Test

Test : Dance Evolution

Par François le

Konami entre dans la ronde des jeux de danse sur Kinect avec Dance Evolution Masters. Si vous étiez fan de DDR, vous devriez être impatients de...

Konami entre dans la ronde des jeux de danse sur Kinect avec Dance Evolution Masters. Si vous étiez fan de DDR, vous devriez être impatients de savoir ce que ce jeu propose. Mais est-ce que Dance Evolution est une (R)évolution de DDR ? C’est déjà moins sur…

DE3

Inutile d’y aller par 4 chemins : les choses commencent mal pour Dance Evolution. Dès les premières minutes de jeu, on se prend à pester contre l’ergonomie du menu, déplorable en général, même si le choix de valider ou sortir en levant le bras droit ou gauche est bien vu. Le jeu propose de vous familiarisez avec les concepts du jeu par un tutoriel en 8 leçons un peu lent parfois. Le gameplay, plutôt simple est basé sur un enchaînement de postures, d’atteindre des cibles (ripples), de marcher au rythme de la musique ou encore de reproduire les mouvements des mains du danseur “modèle”. La qualité de votre prestation sera visible au fur et à mesure grâce à une jauge du même type que celle de Guitar Hero (la jauge d’appréciation) : remplie au maximum, elle vous permettra d’activer un mode de bonus augmentant votre score. Vidée, vous serez prié de retourner au vestiaire. Konami veut nous vendre Dance Evolution comme une “évolution” de DDR, et cela se sent bien par exemple dans le système de notation qui est exactement le même, une note globale qui va de AAA à F et une note sur 5 par mouvement/posture allant de “parfait” à “raté”. A l’instar de DDR également, il n’a aucun moyen d’apprendre la chorégraphie qui vous attend, il va donc falloir vous lancer sans filet dans la danse en choisissant parmi les 4 niveaux de difficultés : facile, standard, extrême et furtif (non accessible au départ). Sauf que par rapport à DDR, votre corps entier est noté, pas seulement vos pieds… Pratique…

Si vous n’êtes pas familier des chorégraphies que l’on peut retrouver dans certains clips musicaux, vous aurez évidemment bien du mal à apprendre et comprendre les mouvements imposés, surtout si vous êtes (comme moi…) un piètre danseur au départ. Le niveau standard reste tout de même abordable si vous vous concentrez uniquement sur ce que le jeu attend de vous, sans chercher à reproduire l’intégralité de la chorégraphie. “Heureusement”, le jeu reste très tolérant sur les postures… Probablement un peu trop car tenir la pose attendue assez longtemps vous garantira un “parfait”. Reste tout de même qu’en tout objectivité, il apparaît que la capture des mouvements avec Kinect est plutôt bonne. Konami a fait le choix de vous incruster parmi les 4 danseurs d’arrière-plan, ce qui est plutôt une bonne idée, même si votre image affiche un petit temps de retard. Au final, ce défaut n’est pas trop déroutant car vous aurez tendance à être focalisé sur le danseur principal et à ne pas vous intéresser à l’incrustation. Pour en revenir à la gestion des notes en fin de chanson, votre note et la qualité de votre prestation seront traduites par un graphique montrant la note obtenue pour chaque mouvement “noté”. Le résultat est très visuel et il est possible d’accéder à une analyse plus détaillée vous montrant la capture de votre posture ou le pourcentage de réussite d’un mouvement de mains. Si l’intention est bonne on peut regretter de ne pas avoir un rappel de la posture attendue à côté pour comparer. Et vous l’aurez deviné, votre avancée dans le jeu débloquera de nouvelles chansons. Mais il n’y a pas de mode carrière ou de notion d’expérience. Vous êtes simplement noté sur chaque chanson, avec votre score. Pour chipoter encore un peu plus, sachez que la playlist est dans la lignée de DDR et qu’aucune licence n’a été acheté. Vous ne trouverez donc pas de titres connus. Et puis, en multi, le jeu incruste les deux joueurs avec toujours le petit temps de décalage que j’évoquais un peu plus haut. Néanmoins le VRAI problème de jouer à deux sera la taille de votre salon ! Attention aux coups si vous êtes proches l’un de l’autre, car non seulement le rythme de la chorégraphie est rapide (le style de musique n’aide pas), mais en plus les mouvements sont si amples que vous risquez de cumuler danse et combat. Il est possible de jouer jusqu’à 4 sur le live mais je n’ai pas pu tester plus en détail ce mode car personne n’était disponible pour m’affronter… Gênant ? Pensez-vous…

Pour faire simple, je dirais que le jeu cible clairement les inconditionnels de DDR. Il est certain qu’un piètre danseur pourra vite se décourager des chorégraphies, alors qu’une personne habituée à ce genre de mouvements et d’enchaînements sera sûrement ravie, car les enchaînements de mouvements imposés sont vraiment sympathiques. A côté de ça, on ne pourra en tout cas que regretter l’absence de chansons connues, surtout lorsque l’on voit la concurrence enchaîner les acquisitions de licences efficaces…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Possibilité de jouer de deux à quatre simultanément
La réalisation “in-game” soignée
Les chorégraphies travaillées

Les –
Le menu décourageant
La latence de l’incrustation
La trop grande tolérance du jeu… mais qui le rend accessible également

Test écrit par Chopperrette, relu par votre serviteur

Konami entre dans la ronde des jeux de danse sur Kinect avec Dance Evolution Masters. Si vous étiez fan de DDR, vous devriez être impatients de savoir ce que ce jeu propose. Mais est-ce que Dance Evolution est une (R)évolution de DDR ? C’est déjà moins sur…

DE3

Inutile d’y aller par 4 chemins : les choses commencent mal pour Dance Evolution. Dès les premières minutes de jeu, on se prend à pester contre l’ergonomie du menu, déplorable en général, même si le choix de valider ou sortir en levant le bras droit ou gauche est bien vu. Le jeu propose de vous familiarisez avec les concepts du jeu par un tutoriel en 8 leçons un peu lent parfois. Le gameplay, plutôt simple est basé sur un enchaînement de postures, d’atteindre des cibles (ripples), de marcher au rythme de la musique ou encore de reproduire les mouvements des mains du danseur “modèle”. La qualité de votre prestation sera visible au fur et à mesure grâce à une jauge du même type que celle de Guitar Hero (la jauge d’appréciation) : remplie au maximum, elle vous permettra d’activer un mode de bonus augmentant votre score. Vidée, vous serez prié de retourner au vestiaire. Konami veut nous vendre Dance Evolution comme une “évolution” de DDR, et cela se sent bien par exemple dans le système de notation qui est exactement le même, une note globale qui va de AAA à F et une note sur 5 par mouvement/posture allant de “parfait” à “raté”. A l’instar de DDR également, il n’a aucun moyen d’apprendre la chorégraphie qui vous attend, il va donc falloir vous lancer sans filet dans la danse en choisissant parmi les 4 niveaux de difficultés : facile, standard, extrême et furtif (non accessible au départ). Sauf que par rapport à DDR, votre corps entier est noté, pas seulement vos pieds… Pratique…

Si vous n’êtes pas familier des chorégraphies que l’on peut retrouver dans certains clips musicaux, vous aurez évidemment bien du mal à apprendre et comprendre les mouvements imposés, surtout si vous êtes (comme moi…) un piètre danseur au départ. Le niveau standard reste tout de même abordable si vous vous concentrez uniquement sur ce que le jeu attend de vous, sans chercher à reproduire l’intégralité de la chorégraphie. “Heureusement”, le jeu reste très tolérant sur les postures… Probablement un peu trop car tenir la pose attendue assez longtemps vous garantira un “parfait”. Reste tout de même qu’en tout objectivité, il apparaît que la capture des mouvements avec Kinect est plutôt bonne. Konami a fait le choix de vous incruster parmi les 4 danseurs d’arrière-plan, ce qui est plutôt une bonne idée, même si votre image affiche un petit temps de retard. Au final, ce défaut n’est pas trop déroutant car vous aurez tendance à être focalisé sur le danseur principal et à ne pas vous intéresser à l’incrustation. Pour en revenir à la gestion des notes en fin de chanson, votre note et la qualité de votre prestation seront traduites par un graphique montrant la note obtenue pour chaque mouvement “noté”. Le résultat est très visuel et il est possible d’accéder à une analyse plus détaillée vous montrant la capture de votre posture ou le pourcentage de réussite d’un mouvement de mains. Si l’intention est bonne on peut regretter de ne pas avoir un rappel de la posture attendue à côté pour comparer. Et vous l’aurez deviné, votre avancée dans le jeu débloquera de nouvelles chansons. Mais il n’y a pas de mode carrière ou de notion d’expérience. Vous êtes simplement noté sur chaque chanson, avec votre score. Pour chipoter encore un peu plus, sachez que la playlist est dans la lignée de DDR et qu’aucune licence n’a été acheté. Vous ne trouverez donc pas de titres connus. Et puis, en multi, le jeu incruste les deux joueurs avec toujours le petit temps de décalage que j’évoquais un peu plus haut. Néanmoins le VRAI problème de jouer à deux sera la taille de votre salon ! Attention aux coups si vous êtes proches l’un de l’autre, car non seulement le rythme de la chorégraphie est rapide (le style de musique n’aide pas), mais en plus les mouvements sont si amples que vous risquez de cumuler danse et combat. Il est possible de jouer jusqu’à 4 sur le live mais je n’ai pas pu tester plus en détail ce mode car personne n’était disponible pour m’affronter… Gênant ? Pensez-vous…

Pour faire simple, je dirais que le jeu cible clairement les inconditionnels de DDR. Il est certain qu’un piètre danseur pourra vite se décourager des chorégraphies, alors qu’une personne habituée à ce genre de mouvements et d’enchaînements sera sûrement ravie, car les enchaînements de mouvements imposés sont vraiment sympathiques. A côté de ça, on ne pourra en tout cas que regretter l’absence de chansons connues, surtout lorsque l’on voit la concurrence enchaîner les acquisitions de licences efficaces…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Possibilité de jouer de deux à quatre simultanément
La réalisation “in-game” soignée
Les chorégraphies travaillées

Les –
Le menu décourageant
La latence de l’incrustation
La trop grande tolérance du jeu… mais qui le rend accessible également

Test écrit par Chopperrette, relu par votre serviteur