Test

Test flash : Dragon Ball Z : Attack of the Saiyans

Par Rédacteur Invité le

A regarder les choses, on se rend compte que la licence Dragon Ball n’a jamais vraiment quitté le devant de la scène. Tenez, par exemple, cette année, on a eu droit à 3 jeux basés sur la série créée par Toriyama. Dont cet Attack of the Saiyans, un RPG destiné à la DS et basé sur les premiers évènements de la saga “Z”.

test_Dragon_Ball_Z_AOTS_8

Vous aussi vous êtes arrivés à l’overdose de jeux de combats utilisant la licence DBZ ? Logique… Du coup, Namco Bandai Games a tenté de la jouer cette fois d’une façon quelque peu différente, en embauchant Monolith Software (responsable de Super Robot Taisen OG Saga : Endless Frontier par exemple, sur DS également) et en les chargeant d’une mission à hauts risques : développer un RPG retraçant le début de de la période Z, s’étalant au 23ème tournoi des arts martiaux à l’arrivée (enfin, l’attaque) des Saiyans sur terre (Vegeta, Raditz et Nappa pour les incultes…) Forcément, vous imaginez bien que cette période, balayée assez rapidement dans le manga original (et même dans l’animé…) a eu droit à quelques retouches, afin d’être en mesure de tenir le joueur une vingtaine d’heures au minimum. S’en résulte un scénario bien souvent pénible (qui a franchement envie de contrôler à tour de rôle Krillin, Yamcha et Tenshinhan ?), qui peine à démarrer, et ponctué par des scènes de dialogues qui feraient passer les films de Max Pecas pour des films philosophiques. Pour autant, la traduction Française est plus que correcte. Il faut rendre à César… Mais vous l’aurez compris : ce n’est pas franchement de ce côté que Dragon Ball Z : Attack of the Saiyans tire son épingle du jeu.

Non, en fait, le soft brille grâce à ses mécanismes de jeu certes très classiques, mais rudement bien amenés. Très old-school dans l’âme, le jeu de Monotilh Software reprend une pléthore de codes classiques du RPG : limitation de persos dans son équipe, utilisation d’objets secondaires pour passer certains points de l’aventure, hiérarchie des persos respectée… En plus de ça, lors des combats, vous retrouvez l’intégralité des attaques clés de la série, balancées par leurs “propriétaires” via quelques cris en Japonais. La classe. Enfin, sachez que les développeurs ont apporté un soin particulier au rythme des combats : vous pourrez ainsi attaquer en équipe si vous arrivez à combiner les bonnes attaques entre vos persos, tout comme vous pourrez contrer les attaques ennemies en appuyant sur la bonne touche en respectant un timing bien précis.

Sans être un nouveau poids lourd du RPG, Dragon Ball Z : Attack of the Saiyans arrive à retranscrire de façon très efficace l’univers de la série, grâce à un gameplay classique au possible, mais ô combien efficace. Dommage que les mêmes efforts n’aient pas été réalisés en ce qui concerne la création du scénario, bien souvent soporifique… Mais les fans passeront outre.

Le verdict ?

Que signifie cette pastille ?

Les +
Un RPG basique, mais efficace
L’incrustation des voix Japonaises !

Les –
Une trame volontairement rallongée
Assez long à démarrer

A regarder les choses, on se rend compte que la licence Dragon Ball n’a jamais vraiment quitté le devant de la scène. Tenez, par exemple, cette année, on a eu droit à 3 jeux basés sur la série créée par Toriyama. Dont cet Attack of the Saiyans, un RPG destiné à la DS et basé sur les premiers évènements de la saga “Z”.

test_Dragon_Ball_Z_AOTS_8

Vous aussi vous êtes arrivés à l’overdose de jeux de combats utilisant la licence DBZ ? Logique… Du coup, Namco Bandai Games a tenté de la jouer cette fois d’une façon quelque peu différente, en embauchant Monolith Software (responsable de Super Robot Taisen OG Saga : Endless Frontier par exemple, sur DS également) et en les chargeant d’une mission à hauts risques : développer un RPG retraçant le début de de la période Z, s’étalant au 23ème tournoi des arts martiaux à l’arrivée (enfin, l’attaque) des Saiyans sur terre (Vegeta, Raditz et Nappa pour les incultes…) Forcément, vous imaginez bien que cette période, balayée assez rapidement dans le manga original (et même dans l’animé…) a eu droit à quelques retouches, afin d’être en mesure de tenir le joueur une vingtaine d’heures au minimum. S’en résulte un scénario bien souvent pénible (qui a franchement envie de contrôler à tour de rôle Krillin, Yamcha et Tenshinhan ?), qui peine à démarrer, et ponctué par des scènes de dialogues qui feraient passer les films de Max Pecas pour des films philosophiques. Pour autant, la traduction Française est plus que correcte. Il faut rendre à César… Mais vous l’aurez compris : ce n’est pas franchement de ce côté que Dragon Ball Z : Attack of the Saiyans tire son épingle du jeu.

Non, en fait, le soft brille grâce à ses mécanismes de jeu certes très classiques, mais rudement bien amenés. Très old-school dans l’âme, le jeu de Monotilh Software reprend une pléthore de codes classiques du RPG : limitation de persos dans son équipe, utilisation d’objets secondaires pour passer certains points de l’aventure, hiérarchie des persos respectée… En plus de ça, lors des combats, vous retrouvez l’intégralité des attaques clés de la série, balancées par leurs “propriétaires” via quelques cris en Japonais. La classe. Enfin, sachez que les développeurs ont apporté un soin particulier au rythme des combats : vous pourrez ainsi attaquer en équipe si vous arrivez à combiner les bonnes attaques entre vos persos, tout comme vous pourrez contrer les attaques ennemies en appuyant sur la bonne touche en respectant un timing bien précis.

Sans être un nouveau poids lourd du RPG, Dragon Ball Z : Attack of the Saiyans arrive à retranscrire de façon très efficace l’univers de la série, grâce à un gameplay classique au possible, mais ô combien efficace. Dommage que les mêmes efforts n’aient pas été réalisés en ce qui concerne la création du scénario, bien souvent soporifique… Mais les fans passeront outre.

Le verdict ?

Que signifie cette pastille ?

Les +
Un RPG basique, mais efficace
L’incrustation des voix Japonaises !

Les –
Une trame volontairement rallongée
Assez long à démarrer