Test

Test : Apple iPhone X, le début d’une nouvelle ère

« Notch », Utilisation et iOS 11

Notre avis
9 / 10
Apple

Par Anh Phan le

Sans surprise, l’iPhone X arrive avec iOS 11.1, déployé depuis deux petites semaines sur l’ensemble des appareils iOS. Si l’expérience iOS est dans le fond assez similaire à celle des autres iPhone, l’arrivée du décrochage et la suppression de TouchID apporte quelques changements dans l’utilisation quotidienne. Parce qu’il n’y a plus de bouton d’accueil, on passe désormais par des gestes pour revenir à l’écran d’accueil et accéder à d’autres fonctions basiques. Cela n’est pas sans rappeler l’expérience qu’on avait eu avec WebOS à la grande époque.

Ainsi, depuis n’importe quelle application, il est nécessaire de faire un geste du bord-bas de l’écran vers le haut pour accéder à l’écran d’accueil (c’est le Centre de Contrôle sur les autres iPhone). Le même geste mais en laissant le doigt sur l’écran et on accède aux multi-tâches. Une fois sur le multi-tâches, un appui long sur l’application permet de faire apparaître un bouton pour fermer rapidement l’application. Les notifications sont toujours accessibles via un geste depuis le haut de l’écran. Depuis la droite du décrochage en haut, on accède au Centre de Contrôle. Et enfin, un geste de gauche à droite sur le bord-bas de l’écran permet de passer entre les applications récentes. À noter que « Reachability » (le fait de pouvoir faire baisser l’écran d’accueil pour accéder aux icônes du haut) n’est plus accessible par défaut, il faudra aller dans les réglages et les options d’accessibilité pour l’activer (un geste vers le bas depuis le bord-bas pour l’activer).

Après les gestes, il faut apprendre quelques combinaisons de boutons. Une pression longue sur le bouton de veille/mise sous tension pour lancer Siri, une double pression brève pour lancer Apple Pay, une pression avec le bouton + de volume pour une capture d’écran, une pression longue avec le bouton + de volume pour éteindre son smartphone et enfin une pression avec le bouton + de volume et une nouvelle pression avec le bouton – de volume pour forcer un redémarrage.

Dans l’absolu, cela reste assez intuitif une fois qu’on connait les commandes. Il m’a fallu environ deux jours pour vraiment m’habituer à tout cela. J’ai encore quelques « mauvais » réflexes mais tout cela s’est appris assez rapidement. En revanche, je trouve dommage qu’on se soit peu à peu éloigné de la simplicité légendaire d’Apple. Avant, pour tous les appareils iOS, on avait les mêmes réflexes. Maintenant, entre un iPad, un iPhone 8 et un iPhone X, on a trois présentations du Centre de Contrôle par exemple, trois façons d’y accéder alors que cela reste iOS 11. Sur l’iPhone X, je trouve que l’accès au Centre de Contrôle n’est pas des plus aisés parce que tout en haut et qu’il faudra forcément y accéder à deux mains, c’est dommage parce que je l’utilise beaucoup.

Du coup, on en vient à reparler du décrochage ou « notch » de l’iPhone X. La première chose qu’on remarque, c’est que les icônes de la barre du haut sont confinées de part et d’autre du décrochage. Du coup, il n’y a pas assez de place pour toutes les icônes. Typiquement, le pourcentage de la batterie a disparu et il faut faire descendre le Centre de Contrôle pour voir précisément le niveau exact de la batterie. À côté, au quotidien, je vous avouerai que le « notch » ne m’a plus gêné que cela. Tout dépend du choix des développeurs, quand une application est optimisée, certaines tricheront pour ne pas utiliser l’espace autour du « notch » pour profiter des super noirs de l’OLED pour un affichage 18:9 comme s’il n’y avait pas de « notch ». D’autres l’utiliseront comme les applications d’Apple. Dans les deux cas, cela ne m’a pas plus gêné que cela au final. En revanche, je peux comprendre que cela puisse gêner d’autres.

On retrouve bien évidemment le support de 3D Touch et de plus en plus d’applications tierces en tirent parti même si ça reste discret, tout comme les vibrations haptiques, plus logiques et agréables au quotidien. Le Raise to Wake est toujours présent, pour le meilleur et pour le pire, certains aiment, d’autres non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *