Test

Test Black Shark 2 : le smartphone gaming qui se prenait pour une Nintendo Switch

Notre avis
7 / 10
Smartphone

Par Camille Suard le

Black Shark revient avec une nouveau smartphone gaming offrant quelques nouveauté et plus de puissance : le Black Shark 2.

Les smartphones gaming, ce petit marché de niche qui intéresse de plus en plus de constructeurs… Black Shark en est à son second coup d’essai avec le Black Shark 2. Face aux imposants (tant par la taille que par le prix) Razer Phone 2 et un Asus ROG Phone, la proposition du constructeur chinois rejoint un peu plus l’idée d’un Nubia RED Magic soit un prix raisonnable pour un produit qui va a l’essentiel. Autrement dit, une optimisation logicielle pensée pour le jeu… et des néons. Parce que c’est bien connu, les gamers restent des aficionados du tuning pour leurs machines et accessoires. Ou pas. Quoi qu’il en soit, avec le Black Shark 2, la marque chinoise vise plus haut en optant pour un deuxième contrôler à clipser sur le smartphone, telle une Nintendo Switch. Voyons si l’expérience gaming tient ses promesses.

Jetons un rapide coup d’œil aux spécificités techniques du Black Shark 2.

NomBlack Shark 2
Taille de l'écran- Dalle Amoled de 6,39 pouces au format 19,5:9
Définition de l'écran- Full HD+ (2340 × 1080 pixels)
SoC- Processeur octa-core Qualcomm Snapdragon 855 (7 nm)
- GPU Adreno 640
Logiciel- Android 9 Pie
- Interface pour la partie jeu : Joy UI
Mémoire vive- 8 Go ou 12 Go
Mémoire interne- 128 Go ou 256 Go
Port Micro-SD- Non
Batterie- Batterie de 4000 mAh
- Recharge rapide compatible Qualcomm Quick Charge 3.0
Appareil photo dorsal- Double module photo 48 4-in-1 (12 MP) + 12
- Premier capteur : 48 MP, objectif ouvrant à f/1.8, 1/2", 0.8µm, PDAF
- Second capteur : 12 MP Objectif ouvrant à f/2.2, (telephoto), 1.0µm, PDAF, 2x optical zoom
Appareil photo frontal- Capteur de 20 MP avec objectif ouvrant à f/2.0, 0.9µm
Dimensions163.6 x 75 x 8.8 mm
Poids205 g
Carte SIM- 2 ports nano-SIM
Capteur d'empreintes digitalesOui (à l'avant)
Connectique- Wi-Fi 802.11 a/b/g/n/ac, dual-band, WiFi Direct, hotspot
- Bluetooth 5.0, A2DP, aptX HD, LE
- A-GPS, GLONASS, BDS
- Port USB Type-C
Prise jackNon (adaptateur fourni)
Etanchéité à l'eauNon
ColorisNoir, Bleu, Argent
Prix- 549 euros (8/128 Go)
- 649 euros (12/256 Go)

Le Black Shark 2 au meilleur prix

Design et Écran

Pas de doute possible quant au public visé avec un tel design. Si de face l’appareil se montre plutôt classique voire même, assez vieillissant avec ses larges bordures symétriques, c’est bien au dos que celui-ci dévoile des lignes originales et ostentatoires. Des arrêtes agressives, l’emploi de divers matériaux, des LED de couleurs dont tout un cadre vert sur les tranches… ce nouveau Black Shark reprend grosso modo les mêmes lignes que son prédécesseur. Moins épais et moins large que ce dernier, cette seconde itération se trouve cependant plus lourde en main et propose un format plus allongé. Celui-ci atteint les 19,5:9 malgré l’absence d’encoche.

Sur les côtés on trouve les habituels boutons de déverrouillage et mise en tension ainsi que le slider pour enclencher le mode Shark, le réglage du volume audio et le tiroir pour double Nano Sim. Pas de prise jack à l’horizon, il faut compter sur un casque ou des intras en Bluetooth ou bien le port USB Type-C. Sachez que la marque fournie dans le packaging un adaptateur prise jack vers USB C.

Le Black Shark 2 profite d’une dalle Oled de 6,39 pouces affichant une définition Full HD+. Elle profite aussi d’une puce dédiée à l’optimisation de l’affichage dynamique. Ça se ressent à l’œil ? Difficile à dire. Quoi qu’il en soit l’écran offre une forte luminosité et des contrastes infinis, de quoi assurer une bonne lisibilité même sous le soleil. Les couleurs et la température sont proches d’un rendu naturel. Bref, c’est une réussite.

Autonomie et Recharge rapide

Avec sa batterie de 4000 mAh et l’intelligence de la technologie Oled, ce Black Shark promet une belle autonomie à condition de ne pas trop pousser les performances et le jeu des lumières LED. Au choix, il durera presque deux jours ou une bonne journée. Grâce à sa compatibilité Quick Charge 4.0 il se recharge particulièrement vite. Mais sachez que le chargeur fourni n’est que Quick Charge 3.0. Ce n’est déjà pas mal ; il retrouve 100 % de ses capacités en 1H15.

Expérience Photo

Le premier Black Shark ne brillait pas par la qualité de ses photos. Son successeur relève-t-il la barre ? Un peu, mais ça n’a rien de très folichon non plus. Le double module photo dorsal se compose d’un premier capteur de 48 Mégapixels (4-in-1) équivalent à 12 Mégapixels avec un objectif f/1,75 et un second de 12 Mégapixels avec pour fonctionnalité le zoom optique x2. Les clichés souffrent d’une mauvaise gestion des environnements trop emprunt de lumières et le mode HDR ne sauve pas tellement la mise. Cependant, un meilleur traitement a été fait du côté des détails et des couleurs. En basses lumières, le bruit a tendance à un peu trop prendre ses aises.

 

Performances et Logiciel

Android 9 Pie et Joy UI pour la partie jeu, c’est le combo gagnant que nous propose le Black Shark. On se retrouve donc avec une expérience logicielle très proche d’Android Stock, ce qui en ravira plus d’un, tout en profitant de quelques optimisations pour le gaming et son lot d’éléments de personnalisation. Les deux LED présentent sur les flancs de l’appareil ainsi que les le logo situé à l’arrière réagissent quand vous recevez des notifications ou en fonction de la lecture de vos contenus multimédias. Vous pouvez personnaliser la couleur, mais aussi le comportement de celles-ci. C’est gadgets, ça use de la batterie, mais ça fait partie des petits bonus que tout smartphone gaming qui se respecte a en sa possession.

Côté performances, il embarque un Snapdragon 855 avec 8 ou 12 Go de RAM selon les versions. Nous avons testé la première et dans l’ensemble, nous sommes satisfaits par sa fluidité et sa puissance au quotidien. Cependant, on observe quelques baisses de framerate pendant nos sessions de jeux vidéo 3D et donc gourmands. Rien de bien méchant, mais cela reste possible, sachez-le. Enfin, l’appareil chauffe assez vite et il faut un certain temps pour que celle-ci se dissipe. D’où l’utilité des manettes, nous y venons.

Côté Gaming

L’inspiration nous vient tout droit de chez Nintendo et sa console hybride à succès, la Switch. Même principe ou presque, les manettes se glissent sur chacun des deux petits côtés de l’écran. Elles fonctionnent également en mode sans-fil et le smartphone peut projeter en miroir sur un grand écran pendant que vous profitez des deux pads. Cependant, elles sont indépendantes l’une de l’autre et doivent impérativement être rechargées et étalonnées chacune de leur côté. Résultat, il faut y penser et cela donne lieu à quelques ratés. Un petit slider permet de les activer et surtout, de les désactiver si vous ne les utilisez pas… pensez-y sinon vous allez vous retrouver en rade de batterie. Enfin, ajoutons que pour utiliser ces manettes il faut clipser la coque sur le smartphone capable de les accueillir.

La manette de droite possède quatre boutons d’action ainsi qu’une surface tactile tandis que celle de gauche se dote d’un véritable joystick en plus des quatre touches physiques. Deux gâchettes surmontent chacune d’elles. Malgré la première impression de jouet, une fois en mains ces manettes respirent une certaine solidité. Il est vrai que l’expérience, notamment pour les fps comme PUBG Mobile, se révèle bien plus immersive que le simple écran tactile du smartphone. Néanmoins, fort est de constater que ces deux faux joy-con sont trop petits et que les touches et les gâchettes ne sont pas assez espacées pour être parfaitement bien appréhendées. Mieux, mais vite frustrant, donc. Cela ne s’arrange pas avec ce qui suit : très peu de jeux vont les reconnaître en tant que manettes par défaut. Et… ça lui fait défaut, quand parfois vous devez repasser sur le tactile ou reconfigurer les accessoires.

Le mode Shark s’active grâce à interrupteur disponible sur le flanc droit de l’appareil. Cette interface réunie vos jeux compatibles, permet d’optimiser les performances, appairer et étalonner les manettes et choisir par exemple de masquer les notifications quand vous jouer. Vous pouvez aussi personnaliser chaque bouton sur une zone de l’écran, à votre guise. La technologie Master touch s’avère d’ailleurs bien pratique : elle offre un retour haptique à certains endroits, pratique pour les jeux de tirs !

Où l’acheter ?

Le Black Shark deuxième du nom est disponible en France à partir de 549 euros pour la version 8/128 Go et jusqu’à 649 euros pour le modèle plus robuste et ses 12/256 Go. Une montée en prix donc pour une fiche technique plus solide par rapport au premier smartphone gaming du constructeur. Mais ce n’est pas tout, pour profiter des deux manettes il faut repasser à la caisse ! Comptez 89 euros pour les deux.

Le Black Shark 2 au meilleur prix

Galerie Photo

 

Notre avis

Le Black Shark reprend dans les grandes lignes la recette de son prédécesseur : des performances, une optimisation logicielle, une bonne autonomie avec cette fois un bel écran Oled et deux manettes à la Nintendo Switch. La note devient finalement vite salée avec l'achat supplémentaire des deux manettes, ces dernières faisant tout l'intérêt de ce smartphone dédié aux joueurs. Il y a donc de l'idée, mais dans les faits ça ne tient pas réellement toutes ses promesses.

7 / 10
Les plus
Les moins
  • Un bel écran Oled
  • Deux manettes pour jouer plus confortablement...
  • Optimisation logicielle
  • Autonomie satisfaisante
  • Expérience photo peu réjouissante
  • ... mais peu reconnues par les jeux sous Android