Test

[Test] Aurion : L’Héritage des Kori-Odan : une étoile est née ?

Notre avis
5 / 10

Par killy le

Projet maturé depuis de nombreuses années, Aurion : L’Héritage des Kori-Odan est le premier jeu du studio camerounais Kiro’o Games. Action-RPG light, il tente de se faire une place dans un domaine aux inspirations visuelles et culturelles tournant souvent en boucle. Un changement de point de vue qui amène une pierre nouvelle mais un peu branlante à l’édifice.

aurion 1

Situé dans le monde imaginaire d’Auriona, planète aux 6 continents, le propos d’Aurion : L’Héritage des Kori-Odan se concentre sur un couple royal, Enzo Koi-Odan et Erine Evou, dirigeant la patrie de Zama. En paix, avec pour seul questionnement l’impact du pouvoir sur leur vie prochaine, les deux amants vont pourtant se prendre une gifle politique avec un coup d’État fomenté par le frère d’Erine. Une querelle familiale qui va conduire le duo de héros à l’exil. Loin de leur royaume, les deux personnages vont mener à la fois une quête personnelle, philosophique, mais aussi prendre part à la destinée de ce monde lui-même, dans ses limites physiques et mystiques. S’il peut sembler classique dans son articulation, le scénario d’Aurion est autrement plus complexe et profond que ce que les premières heures peuvent laisser penser, et qu’une bonne partie des histoires de ses contemporains. Bien que rapidement trop fouillis à cause d’une surabondance de références et de personnages, il aborde des thèmes forts avec justesse, tissant une réflexion intéressante sur les rapports conflictuels entre ethnies, sur la sauvegarde des racines et sur l’instrumentalisation d’une culture.

aurion 2

Des angles rares, liés intelligemment à toute une dimension ésotérique et à la découverte d’un système religieux original. Il est axé sur la communication avec les ancêtres, eux-mêmes ancrés dans un tissu qui rattache anciennes âmes et nouvelles. D’où l’importance de la transmission dans le récit et un rapport tout particulier à l’humain comme être de passage. Un aspect qui s’étend jusqu’à l’autre originalité d’Aurion et lui confère encore davantage de force, la présence d’un couple comme personnages principaux. Alors qu’il est habituel de diriger un groupe de héro(ïne)s, des compagnons d’infortune, des amis, des amoureux potentiels, la présence d’un couple établi est souvent mis de côté par le côté fermé de la relation. Et pourtant, mêler les travers de la jalousie, la douceur d’un soutien, le respect mutuel, l’importance de trouver sa place, avec des intérêts politiques et mondiaux fonctionne parfaitement. Enzo et Erine offrant une mise en perspective saine à une avalanche de massacres et de complots. Il est d’autant plus dommage que la qualité d’écriture fluctuante et le manque de rythme cassent l’accroche première du joueur à cette aventure. Et c’est en un sens symptomatique d’une première production qui se cherche et parfois trébuche. Notamment au niveau du gameplay.

aurion 3