Dossier

Un an après, la Nvidia GeForce GTX 1080 Ti vaut-elle toujours le coup pour jouer en 4K ? (Spoilers : oui)

Hardware

Par Redac JDGe le

Ah, le mois de janvier. Moment crucial de l’année où l’on regrette les excès survenus lors des fêtes passées, en jurant que l’on ne nous y reprendra plus avant de faire la liste des bonnes résolutions que l’on tiendra, promis juré craché, jusqu’au bout. Le début de l’année rime aussi (dans nos têtes) avec renouveau. Alors que le monde de la tech’ vient de faire son show au CES de Las Vegas et que les soldes d’Hiver battent leur plein depuis presque une semaine, pourquoi ne pas en profiter pour donner un coup de boost à la configuration de son ordi ? Et tant qu’à faire viser le meilleur ou presque ?

Et cette quasi-perfection, c’est chez Nvidia que l’on peut la dénicher. Il faut dire que le constructeur de Santa Clara n’a que peu de concurrence sur le secteur de la carte graphique ultra haut de gamme grand public (on retire volontairement la Quadro P6000 qui se destine aux professionnels). Même si la Radeon RX Vega 64 offre d’excellentes performances en matière de jeux et dans la gestion de la 4K, elle reste bien moins performante que la GeForce GTX 1080 Ti – on parle d’une différence de vitesse de 40% en faveur du bébé de Nvidia – et la GeForce Titan X.

Pourquoi ne pas se tester directement cette dernière nous direz-vous ? Cela reviendrait à renier la raison d’exister de la GeForce GTX 1080 Ti, à savoir offrir peu ou prou les mêmes performances que la Titan X, à un prix moins élevé.

Une carte qui en a dans le ventre

Avant de nous pencher sur ce qui nous intéresse : ses capacités en jeux, rappelons rapidement ce que la GeForce GTX 1080 Ti a à nous offrir. Comme sa grande sœur, la Titan X, la GeForce GTX 1080 Ti intègre un GPU 102 gravé en 16nm. Sur les 30 Streaming Multiprocessors qui le composent, seuls 28 vont aux charbons, soit 3584 cœurs CUDA et 224 unités de textures au total. Cela représente une fréquence de base s’élevant à 1480 MHz et fréquence Boost de 1582 MHz (contre respectivement 1417 et 1531 MHz pour la Titan X).

La GeForce GTX 1080 Ti sacrifie un contrôleur mémoire 32 bits face à la Titan X, passant ainsi de 12 à 11. La conséquence ? Une mémoire vidéo qui culmine à 11 Go, là où la Titan X se targue de 12 Go. En revanche, côté bande passante, et malgré un bus mémoire réduit à 352 bits, la GeForce GTX 1080 Ti offre 484 Go/s contre 480 Go/s pour la Titan X. Une performance qui incombe à Micron et ses puces de GDDR5X.

Enfin, la GeForce GTX 1080 Ti perd aussi au niveau du cache L2 avec un total de 2816 ko, soit 256 Ko de moins que la Titan X. La limite de consommation est plafonnée à 250 W, et croyez-nous, la GeForce GTX 1080 Ti les atteint sans peine lorsqu’elle est utilisée en jeu

“Ok, c’est bien joli tout ça, mais LES JEUX dans tout ça ?”. Du calme impatient lecteur, on y arrive. En effet, le principal intérêt d’opter pour une Geforce GTX 1080 Ti est de faire tourner ses jeux en 4K. Si les performances de la carte de Nvidia étaient plus qu’appréciables l’année dernière, qu’en est-il avec des jeux plus récents ?

Let’s play a game

Pour ce test nous avons choisi trois des plus beaux jeux du moment, à savoir Star Wars Battlefront II, Assassin’s Creed Origins et Forza Motorsport 7. Nous avons aussi jeté notre dévolu sur le titre le plus joué en 2017, l’ogre PlayerUnknown’s BattleGrounds, qui a longtemps souffert de problèmes d’optimisation. Enfin, tant pour notre plaisir que pour la richesse de son monde ouvert, The Witcher III fait également un passage sur le banc de test.

Côté configuration, notre choix s’est porté sur une carte mère Asus Z170 Pro Gaming, un processeur Intel Core i7-6700K 4 coeurs 4GHz, 16 Go de RAM DDR4 G-Skills RipJaws, un SSD de 250 Go, et un disque dur de 2 To. Cette configuration bien solide vous permet de profiter pleinement de la 4K et de la VR en restant sous la barre des 1 800 euros. L’écran, lui, est un Acer Predator XB281HK.

Pour chaque jeu, nous poussons les paramètres au maximum. La résolution est de 3840 x 2160 Pixels, la qualité graphique est en ultra ou équivalent, et le rafraîchissement est à 60 Hz (le maximum pour l’écran) pour Star Wars Battlefront II, The Witcher III et PUBG, et en dynamique pour Forza Motorsport 7 et Assassin’s Creed Origins.

Cliquez sur l’image pour accéder aux résultats

Comme vous pouvez le voir, seuls PUBG et The Witcher III n’ont pas su se maintenir au-dessus des 60 FPS constant, avec une moyenne respective de 49 et 47 FPS. De son côté, Forza Motorsport 7 est bloqué à 60 FPS et s’y maintient sans problème. Assassin’s Creed Origins aussi atteint les 61 FPS de moyenne sans broncher, avec parfois des chutes sous la barre des 50 FPS (dans certaines grosses villes).

Reste alors Battlefront II. Si la moyenne des FPS est de 63 images/seconde, le jeu de EA, fort du moteur Frostbite 3, est parvenu à atteindre les 85 FPS lors des missions à pied, et même les 120 FPS de moyenne lors des pérégrinations en vaisseau.
Hormis PUBG qui a mis une dizaine de secondes à charger les textures du serveur d’attente, l’expérience de jeu s’est avérée fluide dans les 5 jeux. Nous n’avons subi aucun ralentissement, ni même freeze.

Abordons enfin la question de la nuisance sonore. En plein jeu, lorsque la carte est chaude (aux alentours de 82° C), le ventilateur se démène pour maintenir la température au-dessous de la limite des 95°C. Une telle tâche occasionne évidemment du bruit, et la GeForce GTX 1080 Ti peut rapidement atteindre les 40 DBA.

Notre avis

Presque une année après sa sortie, la Nvidia GeForce GTX 1080 Ti reste l'excellent rapport qualité-prix qu'elle a toujours été. Avec ses capacités équivalentes à une Titan X et son tarif proche d'une 1080 classique, vous êtes clairement en face de la meilleure carte graphique pour jouer en 4K sans problème et/ou dépoussiérer votre casque VR.