Test

[Impressions] Mega Man 11, le retour du robot bleu de notre enfance

Jeux-Video

Par Mathieu le

En 1987, le monde fait la connaissance d’un robot humanoïde, nommé Rock. Au fil de ses aventures, et de celles de son successeur, Mega Man X, on apprend à apprécier ce héros pas comme les autres qui aura droit à moult versions sur diverses consoles, de la borne d’arcade en passant par la Gameboy, la Mega Drive ou plus récemment sur Switch dans Mega Man Legacy Collection. Plus de vingt ans se sont écoulés et les fans du personnage sont encore nombreux, même si le succès des jeux est plus confidentiel en Europe. Mega Man 11, attendu d’ici octobre prochain sur PS4, Xbox One, PC et Switch s’est laissé approcher le temps de deux niveaux.

Mega Dur

Une chose nous a rapidement marqués en lançant Mega Man 11 : la vision d’un mode facile. Trois niveaux de difficulté étaient présentés : “newcommer“, “casual gamer” et “normal” (sans oublier le mode hard, à débloquer par la suite). Autant être franc, pour quelqu’un qui n’a jamais joué à un épisode de la saga, il est presque insensé de débuter par le mode normal. C’est donc en tant que « newcommer » que le premier niveau a été entamé.

Au total, le titre propose huit niveaux, chacun bénéficiant d’une architecture et de variations de gameplay qui leur sont propres. Les habitués seront en terrain connu, puisque les sensations de jeux paraissent être une évolution plus qu’une révolution. On avance avec le joystick gauche, on saute avec la croix, on tire avec le carré, on concentre son énergie en laissant notre doigt sur cette même touche, etc. On est en terrain connu.

Néanmoins, on note la présence d’apports intéressants qui ont un vrai impact sur la façon d’évoluer au sein des zones de chaque niveau. En pressant le bouton L1, on va ainsi activer un mode limité dans le temps permettant de tirer non pas une, mais bien deux boules d’énergie en même temps. En appuyant sur R1, le temps est ralenti et cela permet au joueur d’appréhender plus facilement les ennemis qui auxquels on fait face, tout comme une meilleure gestion des sauts. On peut également évoquer l’aide, précieuse, de Rush le chien de Mega Man qui arrive en pressant le bouton triangle et permet de sauter plus haut, et donc, plus loin.

Plateformer nouvelle génération

Manette en main, cela se traduit par une concentration de tous les instants. Comme cela peut-être le cas avec bon nombre de plateformers sortis ces dernières années (Super Meat Boy en tête), Mega Man 11 demande une habilité certaine, mais aussi beaucoup de patience. Si on nous assure que ce nouvel opus se veut plus « grand public » que ses ainés, reste une expérience qui peut vite désarçonner. Les ennemis, parfois nombreux à l’écran, mais aussi les différents pièges sans omettre les quelques obstacles présents sur le parcours ne facilitent pas la vie. Et que dire des boss, qu’il faudra analyser avec rapidité et intelligence pour pouvoir les vaincre.

Chaque niveau comporte un ennemi principal qu’il faut vaincre afin de remporter un nouveau pouvoir spécial. L’intérêt de ces derniers réside dans le fait qu’ils permettent d’améliorer notre approche des différentes zones. Par exemple, alors qu’il n’est possible que de tirer en face de soi au début du jeu, vaincre le boss du premier niveau débloquera le tir en l’air, souvent primordial par la suite. On retrouve également diverses attaques spéciales qui « faciliteront » l’aventure au fur et à mesure que l’on avance.

Techniquement, Mega Man 11 ne prend pas trop de risques même s’il se veut bien plus mignon qu’auparavant, notamment grâce à des arrière-plans de qualités et une direction artistique maitrisée. Yuji Ishihara, qui a officié sur cet épisode, a eu l’intelligence de moderniser le côté visuel du jeu pour le rendre plus attrayant à l’œil tout en préservant les codes des anciens épisodes. On a parfois l’impression d’être projeté dans un épisode de dessin animé, ce qui est avouons-le, une bonne chose. Notons que malgré des séquences parfois chargées de nombreux éléments, aucune baisse de framerate ne s’est fait ressentir, malgré le fait qu’il s’agisse d’une version en bêta.

Notre avis

Attendu pour octobre prochain, Mega Man 11 promet d'être un bel hommage à la série, entre classicisme et modernité. S’il ne devrait pas révolutionner la formule, les quelques nouvelles idées et sa maîtrise du genre plateformer pourraient ravir les puristes. Reste une difficulté parfois décourageante, même si l’on sent des efforts pour toucher un public plus vaste. Réponse dans quelques mois sur PS4, Xbox One, PC et Switch.