Test

[Test] Dragon Ball Z : Extreme Butôden (3DS)

Notre avis
5 / 10

Par Mathieu le

Previewé en août dernier par nos soins, ce Dragon Ball Z : Extreme Butôden, épisode exclusif Nintendo 3DS développé par les auteurs de Guilty Gear et BlazBlue.

Après plusieurs heures de jeu, il semble qu‘Extreme Butôden vise plus les néophytes que les adeptes de la gâchette et du combo ultra technique à réaliser. Le système de combat est très efficace et se prend aisément en main ; c’est avec bonheur qu’on enchaîne les combos agressifs au bout de quelques minutes à coups de kikohas sublimes. Mais c’est aussi un mauvais point dans le sens où on tourne très vite en rond. Les combats sont certes dynamiques mais ça manque globalement de profondeur. On regrette par exemple que soit absent un système d’esquive par téléportation (ou grande vitesse). On peut parer les coups, mais pas les éviter. Ensuite, on ne peut pas s’envoler à notre gré mais seulement par le biais d’un combo. Enfin, les attaques spéciales sont présentes mais en petit nombre. Il est dommage de ne pas pouvoir en acheter et modifier nous-mêmes les kikohas de nos personnages. Dernier point mais non des moindres : impossible de se transformer en super saiyen directement dans le jeu… ah, et oubliez également les fusions ou tout ce qui faisait le charme d’un Tenkaichi Budokai.

01 (1)

Mais ce qu’on a plus de mal à accepter, c’est vraiment la répétitivité que l’on ressent au bout de quelques heures. Tous les personnages ont droit aux mêmes combos et seuls quelques combattants (plus grands, plus petits, bras moins longs…) permettent d’obtenir une nouvelle approche du combat. Il est dommageable qu’il n’y ait pas véritablement de différence lorsqu’on joue au mode histoire et/ou aventure avec Bou contre Radditz. Enfin, les Z Assists représentent le véritable point fort du gameplay en nous permettant de faire appel, un court instant, à des personnages qui nous aideront à gagner grâce à certaines de leurs spécificités (Dende vous soignera, Yamcha attaquera). On peut retrouver parmi eux ChiChi, Yajirobé, Oolong et même Le Commentateur ou Dr Brief.

05