Test

Test Avatar : le dernier maà®tre de l’air (Wii)

Par Anh Phan le

Le monde est divisé en 4 Nations : l'Air, la Terre, l'Eau et le Feu. Chaque nation est représentée par un grand Maitre qui possède la capacité de manipuler son élément. Aang, est l'Avatar, le seul habilité à  maitriser les 4 éléments et ainsi stopper le Prince Zukko (Maà®tre du Feu). Le jeu vous propose d’incarner les 4 héros : Aang, Katara, Sokka et Haru, chacun responsable d'un élément qui deviendra de plus en plus puissant au fur et à  mesure de l’aventure.

Le monde est divisé en 4 Nations : l’Air, la Terre, l’Eau et le Feu. Chaque nation est représentée par un grand Maitre qui possède la capacité de manipuler son élément.
Aang, est l’Avatar, le seul habilité à  maitriser les 4 éléments et ainsi stopper le Prince Zukko (Maà®tre du Feu). Le jeu vous propose d’incarner les 4 héros : Aang, Katara, Sokka et Haru, chacun responsable d’un élément qui deviendra de plus en plus puissant au fur et à  mesure de l’aventure.

Avatar : le dernier maà®tre de l’air est un jeu d’action dans lequel on retrouve quelques éléments de RPG de manière très simpliste. Les héros possèdent des capacités évolutives ainsi qu’un équipement de base que l’on pourra modifier à  souhait.
Au début de l’aventure, vous contrà´lez Aang puis au fil de l’histoire, vous pourrez également prendre le contrà´le de ses compagnons, Sokka et Katara. Haru, quant à  lui arrivera un peu plus tard à  la fin d’une des quêtes. Les mouvements répondent bien au stick du nunchuk, vous pouvez ainsi attaquer, bloquer les coups adverses ou encore devenir invisible juste en appuyant sur un bouton de la wiimote.
En appuyant sur le bouton B et en tournant celle-ci vous pourrez déclencher des attaques spéciales. Chaque personnage en possède quatre. Ce qui rend les phases de combat très limitées et répétitives. Pour découvrir des coffres cachés ou encore vous servir d’un des éléments, vous devrez vous servir de votre concentration et reproduire à  l’écran un ou plusieurs symboles en vous servant de la wiimote comme d’un pinceau.
La progression est donc partagée entre combats, des quêtes obligatoires ou non qui vous obligent à  interroger les villageois et le troc avec les commerà§ants.

  • Le gameplay souffre d’une certaine imprécision pendant les combats, et on a parfois un peu de mal à  voir ce qui se passe à  l’écran car les ennemis s’agglutinent très vite autour des personnages et dans ce cas seul le mode « «bourrin » à  beaucoup plus de chance de vous tirer d’affaire que la gestion de vos attaques spéciales. Parlons de l’IA, si on peut encore l’appeler « intelligence » parce que là  c’est une abomination. En effet, vos alliés restent très souvent les bras croisés pendant que vous vous battez ou tout simplement bloqués derrière un obstacle ce qui les ramènent a imiter le moonwalk de Mickael Jackson. Heureusement, il est possible de changer de personnage afin d’utiliser les pouvoirs de chacun.
  • Si l’action laisse à  désirer, l’aventure n’est guère mieux et les quêtes ne servent quâ€™à  explorer de nouveaux environnements. Les phases ou la discrétion est de mise sont anecdotiques et les boss font simplement l’effet d’un ralentisseur sur l’autoroute.
    La progression se fait très facilement. Inutile de combattre pendant des heures pour gagner de l’expérience et s’équiper de meilleures armures.Les quelques secrets sont également assez mal dissimulés et Il suffit alors de faire appel au petit lémure de Aang pour récupérer les bonus cachés.

  • Niveau graphisme, la vue en perspective permet d’anticiper l’arrivée des ennemis et ainsi éviter de se retrouver dépassé par ceux-ci. Il est possible de zoomer ou dézoomer jusqu’à  un certain point, mais on ne peut pas faire pivoter la caméra pour choisir son angle de vue ce qui rend la visibilité, sur certains passages, très mauvaise. Une petite carte est visible en haut de l’écran et affiche en permanence la position des ennemis, des alliés et l’emplacement des différents objectifs.
    Ce qu’on peut ajouter c’est que l’antialiasing n’est absolument pas présent sur ce titre ce qui donne un rendu vraiment pitoyable au cell-shading.
  • Cà´té son, c’est assez correct. Les voix franà§aises sont les mêmes que dans le dessin animé et les bruitages sont bien rendus.
  • En conclusion je dirai que cette adaptation du dessin animé se destine vraiment aux plus jeunes joueurs. Le cà´té RPG n’est pas trop compliqué afin de ne pas rebuter les enfants, de même que le niveau de difficulté qui permet d’avancer sans trop d’effort. Par contre l’action est vraiment trop approximative et les quêtes trop banales, ce qui fait qu’on s’ennuie très rapidement.

    Une autre chose bien dommage c’est que dans cette version Wii, il n’y a pas le DVD des premiers épisodes de la série comme c’était le cas pour les versions PS2 et Gamecube. Cela permet de prendre contact avec l’histoire et les personnages si vous ne connaissez pas la série ce qui est quand même bien sympa…

    Note 5/10

    Le monde est divisé en 4 Nations : l’Air, la Terre, l’Eau et le Feu. Chaque nation est représentée par un grand Maitre qui possède la capacité de manipuler son élément.
    Aang, est l’Avatar, le seul habilité à  maitriser les 4 éléments et ainsi stopper le Prince Zukko (Maà®tre du Feu). Le jeu vous propose d’incarner les 4 héros : Aang, Katara, Sokka et Haru, chacun responsable d’un élément qui deviendra de plus en plus puissant au fur et à  mesure de l’aventure.

    Avatar : le dernier maà®tre de l’air est un jeu d’action dans lequel on retrouve quelques éléments de RPG de manière très simpliste. Les héros possèdent des capacités évolutives ainsi qu’un équipement de base que l’on pourra modifier à  souhait.
    Au début de l’aventure, vous contrà´lez Aang puis au fil de l’histoire, vous pourrez également prendre le contrà´le de ses compagnons, Sokka et Katara. Haru, quant à  lui arrivera un peu plus tard à  la fin d’une des quêtes. Les mouvements répondent bien au stick du nunchuk, vous pouvez ainsi attaquer, bloquer les coups adverses ou encore devenir invisible juste en appuyant sur un bouton de la wiimote.
    En appuyant sur le bouton B et en tournant celle-ci vous pourrez déclencher des attaques spéciales. Chaque personnage en possède quatre. Ce qui rend les phases de combat très limitées et répétitives. Pour découvrir des coffres cachés ou encore vous servir d’un des éléments, vous devrez vous servir de votre concentration et reproduire à  l’écran un ou plusieurs symboles en vous servant de la wiimote comme d’un pinceau.
    La progression est donc partagée entre combats, des quêtes obligatoires ou non qui vous obligent à  interroger les villageois et le troc avec les commerà§ants.

  • Le gameplay souffre d’une certaine imprécision pendant les combats, et on a parfois un peu de mal à  voir ce qui se passe à  l’écran car les ennemis s’agglutinent très vite autour des personnages et dans ce cas seul le mode « «bourrin » à  beaucoup plus de chance de vous tirer d’affaire que la gestion de vos attaques spéciales. Parlons de l’IA, si on peut encore l’appeler « intelligence » parce que là  c’est une abomination. En effet, vos alliés restent très souvent les bras croisés pendant que vous vous battez ou tout simplement bloqués derrière un obstacle ce qui les ramènent a imiter le moonwalk de Mickael Jackson. Heureusement, il est possible de changer de personnage afin d’utiliser les pouvoirs de chacun.
  • Si l’action laisse à  désirer, l’aventure n’est guère mieux et les quêtes ne servent quâ€™à  explorer de nouveaux environnements. Les phases ou la discrétion est de mise sont anecdotiques et les boss font simplement l’effet d’un ralentisseur sur l’autoroute.
    La progression se fait très facilement. Inutile de combattre pendant des heures pour gagner de l’expérience et s’équiper de meilleures armures.Les quelques secrets sont également assez mal dissimulés et Il suffit alors de faire appel au petit lémure de Aang pour récupérer les bonus cachés.

  • Niveau graphisme, la vue en perspective permet d’anticiper l’arrivée des ennemis et ainsi éviter de se retrouver dépassé par ceux-ci. Il est possible de zoomer ou dézoomer jusqu’à  un certain point, mais on ne peut pas faire pivoter la caméra pour choisir son angle de vue ce qui rend la visibilité, sur certains passages, très mauvaise. Une petite carte est visible en haut de l’écran et affiche en permanence la position des ennemis, des alliés et l’emplacement des différents objectifs.
    Ce qu’on peut ajouter c’est que l’antialiasing n’est absolument pas présent sur ce titre ce qui donne un rendu vraiment pitoyable au cell-shading.
  • Cà´té son, c’est assez correct. Les voix franà§aises sont les mêmes que dans le dessin animé et les bruitages sont bien rendus.
  • En conclusion je dirai que cette adaptation du dessin animé se destine vraiment aux plus jeunes joueurs. Le cà´té RPG n’est pas trop compliqué afin de ne pas rebuter les enfants, de même que le niveau de difficulté qui permet d’avancer sans trop d’effort. Par contre l’action est vraiment trop approximative et les quêtes trop banales, ce qui fait qu’on s’ennuie très rapidement.

    Une autre chose bien dommage c’est que dans cette version Wii, il n’y a pas le DVD des premiers épisodes de la série comme c’était le cas pour les versions PS2 et Gamecube. Cela permet de prendre contact avec l’histoire et les personnages si vous ne connaissez pas la série ce qui est quand même bien sympa…

    Note 5/10