Test

[Test] Shantae : Half-Genie Hero – Génération désen’Shantae

Notre avis
6 / 10

Par Kocobe le

Shantae est devenue en quelque sorte la mascotte de WayForward. Ce studio qui dans l’ensemble s’est surtout spécialisé dans les jeux de commande dont DuckTales : Remastered est certainement le représentant le plus illustre. En 2013, WayForward a décidé de tenter l’aventure Kickstarter pour créer une nouvelle itération des aventures du génie aux cheveux souples. Et ce fut un succès, puisque la campagne a tout de même réuni plus de 776 000 dollars. Un peu plus de 3 ans plus tard, Shantae : Half-Genie Hero sort enfin sur PC, PS4, PS Vita, Wii U et Xbox One. Voyons ce que cette danseuse a dans le ventre.

shantae half genie hero 5

La première chose qui frappe quand on joue à Shantae, c’est quand même sa direction artistique proprette : des couleurs vibrantes, une 3D bien intégrée, des effets visuels qui envoient, un chara-design actualisé et des animations détaillées avec un soin particulier par une équipe talentueuse et fournie, comprenant notamment Mariel Cartwright, qui a travaillé sur Skullgirls. Hormis quelques rares impairs graphiques – comme ces zones bonus où l’on récupère de nouveaux pouvoirs, brr – le jeu vous en met plein la vue, c’est indéniable. Il régale également vos oreilles avec une une bande-son au poil réalisée par Jake Kaufman, qui n’en est pas à son premier coup de génie. Il a à son actif, une bande-son alternative pour Crypt of the Necrodancer ainsi que la composition de celle de Shovel Knight. Non, il n’y a rien à dire : au niveau artistique, ce Shantae est au top.

Plus de transformations que de niveaux dans le jeu

Le premier contact avec le titre se poursuit, on fait le premier niveau et tout va bien, on s’amuse. On saute de plateforme en plateforme et on dézingue du pirate avec ses cheveux. Car, oui. Shantae est un génie qui se bat avec sa longue chevelure qu’elle claque au vent tel un Indiana Jones tournant dans une pub Pantene Pro-V. On arrive au bout, on se confronte à un boss et hop ! Niveau terminé : retour à Scuttle Town, la ville qui sert de hub et duquel on accède aux différentes zones de l’île.

shantae half genie hero 1

Le joueur de Shantae and the Pirate’s Curse, l’opus précédant, se rendra alors compte que le jeu a abandonné sa structure de Metroid-like au profit d’une construction de jeu de plateforme classique, avec six niveaux différents. Et là vous allez me dire : « Six niveaux ? Mais c’est extrêmement chiche ! » Et vous aurez raison, car le jeu rallonge artificiellement la sauce en vous forçant refaire les mêmes niveaux pour accomplir objectifs et autres quêtes annexes. J’utilise sciemment le verbe « forcer », car le simple fait de terminer un tableau ne vous permet pas d’accéder au suivant. Vous obtiendrez cependant une nouvelle transformation que Shantae pourra utiliser à loisir afin d’accéder à de nouveaux lieux, obtenir des nouveaux objets et enfin compléter des quêtes qui, elles, vous permettront de passer au niveau qui suit.

shantae half genie hero 2

Grâce à de multiples danses que l’on récupérera au fil des niveaux, Shantae pourra se transformer en singe pour sauter plus haut et grimper aux murs, en éléphant pour pousser des charges et détruire certains sols fragiles, en crabe pour visiter les fonds marins, en souris pour se faufiler dans les rainures décoratives de ruines, etc. Les transformations sont nombreuses et certaines sont d’ailleurs facultatives, rendant simplement l’aventure plus facile dans certaines situations. L’énorme revers de la médaille de ces transformations amusantes est leur manque flagrant d’efficacité contre les monstres. Dans sa forme humaine, Shantae reste bien plus efficace pour se défaire des ennemis qui lui barrent la route.

shantae half genie hero 7