Test

[Impressions] Uncharted 4 : Parce que le plaisir Nathan pas

Par Henri le

Prévu pour le mois prochain, Uncharted 4 s’est une nouvelle fois laissé approcher. L’occasion de confirmer la bonne impression qu’on s’en était fait auparavant.

U4-MAD_wide-vista

Uncharted 4 : A thief’s End ne sort que le 10 mai prochain, mais Naughty Dog est déjà prêt à livrer l’ultime chapitre de sa saga et de son héros Nathan Drake. Un épisode qui cristallise les attentes des fans, mais suscite également l’intérêt de millions d’autres joueurs à la recherche d’un bon titre exclusif à la machine de Sony.

Après avoir évoqué la partie multijoueur, qui s’annonce particulièrement enlevée cette année, nous avons cette fois-ci pu nous essayer à la campagne solo. Si les vidéos distillées au fil des mois montraient différents moments spectaculaires et scriptés comme la série a su en produire à la pelle, cette session de jeu nous a permis de découvrir un aspect assez nouveau pour ce genre de titre : une semi-liberté d’action.

mad-preview-still-04

À la recherche du trésor du célèbre pirate Henry Avery, notre bande de joyeux lurons se retrouve sur la magnifique île de Madagascar. Comme souvent, Drake n’est pas le seul sur les lieux et devra cette fois-ci faire face à une armée privée intéressée par le gros lot. Après tout, ce dernier serait tout de même estimé à 400 millions de dollars. Il faudra donc agir et se déplacer rapidement pour retrouver la trace du butin.

Ce niveau diffère des autres puisqu’on peut y conduire librement une Jeep dans un superbe panorama (en 1080p). Le terrain est plus ou moins balisé, mais libre à vous de foncer sur l’objectif, de vous balader à la recherche d’objets précieux ou tout simplement d’admirer un paysage magnifique, qui flatte une nouvelle fois la rétine.

U4-MAD-mud-hill

C’est d’ailleurs très probablement le plus beau jeu sur next-gen. La qualité des textures (notamment la boue) franchit un nouveau cap, qu’il sera difficile de dépasser sur nos consoles actuelles. Un monde semi-ouvert qui ne trahit cependant pas l’ADN de la série.

[nextpage title= »Uncharted IV : Far Cry Gear Solid Edition »]

Cette liberté se retrouve également dans le gameplay à pied, qui n’oublie pas de s’inspirer des derniers grands titres d’action comme Far Cry 4 ou Metal Gear Solid V. Vous aurez donc le choix entre la méthode forte ou la discrétion. Un choix qui peut inquiéter, car les titres cités ne sont pas exempts d’une certaine redondance, alors que la série Uncharted est connue pour ne pas connaitre de temps mort.

1459776089-13-capture-d-ecran

Alors quand on apprend qu’il est désormais possible de marquer les ennemis dont on peut voir le champ de vision, d’effectuer des éliminations discrètes et de libérer l’équivalent d’un avant-poste, l’ombre d’Ubisoft se laisse entrevoir.

mad-preview-still-01

Mais la prise en main ultra-intuitive, presque enfantine, couplée à des gunfights dynamiques ne laisse pour l’instant pas de place au sentiment de répétitivité. Cette esquisse d’open-world fonctionne très bien, mais n’a rien d’une révolution. Naughty Dog semble avoir eu la bonne idée d’intégrer ce gameplay désormais connu pour offrir un peu de variété entre deux grandes phases de script. Voilà qui devrait permettre d’allonger un peu la durée de vie du titre sans pour autant lui enlever sa substantifique moelle : Faire le show.

mad-preview-still-09

À un mois de son grand retour, l’Indiana Jones de la PS4 est fin prêt pour faire un carton. Privilégiant toujours le grand spectacle scripté, les développeurs de Naughty Dogs ont toutefois lorgné sur les best-sellers de 2015 en proposant des phases de monde semi-ouvert. On se retrouve devant un titre « too big to fail », dont la légèreté scénaristique devrait être compensée par un superbe spectacle de sons et de lumières.