Test

[Impressions] Besiege – J’ai voulu construire une petite charrette, mais elle a explosé

Par Corentin le

Besiege, pour reprendre l’expression de Pierre, c’est un peu comme si vous étiez ingénieur pour Louis XV. On résout tous les problèmes en mettant plus de canons sur le chariot.

Besiegetitre

Après si vous n’êtes pas très canon, vous pouvez mettre des scies circulaires ou des pics, aussi, hein ? Le principe de Besiege est très simple. On vous a octroyé la World Elite™ MasterCard® du seigneur du coin et vous avez un crédit illimité pour construire n’importe quelle machine de guerre. Souvent, ladite machine sera improbable, instable, voire dangereuse pour sa propre intégrité.

Seule la place que votre machine prend est limitée. Vous devez la construire dans un volume déterminé pour réussir la mission qui vous est assignée. En fonction des tableaux à compléter, vous devrez ainsi détruire des bâtiments, tuer des personnes ou des animaux, déplacer des objets ou atteindre des endroits.

La physique du jeu est très particulière et rend l’exercice d’ingénierie médiévale absolument drôle. Les constructions invraisemblables qui en découlent parviennent rarement à atteindre les objectifs fixés. Mais comme le jeu ne vous limite pas dans le nombre de tentatives que vous pouvez faire, vous pouvez ajuster, puis recommencer, puis ajuster de nouveau, puis retenter, jusqu’à ce que ça marche enfin.

Catalol-besiege

Les éléments que vous donne le jeu sont élémentaires. Vous aurez peu de fonctions élaborées. Ça sera au joueur de les concevoir avec des pistons, des engrenages, des roues, des élastiques et autres quincailleries de ce genre. La boite à outils est suffisamment fournie pour que les possibilités soient extrêmement grandes.

Certains éléments sont modulables. Par exemple, il est possible de faire varier le poids des lests que l’on peut utiliser pour équilibrer une structure volante (spoilers : les structures volantes finissent toujours par lamentablement se crasher dans Besiege). Ou bien, il est possible de choisir le bouton qui servira à actionner un canon, ou une roue motorisée. Il est ainsi possible de se faire un petit véhicule avec une maniabilité bien particulière. Tout dépendra de la façon dont vous l’aurez conçue, en fait.

Construct petite fureur besiege

L’interface est simple et claire, car si le jeu finit par devenir foutraque et hilarant, la direction artistique et l’interface utilisateur sont on ne peut plus épurées et stylisées. Les bâtiments sont perdus dans un néant blanc, presque futuriste. Le joueur se retrouve alors dans la situation du gamin qui va construire avec ses LEGO le char qui va prendre d’assaut le château Playmobil de son grand frère et rien d’autre n’a d’importance. On donne des petits noms aux machines (on peut les sauvegarder et les charger à volonté). On les sort. On les range. On les modifie. On fait des bruits avec sa bouche au moindre impact. Ça ne marche pas, mais on rit. On rit énormément. Surtout quand on échoue lamentablement. Jamais l’échec n’aura été aussi gratifiant dans un jeu qu’il ne l’est dans Besiege.

Cependant, et on arrive au seul gros point noir du jeu, Besiege est en early access et son contenu est rachitique. Si vous êtes doués, vous pouvez finir les 15 missions du jeu en 2 heures, et 3 si vous êtes un peu nul comme moi. Alors certes, il y a bien les modes sandbox qui peuvent donner lieu à des créations étranges comme celles que je vous avais présentées il y a quelques jours, mais il n’empêche que c’est encore un peu tôt pour conseiller réellement l’investissement (même tout petit) dans Besiege.

Si vous avez l’âme d’un ingénieur un peu fou, je pense que vous pouvez vous laisser tenter par Besiege. Toutefois, et à cause de sa courte durée de vie, je pense que le bon compromis serait d’attendre qu’au moins un deuxième monde, et donc qu’une nouvelle quinzaine de niveaux, sorte. Mais il est vrai que le top du top, serait un mode multijoueur. Car je n’ai qu’une envie, c’est de confronter mon EnginEnfer.bsg avec le Destroyator.bsg de Greg. Ça serait vraiment le pied, et je pourrais alors sereinement vous conseiller l’achat de Besiege sans aucune hésitation.

Besiege est disponible en accès anticipé pour 7 euros sur Steam ou Humble Store. Le jeu est compatible Windows, Mac et Linux.

Besiege, pour reprendre l’expression de Pierre, c’est un peu comme si vous étiez ingénieur pour Louis XV. On résout tous les problèmes en mettant plus de canons sur le chariot.

Besiegetitre

Après si vous n’êtes pas très canon, vous pouvez mettre des scies circulaires ou des pics, aussi, hein ? Le principe de Besiege est très simple. On vous a octroyé la World Elite™ MasterCard® du seigneur du coin et vous avez un crédit illimité pour construire n’importe quelle machine de guerre. Souvent, ladite machine sera improbable, instable, voire dangereuse pour sa propre intégrité.

Seule la place que votre machine prend est limitée. Vous devez la construire dans un volume déterminé pour réussir la mission qui vous est assignée. En fonction des tableaux à compléter, vous devrez ainsi détruire des bâtiments, tuer des personnes ou des animaux, déplacer des objets ou atteindre des endroits.

La physique du jeu est très particulière et rend l’exercice d’ingénierie médiévale absolument drôle. Les constructions invraisemblables qui en découlent parviennent rarement à atteindre les objectifs fixés. Mais comme le jeu ne vous limite pas dans le nombre de tentatives que vous pouvez faire, vous pouvez ajuster, puis recommencer, puis ajuster de nouveau, puis retenter, jusqu’à ce que ça marche enfin.

Catalol-besiege

Les éléments que vous donne le jeu sont élémentaires. Vous aurez peu de fonctions élaborées. Ça sera au joueur de les concevoir avec des pistons, des engrenages, des roues, des élastiques et autres quincailleries de ce genre. La boite à outils est suffisamment fournie pour que les possibilités soient extrêmement grandes.

Certains éléments sont modulables. Par exemple, il est possible de faire varier le poids des lests que l’on peut utiliser pour équilibrer une structure volante (spoilers : les structures volantes finissent toujours par lamentablement se crasher dans Besiege). Ou bien, il est possible de choisir le bouton qui servira à actionner un canon, ou une roue motorisée. Il est ainsi possible de se faire un petit véhicule avec une maniabilité bien particulière. Tout dépendra de la façon dont vous l’aurez conçue, en fait.

Construct petite fureur besiege

L’interface est simple et claire, car si le jeu finit par devenir foutraque et hilarant, la direction artistique et l’interface utilisateur sont on ne peut plus épurées et stylisées. Les bâtiments sont perdus dans un néant blanc, presque futuriste. Le joueur se retrouve alors dans la situation du gamin qui va construire avec ses LEGO le char qui va prendre d’assaut le château Playmobil de son grand frère et rien d’autre n’a d’importance. On donne des petits noms aux machines (on peut les sauvegarder et les charger à volonté). On les sort. On les range. On les modifie. On fait des bruits avec sa bouche au moindre impact. Ça ne marche pas, mais on rit. On rit énormément. Surtout quand on échoue lamentablement. Jamais l’échec n’aura été aussi gratifiant dans un jeu qu’il ne l’est dans Besiege.

Cependant, et on arrive au seul gros point noir du jeu, Besiege est en early access et son contenu est rachitique. Si vous êtes doués, vous pouvez finir les 15 missions du jeu en 2 heures, et 3 si vous êtes un peu nul comme moi. Alors certes, il y a bien les modes sandbox qui peuvent donner lieu à des créations étranges comme celles que je vous avais présentées il y a quelques jours, mais il n’empêche que c’est encore un peu tôt pour conseiller réellement l’investissement (même tout petit) dans Besiege.

Si vous avez l’âme d’un ingénieur un peu fou, je pense que vous pouvez vous laisser tenter par Besiege. Toutefois, et à cause de sa courte durée de vie, je pense que le bon compromis serait d’attendre qu’au moins un deuxième monde, et donc qu’une nouvelle quinzaine de niveaux, sorte. Mais il est vrai que le top du top, serait un mode multijoueur. Car je n’ai qu’une envie, c’est de confronter mon EnginEnfer.bsg avec le Destroyator.bsg de Greg. Ça serait vraiment le pied, et je pourrais alors sereinement vous conseiller l’achat de Besiege sans aucune hésitation.

Besiege est disponible en accès anticipé pour 7 euros sur Steam ou Humble Store. Le jeu est compatible Windows, Mac et Linux.