Test

Test : FIFA Football (PS Vita)

Par Anh Phan le

Si vous suivez mon compte Twitter ou même celui du Journal du Geek ou du Journal du Gamer, vous saurez qu'on joue énormément à FIFA 12...

Si vous suivez mon compte Twitter ou même celui du Journal du Geek ou du Journal du Gamer, vous saurez qu’on joue énormément à FIFA 12 à la rédaction. Entre les sessions le midi ou en début de soirée, FIFA 12 est devenu source de défis, de paris mais aussi une façon de régler certains différents. Ouais, on est comme ça, nous. Du coup, vous vous imaginez bien qu’on ne pouvait pas passer à côté de FIFA Football pour la sortie de la PS Vita.

Petite anecdote pour EA Sports. FIFA signifie Federation of International Football Associations. Du coup, FIFA Football, ça n’a aucun sens, non ? 😛
Federation of International Football Associations Football… Tsss… Tsss… Tsss…

Pour en revenir au jeu, EA Sports présente cette adaptation comme la première version pour console portable utilisant le moteur next gen de la version de salon actuelle (PS3 et X360).
On lance don le jeu pour la première fois et première chose qu’on découvre, un menu identique aux versions de salon. Sans même entrer dans les options, je lance un match d’exhibition et bonne surprise, l’éditeur avait raison, on se retrouve avec le même moteur et c’est plus qu’une bonne nouvelle. Depuis le temps que j’attends d’avoir mon jeu de foot annuel à portée de main au bureau, dans les transports, en vacances et tout et tout, EA Sports aurait-il réalisé mon rêve ?

Console de salon portable

Sur le plan technique, rien à redire, c’est très très proche de la version console de salon. Il y a bien évidemment des différences comme le public un peu trop statique dans un stade mais quelque part, on n’y prête pas attention. On pourrait aussi regretter le très (trop?) peu de ralentis en fin de match mais dans l’ensemble, on y est. On notera aussi des baisses de framerate par moment et je suppose qu’on peut mettre ça sur le dos de la nouvelle console que les éditeurs ne maîtrisent pas encore et que tout n’est pas encore optimisé.
Par contre, EA Sports aurait pu retravaillé un peu les caméras. L’éditeur a un peu bêtement adapté le moteur de la version console et sur certains stades comme le Parc des Princes avec la caméra TV, on se retrouve avec des joueurs très très petits. Dommage.

Les commandes

Au niveau des commandes, les puristes vont forcément me demander comment on s’en sort avec deux boutons en moins. Et bien on s’en sort comme on peut, comme sur les PSP et autres DS/3DS, on ne retrouve pas forcément la même façon de jouer que sur console de salon. Il va falloir faire quelques concessions avec la fusion des boutons alors qu’on avait des boutons dédiés sur les consoles de salon. Bon, on s’y habitue mais quand même.

Par contre, j’aurais aimé que EA Sports nous trouve un moyen d’appliquer le Tactical Defense introduit avec FIFA 12. En effet, faute de boutons, on récupère une sorte de Legacy Defense (on peut quand même changer de joueurs en défense avec le stick analogique droit par exemple), surtout si comme moi, vous jouez en mode Alternatif (ou PES pour ceux qui préfèrent).
Et si je peste dessus, c’est surtout parce que le mode en ligne de FIFA 12 nous a obligé à nous habitué au Tactical Defense et se retrouver avec l’ancien mode quand on passe sur la console portable de Sony, c’est vraiment dommage.

De même pour les dribbles, j’ai eu l’impression d’avoir fait un retour en arrière par rapport à FIFA 12. Alors que sur ce dernier, on commençait à pouvoir faire des dribbles pour faire la différence, j’ai eu cette désagréable impression de revenir sur FIFA 11. Jusqu’à maintenant, mes dribbles ne sont quasiment jamais passés, quelque soit l’équipe en face et quelque soit son niveau. Bon alors, oui, j’ai passé du bon temps avec FIFA 11 mais maintenant que je me suis habitué à FIFA 12, c’est un peu crispant ce retour en arrière.

Le tactile

PS Vita oblige, EA Sports a apporté le support de l’écran tactile et du dos tactile dans FIFA Football. Pour le dos tactile, ce dernier représente une cage de but et dans les 30 derniers mètres, votre attaquant tirera là où vous appuierez sur le dos tactile. Sur le principe, c’est sympa mais ça a trop simplifié la chose, je me suis retrouvé à mettre des lucarnes de la morkitu dans un rayon de 30 mètres autour des cages. Une des choses que j’aimais bien quelque part, c’était cette difficulté à marquer un but qui fait que quand on en marque un, c’est une sorte de délivrance. Là, on est une sorte de Roberto Carlos en puissance qui vous lâche des patates imparables. Tellement d’ailleurs que ça m’a plus donner envie de couper le dos tactile qu’autre chose, surtout aussi que parfois, avec le stress d’un match, nos doigts à l’arrière de la console ont tendance à appuyer un peu trop sur le dos tactile. Du coup, des tirs non voulus, c’est crispant.

Pour ce qui est de l’écran tactile et de la même manière que les jeux de foot sur smartphones, vous pourrez faire des passes ou des passes en profondeur seulement en pointant sur l’écran, la balle ira là où vous le souhaiterez. Dans l’absolu, ça marche mais votre doigt aura tendance à plus cacher l’écran que vous servir réellement dans un match. Je n’ai pas désactivé l’écran tactile mais je vous avouerai que je ne m’en sers pas tant que ça. Je suis revenu à des contrôles à l’ancienne !

Et le contenu

Pour ce qui est du contenu, licence FIFA oblige, on retrouve forcément tous les noms et toutes les équipes. Par contre, certains modes, par rapport aux versions de salon, ont disparu. Il y a bien le mode carrière sur 15 saisons mais on n’a plus de championnat, ni hors-ligne, ni en-ligne. Dommage. J’aimais bien, en-ligne, le système des divisions. On ne récupère pas non plus le mode Ultimate et on se retrouve, en mode hors ligne avec un simple mode Compétitions ou le mode Carrière.

Parce que la PS Vita est connectée, il y a bien évidemment du multijoueurs. Comme on l’a dit plus haut, vous ne pourrez faire que des face-à-face et on perd le système de divisions instauré dans FIFA 12. Il n’y a pas non plus de mode LAN et il faudra passer par des salons via internet pour se retrouver entre amis… Oui, c’est un peu le prix à payer pour jouer à FIFA de n’importe où.

En bref

FIFA Football est bien le premier jeu de foot sur console portable à nous proposer un moteur graphique quasi-identique à version console et c’est déjà une performance en soi. On a certes moins de contenus, une jouabilité à l’ancienne, un tactile présent mais optionnel, mais au final, et c’est peut-être là l’essentiel, j’y ai pris du plaisir. Pouvoir faire un petit PSG-OM, Real-Barça n’importe où, ça n’a pas de prix pour les fans de jeux de football.
Un jour, on aura droit à une version portable similaire à une version console, oui, un jour.


Que signifie cette pastille ?

Si vous suivez mon compte Twitter ou même celui du Journal du Geek ou du Journal du Gamer, vous saurez qu’on joue énormément à FIFA 12 à la rédaction. Entre les sessions le midi ou en début de soirée, FIFA 12 est devenu source de défis, de paris mais aussi une façon de régler certains différents. Ouais, on est comme ça, nous. Du coup, vous vous imaginez bien qu’on ne pouvait pas passer à côté de FIFA Football pour la sortie de la PS Vita.

Petite anecdote pour EA Sports. FIFA signifie Federation of International Football Associations. Du coup, FIFA Football, ça n’a aucun sens, non ? 😛
Federation of International Football Associations Football… Tsss… Tsss… Tsss…

Pour en revenir au jeu, EA Sports présente cette adaptation comme la première version pour console portable utilisant le moteur next gen de la version de salon actuelle (PS3 et X360).
On lance don le jeu pour la première fois et première chose qu’on découvre, un menu identique aux versions de salon. Sans même entrer dans les options, je lance un match d’exhibition et bonne surprise, l’éditeur avait raison, on se retrouve avec le même moteur et c’est plus qu’une bonne nouvelle. Depuis le temps que j’attends d’avoir mon jeu de foot annuel à portée de main au bureau, dans les transports, en vacances et tout et tout, EA Sports aurait-il réalisé mon rêve ?

Console de salon portable

Sur le plan technique, rien à redire, c’est très très proche de la version console de salon. Il y a bien évidemment des différences comme le public un peu trop statique dans un stade mais quelque part, on n’y prête pas attention. On pourrait aussi regretter le très (trop?) peu de ralentis en fin de match mais dans l’ensemble, on y est. On notera aussi des baisses de framerate par moment et je suppose qu’on peut mettre ça sur le dos de la nouvelle console que les éditeurs ne maîtrisent pas encore et que tout n’est pas encore optimisé.
Par contre, EA Sports aurait pu retravaillé un peu les caméras. L’éditeur a un peu bêtement adapté le moteur de la version console et sur certains stades comme le Parc des Princes avec la caméra TV, on se retrouve avec des joueurs très très petits. Dommage.

Les commandes

Au niveau des commandes, les puristes vont forcément me demander comment on s’en sort avec deux boutons en moins. Et bien on s’en sort comme on peut, comme sur les PSP et autres DS/3DS, on ne retrouve pas forcément la même façon de jouer que sur console de salon. Il va falloir faire quelques concessions avec la fusion des boutons alors qu’on avait des boutons dédiés sur les consoles de salon. Bon, on s’y habitue mais quand même.

Par contre, j’aurais aimé que EA Sports nous trouve un moyen d’appliquer le Tactical Defense introduit avec FIFA 12. En effet, faute de boutons, on récupère une sorte de Legacy Defense (on peut quand même changer de joueurs en défense avec le stick analogique droit par exemple), surtout si comme moi, vous jouez en mode Alternatif (ou PES pour ceux qui préfèrent).
Et si je peste dessus, c’est surtout parce que le mode en ligne de FIFA 12 nous a obligé à nous habitué au Tactical Defense et se retrouver avec l’ancien mode quand on passe sur la console portable de Sony, c’est vraiment dommage.

De même pour les dribbles, j’ai eu l’impression d’avoir fait un retour en arrière par rapport à FIFA 12. Alors que sur ce dernier, on commençait à pouvoir faire des dribbles pour faire la différence, j’ai eu cette désagréable impression de revenir sur FIFA 11. Jusqu’à maintenant, mes dribbles ne sont quasiment jamais passés, quelque soit l’équipe en face et quelque soit son niveau. Bon alors, oui, j’ai passé du bon temps avec FIFA 11 mais maintenant que je me suis habitué à FIFA 12, c’est un peu crispant ce retour en arrière.

Le tactile

PS Vita oblige, EA Sports a apporté le support de l’écran tactile et du dos tactile dans FIFA Football. Pour le dos tactile, ce dernier représente une cage de but et dans les 30 derniers mètres, votre attaquant tirera là où vous appuierez sur le dos tactile. Sur le principe, c’est sympa mais ça a trop simplifié la chose, je me suis retrouvé à mettre des lucarnes de la morkitu dans un rayon de 30 mètres autour des cages. Une des choses que j’aimais bien quelque part, c’était cette difficulté à marquer un but qui fait que quand on en marque un, c’est une sorte de délivrance. Là, on est une sorte de Roberto Carlos en puissance qui vous lâche des patates imparables. Tellement d’ailleurs que ça m’a plus donner envie de couper le dos tactile qu’autre chose, surtout aussi que parfois, avec le stress d’un match, nos doigts à l’arrière de la console ont tendance à appuyer un peu trop sur le dos tactile. Du coup, des tirs non voulus, c’est crispant.

Pour ce qui est de l’écran tactile et de la même manière que les jeux de foot sur smartphones, vous pourrez faire des passes ou des passes en profondeur seulement en pointant sur l’écran, la balle ira là où vous le souhaiterez. Dans l’absolu, ça marche mais votre doigt aura tendance à plus cacher l’écran que vous servir réellement dans un match. Je n’ai pas désactivé l’écran tactile mais je vous avouerai que je ne m’en sers pas tant que ça. Je suis revenu à des contrôles à l’ancienne !

Et le contenu

Pour ce qui est du contenu, licence FIFA oblige, on retrouve forcément tous les noms et toutes les équipes. Par contre, certains modes, par rapport aux versions de salon, ont disparu. Il y a bien le mode carrière sur 15 saisons mais on n’a plus de championnat, ni hors-ligne, ni en-ligne. Dommage. J’aimais bien, en-ligne, le système des divisions. On ne récupère pas non plus le mode Ultimate et on se retrouve, en mode hors ligne avec un simple mode Compétitions ou le mode Carrière.

Parce que la PS Vita est connectée, il y a bien évidemment du multijoueurs. Comme on l’a dit plus haut, vous ne pourrez faire que des face-à-face et on perd le système de divisions instauré dans FIFA 12. Il n’y a pas non plus de mode LAN et il faudra passer par des salons via internet pour se retrouver entre amis… Oui, c’est un peu le prix à payer pour jouer à FIFA de n’importe où.

En bref

FIFA Football est bien le premier jeu de foot sur console portable à nous proposer un moteur graphique quasi-identique à version console et c’est déjà une performance en soi. On a certes moins de contenus, une jouabilité à l’ancienne, un tactile présent mais optionnel, mais au final, et c’est peut-être là l’essentiel, j’y ai pris du plaisir. Pouvoir faire un petit PSG-OM, Real-Barça n’importe où, ça n’a pas de prix pour les fans de jeux de football.
Un jour, on aura droit à une version portable similaire à une version console, oui, un jour.


Que signifie cette pastille ?