Test

Test flash : The Gunstringer

Par François le

The Gunstringer vous propose ni plus ni moins que de prendre en main la folie vengeresse d'une marionette de cow-boy zombie... Vous devrez traverser les étendus...

The Gunstringer vous propose ni plus ni moins que de prendre en main la folie vengeresse d’une marionette de cow-boy zombie… Vous devrez traverser les étendus de l’ouest lointain, armé de vos poings de vos calibres, dans le but de liquider vos anciens partenaires, qui vous ont bien évidemment trahis. Tout un programme n’est ce pas ? Un programme mis en scène grâce à Kinect. Et oui !



Lorsque l’on est editeur de jeu, il faut savoir faire de bon choix et d’une manière plus générale, savoir miser sur le bon cheval. Comme par exemple prendre la decision de vendre un titre Kinect moyen dans une belle boite (et donc au prix fort)! Bon, ceci etant dit, parlons un peu du gameplay de ce Gunstringer. Un de vos bras sert à diriger le personnage (la marionnette) de gauche à droite (et vous permet de sauter également), l’autre a sélectionner vos cibles (jusqu’à six), et tirer, via un mouvement du bras vers le haut… Pour le reste, le personnage évolue sur un rail. Une façon comme une autre de vous faire comprendre que vous n’avez pas énormément beaucoup de latitude disponible au niveau de vos mouvements. En parlant de ça, il est à noter que la capture de mouvements est plutôt réussie, même à deux joueurs. Les boss fights sont les parties du jeu les plus reussies car elles offrent un peu de variations par rapport au reste, assez linéaire dans l’ensemble. Et puisque l’on parle de variations, certains bonus vous permettront d’utiliser d’autres armes, parmi lesquelles un lance flamme, un fusil à canon scie… Vous aurez également l’occasion, lors de phases très “shoot em up” dans l’âme d’utiliser vos deux mains pour dégommer tout ce qui bouge. Vous devriez pouvoir boucler la “campagne” solo en 5h. Mais la “rejouabilite” du titre est assurée par un système de scoring bien lourd. Côte realisation, si le titre n’est clairement pas au niveau visuellement parlant, la partie sonore est elle par contre nettement plus travaillé : l’ambiance western est bien présente et l’humour de la voix off devrait vous arracher quelques sourires… Bon, je crois que j’ai fait le tour. Ce titre aurait peut-etre obtenu un “Pourquoi Pas” si il était sorti sur le Xbox Live Arcade… Au lieu de cela l’editeur a choisi de jouer la carte de la rentabilité à l’échelon supérieur, en surfant sur la vague Kinect. En fait, le simple fait d’avoir ajouté une carte permettant d’obtenir gratuitement Fruit Ninja Kinect est clairement un aveu trahissant que le titre est un peu trop juste pour une sortie en boîte physique. Dommage.

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Une ambiance sonore travaillée
La présence d’un coupon Fruit Ninja Kinect

Les –
Graphiquement au niveau d’un titre Xbox Live Arcade
Très (trop) classique

The Gunstringer vous propose ni plus ni moins que de prendre en main la folie vengeresse d’une marionette de cow-boy zombie… Vous devrez traverser les étendus de l’ouest lointain, armé de vos poings de vos calibres, dans le but de liquider vos anciens partenaires, qui vous ont bien évidemment trahis. Tout un programme n’est ce pas ? Un programme mis en scène grâce à Kinect. Et oui !



Lorsque l’on est editeur de jeu, il faut savoir faire de bon choix et d’une manière plus générale, savoir miser sur le bon cheval. Comme par exemple prendre la decision de vendre un titre Kinect moyen dans une belle boite (et donc au prix fort)! Bon, ceci etant dit, parlons un peu du gameplay de ce Gunstringer. Un de vos bras sert à diriger le personnage (la marionnette) de gauche à droite (et vous permet de sauter également), l’autre a sélectionner vos cibles (jusqu’à six), et tirer, via un mouvement du bras vers le haut… Pour le reste, le personnage évolue sur un rail. Une façon comme une autre de vous faire comprendre que vous n’avez pas énormément beaucoup de latitude disponible au niveau de vos mouvements. En parlant de ça, il est à noter que la capture de mouvements est plutôt réussie, même à deux joueurs. Les boss fights sont les parties du jeu les plus reussies car elles offrent un peu de variations par rapport au reste, assez linéaire dans l’ensemble. Et puisque l’on parle de variations, certains bonus vous permettront d’utiliser d’autres armes, parmi lesquelles un lance flamme, un fusil à canon scie… Vous aurez également l’occasion, lors de phases très “shoot em up” dans l’âme d’utiliser vos deux mains pour dégommer tout ce qui bouge. Vous devriez pouvoir boucler la “campagne” solo en 5h. Mais la “rejouabilite” du titre est assurée par un système de scoring bien lourd. Côte realisation, si le titre n’est clairement pas au niveau visuellement parlant, la partie sonore est elle par contre nettement plus travaillé : l’ambiance western est bien présente et l’humour de la voix off devrait vous arracher quelques sourires… Bon, je crois que j’ai fait le tour. Ce titre aurait peut-etre obtenu un “Pourquoi Pas” si il était sorti sur le Xbox Live Arcade… Au lieu de cela l’editeur a choisi de jouer la carte de la rentabilité à l’échelon supérieur, en surfant sur la vague Kinect. En fait, le simple fait d’avoir ajouté une carte permettant d’obtenir gratuitement Fruit Ninja Kinect est clairement un aveu trahissant que le titre est un peu trop juste pour une sortie en boîte physique. Dommage.

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Une ambiance sonore travaillée
La présence d’un coupon Fruit Ninja Kinect

Les –
Graphiquement au niveau d’un titre Xbox Live Arcade
Très (trop) classique

stopwatch 3 min.
Test : PES 2012