Test

Prise en main de Slide, l’accessoire qui ajoute deux écrans à votre ordinateur portable

Ordinateurs

Par Anne Cagan le

Au CES 2018, le Slide nous avait beaucoup intrigué. La promesse de l’appareil est intéressante : il suffit de le clipser pour ajouter en un tour de main, deux écrans à un ordinateur portable. Les concepteurs étant de passage dans nos bureaux, nous avons pu assister à une démo de son fonctionnement. Et également discuter des raisons de l’important retard accusé sur les livraisons…

Crédit Slidenjoy

La taille des écrans d’ordinateur portable est un éternel motif de frustration. Alors forcément, quand on a entendu parler du Slide, on a voulu en savoir plus. Le concept du produit est intéressant : il suffit de le clipser sur un ordinateur portable pour lui ajouter deux écrans IPS Full HD. Celui de droite se tourne à 180° et celui de gauche à 45°.

Vous pouvez donc mettre les trois écrans dans votre direction pour surfer tout en consultant une vidéo et en gardant l’oeil sur vos mails. Mais vous pouvez aussi tourner les écrans de manière à montrer, à des personnes assises à côté de vous, des photos, des vidéos etc.

Crédit Slidenjoy

Facile à transporter

Le prototype amené pour la démonstration par l’équipe s’installe en tour de main. La société fournit quatre attaches en aluminium (plus un lot de rechange) à fixer au dos de l’ordinateur portable. Il suffit de les coller dessus. L’idée est de laisser ces attaches fixées en permanence sur l’ordinateur mais si vous vous lassez du Slide, sachez que la société fournit, avec l’équipement, un produit permettant de les décoller. Pour clipser ou enlever le Slide, il suffit de faire coulisser, sur ces attaches, la partie centrale de l’accessoire qui est dotée d’une sorte de chassis en plastique. Une manipulation très simple et très rapide comme vous le montre notre vidéo. 

L’appareil peut se transporter facilement dans un sac. Il pèse entre 1,2 kg et 1,8 kg selon les versions et ses dimensions, lorsqu’il est refermé, restent contenues:

  • Modèle 13 pouces : 229 × 334 × 18 mm
  • Modèle 15 pouces: 257 × 378 × 18 mm
  • Modèle 17 pouces : 285 × 422 × 18 mm
Crédit Slidenjoy

Pas adapté au gaming

Il est compatible PC et Mac. Le raccordement se fait via un port USB (C, 3 ou 2), qui assure à la fois l’alimentation des écrans ainsi que la source de l’image. Quid de la consommation ? “Avec une utilisation bureautique classique, prévoyez 30% de consommation supplémentaire”, explique Laurent Wery, cofondateur et PDG de la société. Evidemment, avec du jeu, cela peut être plus. “Notre appareil n’est, de toute façon, pas conçu pour le gaming. Avec des petits jeux, il fonctionnera. Mais il ne faut pas espérer lancer Fifa sur trois écrans en 60 images par seconde, Full HD”, précise Laurent Wery.

Crédit Slidenjoy

Le prix varie selon le type de matériau

Que vous preniez un modèle 13, 15 ou 17 pouces, le prix est le même. En revanche il varie selon le type de matériau choisi. La version Regular en plastique coûte 449 euros (349 euros en précommande). La version Premium (aluminium, alcantara ou bois) est vendue à 549 euros (449 euros en précommande). La version Limited en carbone sera quant à elle commercialisée à 949 euros (849 euros en précommande)

Crédit Slidenjoy

La petite démo nous a vraiment fait envie. Les écrans, les attaches et, de manière générale, l’ensemble du produit nous ont paru solide et de bonne qualité. On n’est clairement pas en présence d’un gadget bas de gamme sympathique sur le papier mais mal fichu et fragile dans la réalité.  L’appareil est vraiment très simple à installer. Et le fait d’avoir deux écrans supplémentaires peut être un sacré plus lorsqu’on doit travailler sur un ordinateur portable.

D’importants retards de livraison

On s’interrogeait cependant vraiment sur les retards de livraison significatifs accusés par la société. Bien qu’en 2015, elle ait largement dépassé ses objectifs de collecte sur Kickstarter (600 000 euros collectés contre un objectif de 300 0000 euros), elle n’a encore livré aucun modèle à ce jour.

Lors de l’entretien, l’équipe s’en est très rapidement expliquée.  “Nous ne voulions pas éventer nos secrets de fabrication avant d’être en capacité d’inonder le marché” fait valoir Laurent Wery. L’équipe assure que c’est désormais le cas et qu’elle pourra livrer les premiers appareils au tout début du second trimestre de l’année. “Les premiers servis seront évidemment les personnes qui nous ont soutenus sur Kickstarter et celles qui ont effectué des précommandes”, précise le cofondateur de la société.