Test

On a testé Shadow, un ordinateur dans le cloud pour remplacer sa tour de jeu

Hardware

Par Gaël Weiss le

Si vous êtes un joueur PC, vous savez à quel point il est fastidieux de changer sa tour de jeu. Non seulement c’est très cher (au moins 1000 euros pour avoir une tour complète digne de ce nom), mais il faut en plus passer des heures à benchmarker les différents sites de hardware pour comprendre quels sont les bons composants à intégrer à sa machine. Pire, en un an, une nouvelle génération de carte graphique prend souvent la place de la précédente. C’est long, pénible, coûteux.

Le Shadow, le petit boîtier, qui permet de décoder le flux vidéo du PC situé dans le Cloud.
Le Shadow, le petit boîtier, qui permet de décoder le flux vidéo du PC situé dans le Cloud.

Les solutions pour remplacer ces tours sont toutefois de plus en plus nombreuses. Les e-marchands proposent tous des configurations toutes prêtes. Les progrès réalisés dans le domaine des cartes graphiques permettent aujourd’hui de disposer de PC portables presque aussi puissants que des tours gamers. De son côté, la société francaise Blade a pour ambition de remplacer purement et simplement le PC physique pour le déporter dans le cloud, sur un serveur.

Un PC dans le cloud ?

Parler de « PC dans le cloud » est une assertion qui peut sembler bien vague. Tout le monde associe finalement le cloud à des vagues fichiers ou services hébergés sur des serveurs, à des fonctionnalités souvent limitées sur lesquelles l’utilisateur n’a pas toujours la main ou à des services réservés uniquement aux entreprises. Pour le Shadow, la proposition de base est simple : Blade met à disposition de l’utilisateur un « bout de serveur » comprenant un CPU Xeon à 6 threads, 12 Go de RAM, une GeForce 1070 et 256 Go d’espace de stockage sur un SSD. Blade installe sur ce serveur un Windows 10 Famille tout ce qu’il y a de plus légal et laisse l’utilisateur entièrement libre d’en faire ce qu’il veut. Pour accéder à ce serveur, Blade va alors fournir (gratuitement) un petit boitier de quelques centimètres de côté qui s’occupera de décoder le flux vidéo en streaming émis par le serveur : c’est le Shadow, un petit PC de jeu que l’on détaillera un peu plus loin.

Le Shadow permet de jouer à Battlefield One sans problème.
Le Shadow permet de jouer à Battlefield One sans problème.

Dernier point, ce PC gamer dans le Cloud est soumis à une tarification par abonnement : 29,95 euros par mois si l’on s’engage pendant un an, 34,95 euros par mois si l’on engage pendant pendant trois mois ou 44,95 euros par mois sans engagement. À noter que Blade pense déjà à proposer des options payantes supplémentaires. À terme, il sera ainsi possible de passer d’une GeForce 1070 à une GeForce 1080, d’ajouter de l’espace supplémentaire sur le SSD ou le disque dur, voire une option pour mettre en pause son abonnement pendant un temps limité sans perdre ses données.

Les tarifs du Shadow.
Les tarifs du Shadow.

La promesse est donc très simple : le hardware se trouve sur les serveurs et c’est Blade qui s’occupe de tout. La société française promet également de faire évoluer environ tous les 18 mois la configuration de ses machines, de façon à ce que l’utilisateur bénéficie en permanence des cartes graphiques de dernière génération. Le joueur, lui, profitera de la machine à distance grâce à sa connexion Internet (en fibre, obligatoirement) et à son boitier Shadow, pour lancer tous les jeux, logiciels ou applications qu’il désire.

Et dans les faits alors ? C’est presque aussi simple que ça en a l’air.

[nextpage title= »L’installation »]

Le Shadow, un boitier qui embarque un petit processeur et beaucoup de connectique

Pour réaliser cette prise en main, Blade nous a fourni un prototype de Shadow. Il s’agit d’un petit boîtier de dimensions 11 × 11 × 7 cm qui contient de la connectique (4 ports USB, deux prises jack, deux ports display port, un port Ethernet et un port d’alimentation) et surtout une puce AMD Merlin Falcon qui va se charger de décoder le flux vidéo envoyé par le serveur. Une machine très petite et très silencieuse.

Le prototype de Shadow fournit par Blade. La version finale sera recouvert d'une coque au design très différent.
Le prototype de Shadow fournit par Blade. La version finale sera recouvert d’une coque au design très différent.

On connecte donc son clavier, sa souris, son écran (en passant ici par un adapteur Display Port — HDMI), son casque et sa prise Ethernet sur le Shadow, puis on le branche sur un transformateur 19 Volts. Il suffit ensuite d’attendre quelques secondes, le temps que le Shadow se connecte au serveur et… devant nous s’affiche une interface de bureau Windows 10 tout ce qu’il y a de plus classique.

A l'arrière se trouve les ports Display Port, la prise d'alimentation, des ports USB et une prise Ethernet 1 Gb/s.
A l’arrière se trouve les ports Display Port, la prise d’alimentation, des ports USB et une prise Ethernet 1 Gb/s.
A l'avant se trouvent deux ports USB (pour brancher le clavier et la souris), ainsi que la prise jack et micro.
A l’avant se trouvent deux ports USB (pour brancher le clavier et la souris), ainsi que la prise jack et micro.

En fait, dans la version finale de Shadow, il sera nécessaire de protéger son compte avec un compte et un mot de passe, protégé par une système de double authentification par email ou par SMS. Le Shadow devrait également être capable de repérer quand le Shadow est déménagé (change d’IP) et envoyer un avertissement à l’utilisateur dans la foulée.

[nextpage title= »Dans la pratique, au quotidien »]
Qu’est ce que ça fait de se retrouver sur un PC en cloud ? Eh bien… Absolument rien. C’est peut-être ce qui est le plus bluffant lorsque lors des premières minutes de test du Shadow : on se retrouve devant une interface de Windows 10 tout ce qu’il y a de plus classique avec une souris et un clavier qui répondent sans aucune latence et une image sans défaut perceptible. L’expérience est parfaitement identique à un PC de jeu que l’on aurait physiquement à ses pieds.

L'écran d'accueil de Windows est identique à n'importe quel autre PC.
L’écran d’accueil de Windows est identique à n’importe quel autre PC.

Une connexion à 1 Gb/s très confortable

On passe donc les premières minutes sur le PC à le configurer : installation de Chrome, de Steam, des derniers drivers de la carte graphique ou encore d’Origin. Tout est très rapide. Et pour cause, le fait que ce PC soit dématérialisé permet de profiter de la connexion du centre de serveur sur lequel il se trouve. Une connexion de 1 Gb/s — pas plus, pas moins — qui permet de télécharger jusqu’à 100 Mo/s : il ne faut qu’une dizaine de minutes pour installer ses jeux.

Avantage d'une connexion 1 Gb/s, on peut tout installer très rapidement.
Avantage d’une connexion 1 Gb/s, on peut tout installer très rapidement.

Pour bien vérifier que tout fonctionnait correctement, j’ai alors lancé une vidéo sur YouTube, en 4K. Celle-ci s’affiche sans problème, sans artefact et le son répond convenablement. Bien. Une clé USB alors ? Elle est reconnue immédiatement et je peux transférer mes fichiers sur le bureau, comme si le SSD était à côté de moi. Je pousse alors le vice à explorer le réseau local, pour voir mon NAS les autres PC connectés de ma maison. Là, pour le coup, le Shadow ne repère rien. Mais Blade m’a assuré que le réseau local sera bien reconnu dans la version finale du Shadow. On ne peut pas tout demander tout de suite.

Une expérience de jeu similaire en tout point à un PC en local

J’ai testé le Shadow dans deux endroits différents : chez moi, avec une connexion 100 Mb/s et au bureau, avec une connexion 400 Mb/s. Au bureau, tout d’abord, puisque c’est là que j’ai commencé mes tests, j’ai immédiatement lancé Battlefield 1. Je ne me suis pas posé de question : j’ai mis toutes les options graphiques en ultra et j’ai lancé la campagne solo.

Le Shadow lorsque tout est branché. Ce n'est pas très propre mais ça ne prend que très peu de place.
Le Shadow lorsque tout est branché. Ce n’est pas très propre mais ça ne prend que très peu de place.

Battlefield 1 tournait très bien. Si l’on se concentre uniquement sur la qualité d’image, j’aurai été incapable de la différencier d’un autre PC qui tournerait en local. L’image est vraiment d’excellente qualité, alors même que le flux vidéo est censé être en « low » (on y revient). Pas d’artefact en vue, pas de pixellisation ou de dégradé de couleurs louche, le jeu était vraiment impeccable. Au niveau de la fluidité en revanche, il y a eu quelques ralentissements, particulièrement durant les batailles avec beaucoup d’explosions et d’effets de fumée. Des ralentissements qui sont liés ici à la carte graphique et à la gourmandise du jeu et que je qualifierai de « normaux » sur ce qui est considéré comme l’un des plus beaux jeux vidéo du moment.

Batllefield One tourne très bien.
Batllefield One tourne très bien.

Afin de bien vérifier que je n’étais pas le seul à ressentir l’absence de latence — car c’est bien elle qui ruinerait l’expérience —, j’ai proposé à plusieurs membres de la rédaction de tester l’appareil. Henri, a ainsi pu tester pendant 15 minutes Battlefield 1 en mode multijoueur. Son niveau était lamentable et il s’est fait copieusement insulter par ses coéquipiers, mais c’est son (piètre) skill qui était à blâmer. Pour lui l’expérience était similaire à un PC en local.

J’ai également lancé Street Fighter IV, un jeu particulièrement exigeant pour ce qui est de la réactivité. Je me considère comme un joueur moyen sur SF4. Mon niveau est très éloigné des joueurs pro mais j’ai y suffisamment joué pour savoir qu’un décalage de quelques frames peut ruiner des combos qui demandent beaucoup de précision. Là encore sur SF4, il n’y avait rien à redire : j’ai pu refaire quelques combos « just frame » avec Abel et joué quelques parties en local sans rien remarquer de particulier. Un vrai plaisir.

Sur Street Fighter V, un jeu exigeant au niveau des contrôles, la latence ne se ressent jamais.
Sur Street Fighter V, un jeu exigeant au niveau des contrôles, la latence ne se ressent jamais.

Je ne vais pas décrire mon expérience avec tous les jeux que j’ai pu tester une semaine : Doom, TitanFall 2, Grim Dawn, Nuclear Throne, HearthStone, Crysis 3, tous les jeux que j’ai testés ont parfaitement fonctionné sans latence et surtout sans la moindre déformation de l’image. Si la question de la latence vous tracasse beaucoup, Nofrag a réalisé un petit test d’input lag sur un Shadow. Ils ont calculé que le Shadow ajoute en moyenne 29 ms d’input lag (et non pas de latence, les deux sont différents) par rapport à un PC en local. Pour un joueur moyen, c’est franchement négligeable.

Dans les bonnes conditions, le Shadow est effectivement une alternative tout à fait valable à un PC de jeu local. Vous aurez bien noté : dans les bonnes conditions.

[nextpage title= »Les (quelques) contraintes techniques »]
Car, vous vous en doutez bien, pour que l’expérience soit optimale, il faut d’abord bénéficier d’une bonne connexion. Lorsque je me suis rendu chez Blade, ses représentants m’ont affirmé que pour en profiter , il fallait obligatoirement une connexion fibre ou coaxial d’au moins 20 Mb/s pour assurer une résolution 1080p à 60 images par secondes. Il faudra ensuite du 40 Mb/s pour du 1080p / 144 Hz et du 100 Mb/s pour de la 4K à 60 FPS. Pour les plus petites connexions, Blade compte développer un test de connexion intitulé Shadow Link qui testera la latence, les variations du débit, la gigue, les pertes de paquets pour savoir si l’on peut profiter pleinement du Shadow.

Fibre obligatoire

Dans les faits… C’est parfois variable. Au bureau, avec une bonne connexion, je n’ai jamais rencontré le moindre problème de latence, de dégradation de l’image ou d’artefacts. Chez moi, dans un mon appartement de proche banlieue parisienne, c’était toutefois un peu différent. Sur ma connexion FTTH Orange en 100 Mb/s (une connexion limitée par ma vieille Livebox), il m’est arrivé à plusieurs reprises d’avoir de petits artefacts ou une dégradation de l’image.

Sur une petite connexion ADSL, le Shadow devient inutilisable. La fibre est obligatoire pour en profiter pleinement.
Sur une petite connexion ADSL, le Shadow devient inutilisable. La fibre est obligatoire pour en profiter pleinement.

Pour être tout à fait honnête, les tests que j’ai effectués chez moi ont été réalisés durant le mois de décembre, pendant que le Shadow était encore en phase d’alpha test et que l’équipe technique rencontrait souvent des problèmes. Il est également possible que ma ligne soit en cause. En discutant avec des amis qui avaient testé le Shadow sur une bonne connexion ADSL (qui n’est théoriquement pas supportée), eux n’ont jamais eu le moindre problème. Dernier remarques : il faudra vérifier que l’expérience est bien identique partout en France, que l’on se trouve à Paris (dans notre cas) ou à Montpellier. Quelque chose que nous n’avons pas pu tester pour l’instant.

Ecran avec une connectique HDMI ou Display Port plus que conseillé

Il faut également noter que le Shadow nécessite quelques prérequis hardware précis pour fonctionner. À commencer par un écran (au moins) Full HD doté au moins d’une prise HDMI et au mieux d’un port Display Port. Dans mon cas, je n’ai jamais réussi par exemple à faire reconnaître mon vieil écran en 1680 × 1050 doté d’un port DVI avec une prise Display Port — DVI premier prix de chez Amazon Basics. À terme, Blade proposera bien un outil pour ajuster précisément la résolution de l’écran, mais il ne fonctionne pas pour l’instant. Si j’en crois les Steam Survey, il semble que je fasse partie des rares derniers joueurs à disposer encore d’un écran non Full HD.

Les baies de serveur où sont hébergés les PC dans le cloud.
Les baies de serveur; situées à Marcoussis où sont hébergés les PC dans le cloud.

À noter enfin que le réseau local n’est pas encore reconnu. Impossible donc pour l’instant d’accéder à un NAS ou à ses chromecasts. En revanche, il est tout à fait possible de brancher une clé USB ou un disque dur sur le Shadow et de transférer (dans les deux sens) des données de l’un à l’autre. De la même façon, la plupart des périphériques USB sont reconnus sans aucun problème : les manettes de Xbox, les sticks arcades, les dongles Bluetooth ont tous été reconnus immédiatement et ont fonctionné sans aucun problème.

[nextpage title= »Quel avenir pour le Shadow ? »]
Les quelques heures passées avec le Shadow m’ont entièrement convaincu. Le fait est que ce PC dans le cloud fonctionne très bien pour peu que l’on dispose d’une connexion fibre chez soi. La latence est pratiquement inexistante, la qualité de l’image est bluffante et les performances graphiques sont au rendez-vous. Sur le papier, le Shadow n’a que des avantages. En l’utilisant, je me suis sérieusement posé la question, si, à l’avenir je n’allais pas acheter un ultrabook pour les usages bureautiques quotidiens et un Shadow pour jouer. Remplacer ma grosse tour de jeu me ferait gagner de la place dans mon petit appartement parisien et je pourrai probablement faire quelques économies.

Quel public pour le Shadow ?

Le problème, justement, c’est que j’ai déjà une tour de jeu chez moi, que j’ai payé plus de 1200 euros l’année dernière. Et que, pour l’instant, elle tient parfaitement le coup. La question se pose : Shadow va-t-il réussir à trouver son public ? Personnellement, je ne me vois pas (encore) dépenser 30 euros par mois pour remplacer ma tour de jeu qui tient parfaitement le coup sur les jeux actuels. Si j’hésite en tant que gamer du dimanche, est-ce que les hardcore gamer, eux, oseront franchir le pas ?

Blade travaille également sur un client Android afin de se servir d'une tablette comme écran de PC.
Blade travaille également sur un client Android afin de se servir d’une tablette comme écran de PC.

Blade, de son côté, vise justement les hardcore gamer en leur promettant un support du 144 Hz et une latence très faibles. Mais ne disposent-ils pas déjà d’une tour chez eux ? Quel serait vraiment l’avantage d’avoir un Shadow chez eux ? À 30 euros par mois, je reste persuadé que le Shadow s’adresse à un public qui n’a plus envie ou le temps de se faire une grosse tour de PC et qui ne veulent plus se contenter des consoles. Des personnes qui ont peut-être moins de temps pour jouer, mais les moyens de payer un abonnement mensuel relativement élevé pour se faire plaisir de temps en temps.

Il faudra donc surveiller de près le lancement du Shadow en mars prochain, vérifier que les serveurs ne saturent pas ou ne rencontrent pas de problème technique et que le public soit au rendez-vous. On en reparlera de façon sûre et certaine en mars prochain. En l’état, Shadow fonctionne parfaitement et se montre bluffant. Le projet est terriblement prometteur.