Test

Test flash : Mafia II

Par Rédacteur Invité le

Inaugurée avec panache en 2002 (et oui…), la série Mafia revient sur le devant de la scène avec un nouvel opus. Mais cette fois, les choses ont changées : le GTA-like est désormais un genre sur-représenté, et tirer son épingle du jeu n’est plus si évident. L’équipe de 2K Czech en a d’ailleurs fait les frais…

maf2p3004

Pour autant, n’allez pas me faire dire ce que je n’ai pas (encore) dit. Mafia II est loin d’être une production de bas étage, et on le comprend d’ailleurs rapidement après quelques minutes de jeu, une fois les prémices du scénario appréhendés (vous glissant durant les années 40/50 dans la peau d’un certain Vito Scaletta, récemment revenu de la seconde guerre mondiale et prêt à tout pour se faire un nom dans le milieu des mafiosos). Le jeu propose ainsi son lot de cut-scenes travaillées, et ne se cache d’ailleurs pas de jouer une grosse carte niveau ambiance. Propulsé dans une Amérique des années 40, puis 50, vous évoluerez petit à petit dans le milieu de la mafia, avec à chaque fois l’obligation de réaliser le genre de missions inhérentes au genre. Vol de tires, fusillades et courses poursuites effrénées. Voilà grosso-modo ce qui vous attend durant les 15 chapitres du jeu. Dommage que les développeurs n’aient pas pensé à soigner les à côté, puisque vous ne trouverez pour ainsi dire rien à faire en parallèle de ces missions. Mise à part la chasse aux vieux numéros du magazine Playboy éparpillés aux 4 coins du jeu, qui vous permettront tout de même de vous rincer l’oeil. Un peu léger… Du coup, attendez-vous à une durée de vie dépassant plus ou moins les 10 heures, et basta. Pour ne pas arranger ses affaires, Mafia II souffre également de quelques mécanismes de jeu vieillots, et vous ne pourrez par exemple pas écourter vos trajets en hâlant un taxi. Pas bien grave en soi, mais on s’attendait à un produit sans doute un peu plus fini. Et puis, l’absence d’un mode multi ne joue pas non plus en sa faveur. Reste donc que 2K Czech nous a laissé là un jeu doté d’une forte personnalité, mais un peu court sur pattes…

On s’attendait à du grandiose, on aura finalement droit à du “correct”. En effet, si Mafia II jouit d’un univers marquant et travaillé (porté de plus par une bande-son magnifique), il souffre par contre d’une durée de vie assez faible et d’une linéarité agaçante. A conseiller en priorité aux amateurs des Parrains, Sopranos & co. Donc…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Un univers léché
Bande-son réussie
Le scénario prenant

Les –
Durée de vie assez fiable
Où est le mode multi ?
Et les missions annexes ?

Inaugurée avec panache en 2002 (et oui…), la série Mafia revient sur le devant de la scène avec un nouvel opus. Mais cette fois, les choses ont changées : le GTA-like est désormais un genre sur-représenté, et tirer son épingle du jeu n’est plus si évident. L’équipe de 2K Czech en a d’ailleurs fait les frais…

maf2p3004

Pour autant, n’allez pas me faire dire ce que je n’ai pas (encore) dit. Mafia II est loin d’être une production de bas étage, et on le comprend d’ailleurs rapidement après quelques minutes de jeu, une fois les prémices du scénario appréhendés (vous glissant durant les années 40/50 dans la peau d’un certain Vito Scaletta, récemment revenu de la seconde guerre mondiale et prêt à tout pour se faire un nom dans le milieu des mafiosos). Le jeu propose ainsi son lot de cut-scenes travaillées, et ne se cache d’ailleurs pas de jouer une grosse carte niveau ambiance. Propulsé dans une Amérique des années 40, puis 50, vous évoluerez petit à petit dans le milieu de la mafia, avec à chaque fois l’obligation de réaliser le genre de missions inhérentes au genre. Vol de tires, fusillades et courses poursuites effrénées. Voilà grosso-modo ce qui vous attend durant les 15 chapitres du jeu. Dommage que les développeurs n’aient pas pensé à soigner les à côté, puisque vous ne trouverez pour ainsi dire rien à faire en parallèle de ces missions. Mise à part la chasse aux vieux numéros du magazine Playboy éparpillés aux 4 coins du jeu, qui vous permettront tout de même de vous rincer l’oeil. Un peu léger… Du coup, attendez-vous à une durée de vie dépassant plus ou moins les 10 heures, et basta. Pour ne pas arranger ses affaires, Mafia II souffre également de quelques mécanismes de jeu vieillots, et vous ne pourrez par exemple pas écourter vos trajets en hâlant un taxi. Pas bien grave en soi, mais on s’attendait à un produit sans doute un peu plus fini. Et puis, l’absence d’un mode multi ne joue pas non plus en sa faveur. Reste donc que 2K Czech nous a laissé là un jeu doté d’une forte personnalité, mais un peu court sur pattes…

On s’attendait à du grandiose, on aura finalement droit à du “correct”. En effet, si Mafia II jouit d’un univers marquant et travaillé (porté de plus par une bande-son magnifique), il souffre par contre d’une durée de vie assez faible et d’une linéarité agaçante. A conseiller en priorité aux amateurs des Parrains, Sopranos & co. Donc…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Un univers léché
Bande-son réussie
Le scénario prenant

Les –
Durée de vie assez fiable
Où est le mode multi ?
Et les missions annexes ?