Test

Test des Galaxy S9 et S9+, ou plutôt des Galaxy S8 version 2018

Interface et performances

Smartphone

Par Gaël Weiss le

Samsung Experience sait se faire oublier, pour notre plus grand bonheur

Il est désormais bien loin le temps ou Samsung se traînait une réputation de concepteur de surcouche pénible. Pour son Galaxy S9, c’est encore l’interface Samsung Experience qui vient animer Android 8.0 Oreo. Une interface très légère, intuitive et personnalisable via des thèmes que l’on peut télécharger dans une boutique dédiée. Samsung Experience comprend un tiroir d’application, des menus des paramètres très clairs (mais qui manquent peut-être un peu de couleur) et de nombreux raccourcis pour désinstaller en quelques clics des applications.

Une interface légère, des applications pré-installées peu nombreuses, de la place sur la mémoire interne (64 Go), que demander de mieux pour l’interface du Galaxy S9 ? Un peu de cohérence peut-être – certaines icônes sont encore entourées d’un liseré blanc hideux, même quand on désactive l’option – et surtout un nouveau clavier de base. Mon premier réflexe en lançant le Galaxy S9 pour la première fois a été en effet d’installer Gboard pour remplacer le clavier Samsung de base et son insupportable système de suggestion automatique.

Doit-on vraiment vous parler de Bixby, l’assistant virtuel de Samsung intégré à l’interface du téléphone ? Oui, rapidement, pour vous dire qu’il est possible de le désactiver. Bixby, qui n’est toujours pas localisé en français se contente en effet d’être un simple agrégateur d’actualités et de réseaux sociaux. Impossible de s’adresser à lui (à elle ?) en français, par exemple. La mauvaise nouvelle, c’est qu’il est obligatoire de se créer/connecter à un compte Samsung pour dégager l’assistant de sa page d’accueil et du bouton physique dédié. Argh.

À l’aise sur les performances

Fait étrange s’il en est, lors de la présentation du Galaxy S9 au début du mois de mars, Samsung n’a pratiquement pas communiqué sur les performances de son téléphone. La fiche technique du S9 a pourtant été légèrement remaniée par rapport au Galaxy S8. Elle accueille ainsi un nouveau SoC, l’Exynos 9810, une puce composée de huit coeurs (4 cœurs custom haute performance cadencés à 2,9 GHz et 4 cœurs custom basses performances cadencés à 1,9 Ghz) et gravée en 10nm. Elle est épaulée dans le cas du Galaxy S9 par 4 Go de RAM et dans le cas du Galaxy S9+ par 6 Go de RAM.

Nous avons testé le Galaxy S9+ sur différents benchmark et voici ce que vaut cette nouvelle puce face à l’Exynos de l’année dernière (Galaxy S8+) et face au Kirin 970 présent dans les appareils de Huawei ou Honor.

 Galaxy S9+Galaxy S8+Honor View 10
Antutu (en points)246 558200 163176 783
PC Mark (en points)5 7065 2097 109
3DMark Sling Shot Extreme (en points)3 2912 5862 877
GFX Bench Car Chase (en fps, onscreen / offscreen)26 / 2812 / 2522 / 21
GFXBench Manhattan 3.0 (en fps, onscreen / offscreen)57 / 7339 / 50 54 / 64

Si l’on s’en tient uniquement aux benchmarks, le Galaxy S9 pulvérise la concurrence. Il dépasse de la tête et des épaules le Galaxy S8, mais se montre également un bon cran au-dessus du Kirin 970. À ce jour – et en attendant l’arrivée de smartphones sous Snapdragon 845 – c’est tout simplement le téléphone le plus puissant du marché.

Au quotidien, il n’y a rien de spécial à noter : le téléphone tourne de façon fluide sans aucun problème. Avec les jeux, le téléphone ne chauffe pas ou très peu. Même après 20 minutes de Hearthstone, c’est tout juste si l’on sent que le SoC a un peu chauffé sous la coque en verre, mais sans être brûlant pour autant.