Test

Impressions : Conduit 2

Par François le

Le second opus du meilleur FPS de la Wii arrive dans un contexte nettement plus concurrentiel que le premier. En effet Conduit 2 (qui perd du coup le « The » au passage) va se retrouver en frontal avec GoldenEye 007.

Avant de vous parler de GoldenEye, je vais essayer de vous détailler un peu les nouveautés de ce nouvel opus… Dans la suite !

4925Conduit_logo_white


Sega avait lancé une grande offensive hardcore il y a peu sur Wii, notamment avec The Conduit et MadWorld. Les ventes des 2 titres n’ont malheureusement pas été à la hauteur. The Conduit avait été à l’époque (à juste titre d’ailleurs) élu meilleur FPS de la Wii. Les développeurs ont donc capitalisé sur ce succès, en commençant à travailler sur le second opus directement après la sortie du premier. On reprend donc l’histoire directement après la fin du premier opus, ou le héros, l’agent Michael Ford sautait dans le « Conduit » pour une destination inconnue. Il se retrouve donc au milieu du triangle des Bermudes, sur une station de forage en haute mer. Je ne vais pas dévoiler plus l’histoire, sachez néanmoins que dans votre traque de l’alien John Adams vous visiterez des décors plutôt différents de ceux que vous avez pu cotoyer dans le premier (si ça c’est pas du teasing).

Le producteur du titre (Josh Olson) nous a confié qu’ils avaient essayé de faire évoluer leur moteur en corrigeant les lacunes de The Conduit. Ils se sont donc focalisés sur l’intelligence artificielle, le level design et la direction artistique. Ils ont également peaufiné leur moteur, qui a été développé uniquement pour la Wii. En ce qui concerne les gunfights, on note l’apparition d’un « iron sight » (mode de visée à l’épaule) pour toutes les armes, le joueur peut maintenant sprinter avec n’importe quelle arme dans la main, et les niveaux sont plus fournis en armes à ramassées. Petite nouveauté, l’Aegis génère un champs de force autour de vous capable d’accumuler les balles, shrapnel et autres missiles tout en vous protégeant des attaques massives. Vous pourrez ensuite libérer d’un seul coup, et dans tous les sens une attaques destructrices en relâchant le bouclier. Les combats contre les boss prennent une autre mesure via une logique de phase de combat qui vous fera un peu réfléchir. En effet vous devrez trouver à chaque phase la meilleur solution pour faire diminuer la vie du Boss. Le multjoueur est bien présent, avec un nouveau mode « Team Invasion » qui vous placera, vous et trois amis en face de horde incessante d’aliens de plus en plus coriaces. On peut également jouer en multi en split screen, ce qui n’existait pas dans le premier opus.

Je n’avais pas vraiment eu l’occasion de jouer a The conduit… Mais ce second opus, tant pas sa réalisation de haute volée (pour de la Wii) et l’enthousiasme du petit studio indépendant m’ont donné envie de me plonger dans le monde SF de Conduit !

Le second opus du meilleur FPS de la Wii arrive dans un contexte nettement plus concurrentiel que le premier. En effet Conduit 2 (qui perd du coup le « The » au passage) va se retrouver en frontal avec GoldenEye 007.

Avant de vous parler de GoldenEye, je vais essayer de vous détailler un peu les nouveautés de ce nouvel opus… Dans la suite !

4925Conduit_logo_white


Sega avait lancé une grande offensive hardcore il y a peu sur Wii, notamment avec The Conduit et MadWorld. Les ventes des 2 titres n’ont malheureusement pas été à la hauteur. The Conduit avait été à l’époque (à juste titre d’ailleurs) élu meilleur FPS de la Wii. Les développeurs ont donc capitalisé sur ce succès, en commençant à travailler sur le second opus directement après la sortie du premier. On reprend donc l’histoire directement après la fin du premier opus, ou le héros, l’agent Michael Ford sautait dans le « Conduit » pour une destination inconnue. Il se retrouve donc au milieu du triangle des Bermudes, sur une station de forage en haute mer. Je ne vais pas dévoiler plus l’histoire, sachez néanmoins que dans votre traque de l’alien John Adams vous visiterez des décors plutôt différents de ceux que vous avez pu cotoyer dans le premier (si ça c’est pas du teasing).

Le producteur du titre (Josh Olson) nous a confié qu’ils avaient essayé de faire évoluer leur moteur en corrigeant les lacunes de The Conduit. Ils se sont donc focalisés sur l’intelligence artificielle, le level design et la direction artistique. Ils ont également peaufiné leur moteur, qui a été développé uniquement pour la Wii. En ce qui concerne les gunfights, on note l’apparition d’un « iron sight » (mode de visée à l’épaule) pour toutes les armes, le joueur peut maintenant sprinter avec n’importe quelle arme dans la main, et les niveaux sont plus fournis en armes à ramassées. Petite nouveauté, l’Aegis génère un champs de force autour de vous capable d’accumuler les balles, shrapnel et autres missiles tout en vous protégeant des attaques massives. Vous pourrez ensuite libérer d’un seul coup, et dans tous les sens une attaques destructrices en relâchant le bouclier. Les combats contre les boss prennent une autre mesure via une logique de phase de combat qui vous fera un peu réfléchir. En effet vous devrez trouver à chaque phase la meilleur solution pour faire diminuer la vie du Boss. Le multjoueur est bien présent, avec un nouveau mode « Team Invasion » qui vous placera, vous et trois amis en face de horde incessante d’aliens de plus en plus coriaces. On peut également jouer en multi en split screen, ce qui n’existait pas dans le premier opus.

Je n’avais pas vraiment eu l’occasion de jouer a The conduit… Mais ce second opus, tant pas sa réalisation de haute volée (pour de la Wii) et l’enthousiasme du petit studio indépendant m’ont donné envie de me plonger dans le monde SF de Conduit !