Test

Impressions : Modern Warfare 3 (mode solo)

Par François le

J’ai l’impression qu’il n’y a que deux manières d’appréhender la franchise Modern Warfare… Soit on est ultra fan, soit on déteste… Moi j’aime… Pourtant elle n’accouche pas des meilleurs jeux du monde. Alors évidemment, quand on me propose de voir deux niveaux complets du troisième opus, et bien je cours ! Ce qu’il faut savoir […]

J’ai l’impression qu’il n’y a que deux manières d’appréhender la franchise Modern Warfare… Soit on est ultra fan, soit on déteste… Moi j’aime… Pourtant elle n’accouche pas des meilleurs jeux du monde. Alors évidemment, quand on me propose de voir deux niveaux complets du troisième opus, et bien je cours !

Ce qu’il faut savoir déjà, c’est que l’on reprend le jeu juste après les événements dépeints dans le second opus. La première mission que l’on nous montre est celle que vous avez pu voir si vous avez suivi la conférence Microsoft. On commence donc dans les tunnels de NY. Le but est de prendre le contrôle de la salle de lancement de missiles d’un sous marin d’attaque qui se trouve dans la baie de Manhattan. Graphiquement, on est dans du Modern Warfare 2 boosté. Cela s’approche du rendu de Black Ops. On espère du coup que la chose sera mieux optimisée que ce dernier sur PC. Une fois les mines placées sur les moteurs du sous-marin, et celui à l’arrêt en surface, on remonte, et on découvre un champ de bataille qui se trouve être Manhattan… Les tours sont éventrées, et un grand nombre de bateaux sont a moitié détruits dans la baie. Après une légère course sur le sous marin, on pénètre par une écoutille à l’intérieur, et la on retrouve un gameplay classique de Call of Duty, à savoir la progression dans un environnement hostile, et légèrement, j’ai bien dit légèrement, scripté. On retrouve les passages en slow motion déjà aperçus dans divers trailers lorsque l’on fait exploser une porte. Le cimetière de bateau a moitié éventré de la baie de New York est le théatre d’une course poursuite, encore une fois bien scriptée, mais haletante. Les bâtiments ne sont certes pas parfaits… Mais ce n’est pas si mal.

On attaque la deuxième mission… Elle se nomme Mind The Gap : j’imagine qu’on va finir dans le métro Londonien. Elle se déroule en vue satelitte, un peu comme la mission montagnarde de Black Ops. Sauf qu’on prend vite en main l’un des soldats présent sur le champ de bataille. Ici il faut être assez discret, et nettoyer une zone d’entrepôts pour inspecter le contenu d’un camion. Dans ce niveau, ce qui frappe est le niveau de détail de certaines textures, c’est vraiment crédible. En fait, il faut avouer que même si le moteur commence à dater, le studio de développement en charge du jeu se “sauve” grâce au talent de ses graphistes ! On poursuit notre progression. Fait amusant : les ennemis que l’on rencontre ont toujours des armes avec silencieux… Après avoir inspecté le camion, qui est bien entendu vide, on se retrouve en plein gunfight au milieu de voitures diverses. On progresse en massacrant gentiment les terroristes, et on arrive dans une zone qui ressemble a un chantier de construction. On reconnaît bien le skyline de Londres à l’arrière plan. Le gunfight s’intensifie, et notre hélicoptère de soutien lâche quelques salves pour nettoyer le chemin… Les terroristes se sauvent vers un accès de métro qui est ouvert au milieu du chantier. Rapidement les ennemis monte dans une rame de métro à l’arrêt, et en prenne le contrôle… On se jette a l’arrière d’un pickup et on commence a remonter le tunnel du tube pour nettoyer le métro dans lequel se trouve les terroristes. A un moment de la poursuite, on évite un métro qui vient en sens inverse. A un autre, on passe au travers d’une station surchargée de public, et on entend leurs cris de panique. Puis, le premier pick up devant nous fait une embardée et explose sous le métro… Pour tout vous avouer, la scène m’a évoquer un Die Hard, ni plus, ni moins ! On assiste impuissant à la destruction de la rame de métro et… Boum, la démo est finie…

Pas de surprise : Modern Warfare 3 est le digne descendant de son prédécesseur, et si la narration est à la hauteur de son prédecesseur, et qu’il jouit surtout et principalement d’un mode solo plus étalé, Activision n’a pas de soucis à se faire… On en reparle le jour de notre test !

J’ai l’impression qu’il n’y a que deux manières d’appréhender la franchise Modern Warfare… Soit on est ultra fan, soit on déteste… Moi j’aime… Pourtant elle n’accouche pas des meilleurs jeux du monde. Alors évidemment, quand on me propose de voir deux niveaux complets du troisième opus, et bien je cours !

Ce qu’il faut savoir déjà, c’est que l’on reprend le jeu juste après les événements dépeints dans le second opus. La première mission que l’on nous montre est celle que vous avez pu voir si vous avez suivi la conférence Microsoft. On commence donc dans les tunnels de NY. Le but est de prendre le contrôle de la salle de lancement de missiles d’un sous marin d’attaque qui se trouve dans la baie de Manhattan. Graphiquement, on est dans du Modern Warfare 2 boosté. Cela s’approche du rendu de Black Ops. On espère du coup que la chose sera mieux optimisée que ce dernier sur PC. Une fois les mines placées sur les moteurs du sous-marin, et celui à l’arrêt en surface, on remonte, et on découvre un champ de bataille qui se trouve être Manhattan… Les tours sont éventrées, et un grand nombre de bateaux sont a moitié détruits dans la baie. Après une légère course sur le sous marin, on pénètre par une écoutille à l’intérieur, et la on retrouve un gameplay classique de Call of Duty, à savoir la progression dans un environnement hostile, et légèrement, j’ai bien dit légèrement, scripté. On retrouve les passages en slow motion déjà aperçus dans divers trailers lorsque l’on fait exploser une porte. Le cimetière de bateau a moitié éventré de la baie de New York est le théatre d’une course poursuite, encore une fois bien scriptée, mais haletante. Les bâtiments ne sont certes pas parfaits… Mais ce n’est pas si mal.

On attaque la deuxième mission… Elle se nomme Mind The Gap : j’imagine qu’on va finir dans le métro Londonien. Elle se déroule en vue satelitte, un peu comme la mission montagnarde de Black Ops. Sauf qu’on prend vite en main l’un des soldats présent sur le champ de bataille. Ici il faut être assez discret, et nettoyer une zone d’entrepôts pour inspecter le contenu d’un camion. Dans ce niveau, ce qui frappe est le niveau de détail de certaines textures, c’est vraiment crédible. En fait, il faut avouer que même si le moteur commence à dater, le studio de développement en charge du jeu se “sauve” grâce au talent de ses graphistes ! On poursuit notre progression. Fait amusant : les ennemis que l’on rencontre ont toujours des armes avec silencieux… Après avoir inspecté le camion, qui est bien entendu vide, on se retrouve en plein gunfight au milieu de voitures diverses. On progresse en massacrant gentiment les terroristes, et on arrive dans une zone qui ressemble a un chantier de construction. On reconnaît bien le skyline de Londres à l’arrière plan. Le gunfight s’intensifie, et notre hélicoptère de soutien lâche quelques salves pour nettoyer le chemin… Les terroristes se sauvent vers un accès de métro qui est ouvert au milieu du chantier. Rapidement les ennemis monte dans une rame de métro à l’arrêt, et en prenne le contrôle… On se jette a l’arrière d’un pickup et on commence a remonter le tunnel du tube pour nettoyer le métro dans lequel se trouve les terroristes. A un moment de la poursuite, on évite un métro qui vient en sens inverse. A un autre, on passe au travers d’une station surchargée de public, et on entend leurs cris de panique. Puis, le premier pick up devant nous fait une embardée et explose sous le métro… Pour tout vous avouer, la scène m’a évoquer un Die Hard, ni plus, ni moins ! On assiste impuissant à la destruction de la rame de métro et… Boum, la démo est finie…

Pas de surprise : Modern Warfare 3 est le digne descendant de son prédécesseur, et si la narration est à la hauteur de son prédecesseur, et qu’il jouit surtout et principalement d’un mode solo plus étalé, Activision n’a pas de soucis à se faire… On en reparle le jour de notre test !