais ce n’est pas suffisant. Certains avanceront même qu’il était temps que son combat contre Rick se termine. On est d’accord.

La montée en puissance de Maggie, la folie qui envahit Morgan et le double-jeu de Dwight sont les autres grands éléments à retenir de ce nouvel acte. Et ils n’ont connu un dénouement que dans le final diffusé lundi.