Test

[Impressions] Resident Evil 2 Remake, le sang de la veine ?

Jeux-Video

Par Mathieu le

Le 8 mai 1998, à quelques mois du premier titre de Champion du Monde de l’Équipe de France de Football, Capcom sortait Resident Evil 2. Moins d’un an après une première aventure horrifique très réussie, le studio prouvait sa capacité à percer dans un genre particulier qui n’attirait pas forcément les joueurs de l’époque. Mais aujourd’hui, il est temps de dépoussiérer la recette pour lui donner une seconde vie, à l’instar des morts-vivants qu’on est forcé de combattre.

Resident Evil 2 Remake au meilleur prix

Un remake, vraiment ?

Lors de l’E3 de juin dernier, on avait pu poser nos mains sur une première version du remake de Resident Evil 2. Rapidement, la volonté des développeurs de faire de ce titre un hommage au jeu original tout en lui apportant quelques nouvelles mécaniques bienvenues en 2018 s’est fait ressentir. Pour avoir eu la chance de tester une nouvelle version, avec Claire cette fois-ci, on se rend compte que le terme remake n’a pas vraiment de sens ici. Si ce Resident Evil 2 reprend l’histoire et les codes du jeu original, il demeure bien une toute nouvelle expérience, qui peut être aussi bien découverte par les néophytes de la franchise que les fans de la première heure.

C’est donc avec Claire Redfield que l’on a pu replonger dans l’aventure et débuter une partie située durant le premier acte du jeu. Très vite, on se rend compte à quel point les développeurs ont respecté l’ADN de la série et de l’œuvre originale tout en apportant des changements importants. Dans le gameplay, cela se traduit par des mouvements plus intuitifs de notre personnage et des déplacements plus aisés à réaliser. Claire gagne en agilité et ses courses sont plus agréables que par le passé. De gros efforts ont été faits dans ce sens pour ne pas coller au remaster HD du premier Resident Evil qui était paresseux à l’époque.

Autre point, la caméra. Bien qu’elle colle parfois trop aux héros du jeu, elle s’adapte assez vite aux diverses situations pour ne pas trop devenir gênante. On regrette néanmoins quelques bugs qui empêchent d’avoir une visibilité optimale, notamment dans quelques moments chauds. On pense par exemple à la première confrontation avec William Birkin qui, malgré un certain dynamisme, a connu quelques problèmes à cause d’un mauvais positionnement de la caméra et d’une certaine raideur dans ses placements. On espère que, sur la durée, cela ne deviendra pas trop gênant.

Plus vivant que mort

L’interface et l’accès à l’inventaire ont été intelligemment revus. On peut rapidement choisir une arme en utilisant les croix directionnelles ce qui permet de s’adapter plus aisément en fonction des situations et des ennemis qui se dressent face à nous. Si le tout manque parfois de clarté (inutilité de certains objets qui prennent de la place), on ne peut que souligner ces ajustements qui paraissent aujourd’hui obligatoires. Attention tout de même, Resident Evil 2 Remake présente aussi quelques lacunes. Si ce n’est pas une pratique courante dans la saga, on aurait apprécié l’ajout d’un système d’esquive. Alors que tous les TPS de ces dernières années ont mis en exergue roulades et pas de côté qui permettent aux joueurs de se sortir de maintes situations périlleuses, ce Remake fait le choix de passer à côté. Cela induit forcément une certaine rigidité qui peut déplaire et qui fait un petit peu tache face à une concurrence de plus en plus féroce.

Les Lickers, ces sales bêtes

Les fans de Resident Evil n’aiment pas la facilité. Cela tombe bien, ce Remake du second épisode s’évertue à rendre la tâche du joueur ardue. Durant cette nouvelle session, on ressent une vraie tension qui pèse sur nos épaules et la possibilité de se faire surprendre à tout moment par les ennemis et notamment les Lickers. Un exemple ? Après avoir « nettoyé » une petite zone où deux des créatures se trouvaient, on pensait pouvoir paisiblement faire un tour et chercher de quoi looter. Au bout de quelques minutes, Claire Redfield retourne donc à l’endroit d’où elle venait, mais c’était sans compter sur un Licker qui nous attendait, accroché au plafond d’un lugubre couloir. Les zombies s’accrochent également beaucoup à leur mort et ne lâchent pas prise facilement, ce qui oblige le joueur à viser juste et bien pour économiser ses balles. Autant d’éléments qui devraient bien évidemment plaire aux puristes.

Raccoon, plus belle que jamais

Lorsqu’on évoquait Resident Evil 2 comme une nouvelle expérience et non un simple Remake, c’est aussi parce que le jeu offre une plus grande liberté. De nouvelles scènes ont été ajoutées et il est désormais possible de se rendre dans des endroits inaccessibles il y a 20 ans de cela. Si les fans du titre original trouveront leur marque rapidement, force est de constater que cet épisode recèle de nouveautés qui lui confère un charme inédit.

Techniquement, cet opus bénéficie du moteur RE Engine, qu’on avait pu voir à l’œuvre pour la première fois grâce à Resident Evil 7. Cela permet d’admirer des décors fourmillant de détails et l’on découvre les lieux de Raccoon City d’un nouvel œil. Les modélisations de Léon et Claire sont de qualité tout comme celles des différents antagonistes et créatures. On remarque d’ailleurs que les impacts de nos coups sont visibles directement sur le corps de nos ennemis tandis la saleté et les blessures apparaissent en temps réel sur les héros. Si ce n’est pas la claque visuelle de l’année, les efforts consentis paraissent tout de même remarquables.

Resident Evil 2 Remake au meilleur prix

Notre avis

Resident Evil 2 Remake s’annonce comme une aventure de grande qualité. Malgré des défauts inhérents aux premiers épisodes de la saga (rigidité, caméra hasardeuse) et quelques oublis dommageables (système d’esquive absent), le jeu devrait plaire autant aux fans de la première heure qu’aux néophytes. Dur, mais suffisamment accessible, suffisamment beau et très accrocheur, cet opus est à surveiller de très près. Sortie prévue le 25 janvier 2019 sur PS4, Xbox One et PC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *