Test

Test du Honor 10 : le champion du rapport qualité-prix de 2018 ?

Android

Par Anh Phan le

Il fallait s’y attendre, après les annonces des nouveaux smartphones haut de gamme de Huawei, c’est au tour de Honor de se mettre à jour avec le nouveau Honor 10 qui succède inévitablement au Honor 9 et qui devient donc le nouveau porte-étendard de la marque chinoise pour 2018. Le Honor 10 s’attaque à nouveau à un marché ultra-concurrentiel avec non seulement les smartphones haut de gamme mais aussi les smartphones milieu de gamme premium. Il est temps de voir comment s’en sort Honor, cuvée 2018.  

Disponible chez Amazon au prix de 399,90€

Les Caractéristiques et le Packaging

Pour rappel sur les caractéristiques, le nouveau Honor 10 vous propose : 

NomHonor 10
Taille de l'écranEcran IPS Gorilla Glass 5 de 5,84" au format 19:9
Définition de l'écranRésolution Full HD+ de 1080 x 2280
Résolution432ppp
SoC- Processeur 64bits octo-core 10nm Kirin 970 (4x Cortex-A73 à 2,36GHz & 4x Cortex-A53 à 1,8GHz + co-processeur i7) 
- GPU Mali G72 MP12
- NPU (Neural Network Processing Unit)
Logiciel- Android 8.1 Oreo 
- Surcouche Emotion UI 8.1
Mémoire vive 4 Go
Mémoire interne64 ou 128 Go
Port Micro-SDNon
Batterie- Batterie de 3400 mAh
- Recharge rapide SuperCharge 50 % en 25 minutes
Appareil photo dorsal- Double appareils photo, le principal avec un capteur couleur de 16 Mégapixels, l’appareil monochrome avec un capteur de 24 Mégapixels
- Objectif grand angle avec une ouverture de F/1.8 sur les deux capteurs 
- AF à détection de phase
- Flash LED Dual-Tone 
- Reconnaissance de Scène via Intelligence Artificielle
- Enregistrement de vidéos jusqu’en 1080p/60 et 4K(2160p)/30
Appareil photo frontal- Caméra frontale avec un capteur de 24 Mégapixels et un objectif grand angle F/2.0
Dimensions149,6 x 71,2 x 7,7mm 
Poids153 grammes
Carte SIM- Dual nano-SIM 4G LTE
Capteur d'empreintes digitalesOui (en façade)
Connectique- WiFi a/b/g/n/ac (2.4GHz et 5GHz) 
- Bluetooth 4.2, NFC, A-GPS+GLONASS, ANT+, DNLA, Miracast (WiFi Direct) 
- Port USB Type-C
- Baromètre, Gyroscope, Accéléromètre 
- Capteur de proximité et de luminosité 
GPSA-GPS+GLONASS
Prise jackOui
Etanchéité à l'eauNon
Connectivité4G LTE Cat 18
ColorisPhantom Blue, Glacier Grey et Midnight Black
Prix399 euros (64 Go) ou 499 euros (128 Go)

Sans surprise, on retrouve une boîte bleue avec un contenu en soi similaire à ce qu’on connait déjà. On est en présence de tout ce qu’il y a de plus classique avec un chargeur USB, un câble USB Type-C vers Type-A, des notices pour une première prise en main et écouteurs/kits mains-libres. On notera également la présence d’une petite coque de protection de base, toujours la bienvenue et d’une protection d’écran déjà installée sur le smartphone. Au final, on est en présence, à peu de chose près, d’un Huawei P20. Avec quelques sacrifices comme la certification IP67 (étanchéité à l’eau), ce sont finalement que des petites choses que le consommateur final peut s’en passer pour économiser quelques euros.

Pour son prix, comptez officiellement 399 euros (64Go) et 449 euros (128Go) hors abonnement. 

[nextpage title= »Design »]

Design

2018 oblige, on ne peut échapper au design de l’écran avec une encoche et fort heureusement pour certains, l’encoche est plus petite que sur l’iPhone X d’Apple. C’est à l’usage qu’on découvre qu’Android n’avait pas forcément prévu le coup. Aussi, chez Huawei et Honor, les icônes liées aux réseaux sont en haut à gauche. Du coup, ces dernières cacheront les autres icônes de notifications. Pourquoi ne pas les avoir placés à droite plutôt ?  

Si l’écran occupe 86% de la façade, le Honor 10 propose un capteur d’empreintes en façade. En revanche, ce n’est pas un capteur physique bien délimité comme sur le Huawei P20. Ici, le capteur d’empreintes est situé sous le verre de l’écran et seuls quelques pointillés permettent de le situer. En revanche, impossible de sentir ce capteur dans sa poche (ou dans le noir), contrairement à un bouton physique. On est un peu entre le bouton physique et les futurs capteurs d’empreintes réellement sous l’écran. Dans tous les cas, certains préfèrent l’avoir au dos et d’autres en façade. Un des avantages de l’avoir en façade, c’est que vous pouvez l’utiliser quand le smartphone est posé sur une table. Je vous rappelle qu’il est dit « ultrasonique » et présente l’avantage de fonctionner même si votre doigt est mouillé. On l’a testé et pas de souci de ce côté là. En revanche, il y a des moments, on l’a trouvé un peu plus lent que la concurrence, surtout quand l’écran est encore éteint. 

Le dos est incurvé sur les côtés comme le propose depuis un certain temps un constructeur coréen bien connu. Avec une conception à base de 15 couches de verre comme aime à le rappeler le constructeur chinois, on obtient des reflets au rendu agréable et flatteur. Pour notre part, on a testé la version bleue et si cela peut choquer ceux qui aiment les designs discrets, on a aimé le design général. Avec un dos en verre et un contour en aluminium, Honor continue avec les standards des haut de gamme actuels comme Apple, Samsung ou encore Sony Mobile. L’aluminium fait partie du passé . Pas de design anguleux, les coins sont arrondis, tout comme les tranches. Le design général reste agréable et on aime la bande invisible au dos, le long du smartphone, qui contient les appareils photo et les marques. Avec un design tout en brillance, attention aux traces de doigts.

[nextpage title= »Affichage et Audio »]

Affichage et Audio

Le Honor 10 nous propose une dalle IPS et non OLED. Elle est au format 19:9, ce qui la rend un peu plus longue qu’une dalle 18:9, ce qui permet de gérer la partie avec encoche instaurée par l’iPhone X d’Apple. Aussi, pour éviter aux applications de devoir gérer ce fameux 19:9 en plus qui contient l’encoche laissée par la caméra frontale et le mini haut-parleur, EMUI évite aux applications d’y afficher du contenu limitant ainsi l’affichage de contenus à du 18:9. La définition est classique avec du Full HD+. Si ça peut chagriner les plus technophiles d’entre vous, dans la réalité, il n’y a que très peu chances que cela puisse gêner l’utilisateur au quotidien.

La dalle IPS est équilibrée en termes de colorimétrie, de luminosité et d’angles de vision. D’ailleurs, on a été surpris par le niveau de luminosité de la dalle. EMUI met à disposition un outil pour des réglages plus précis si cela ne vous convenait pas en termes de colorimétrie. Dans mes usages, avec du surf sur le navigateur internet et les applications Android, je n’ai jamais eu à me plaindre de la finesse d’affichage.

Côté son, le Honor 10 propose un haut-parleur sur la tranche basse de l’appareil, ce qui donne un son mono des plus classiques. Le volume sonore est plutôt bien contenu si bien qu’avec des vidéos YouTube par exemple, le son ne sature pas forcément à pleine puissance. Aussi, ça sera plus que suffisant pour les vidéos YouTube, du Snapchat et autres joyeusetés sur le net dans un milieu calme, mais ne pensez même pas à vous faire une série ou un film sans une enceinte externe ou des écouteurs.  

Pour ce qui est de l’application audio, si on retrouve bien évidemment Google Play Music et la possibilité de télécharger Spotify ou Amazon Music par exemple, Huawei vous propose toujours son application maison qui s’avère être classique, mais qui aura surtout le bénéfice de lire votre musique, classé par dossiers (ou pas). Pratique. Maintenant, je vous avouerai que je ne l’ai pas tellement utilisé si ce n’est pour tester quelques fichiers FLAC et là, avec un bon casque audio, ça le fait. On note enfin la présence du port jack de 3,5 mm, toujours bienvenue. 

[nextpage title= »EMUI, Interface Utilisateur »]

EMUI, Interface Utilisateur

Le Honor 10 est livré avec Android 8.1 Oreo ainsi qu’une surcouche Emotion UI 8.1. Dans l’expérience utilisateur, Honor reprend déjà ce qu’on connaissait avec Huawei, à savoir une interface utilisateur proche d’iOS (oui, il y a même une option qui permet d’avoir la petite barre de l’iPhone X) avec les mêmes limites comme l’affichage de toutes les applications sur le smartphone ou encore l’affichage de seulement 9 applications par page de dossiers, il est toujours possible d’avoir accès au tiroir d’application, et donc une interface proche d’Android Stock. C’est cette dernière qu’on préfère, cela permet ainsi de ne pas afficher les applications qu’on n’utilise pas au quotidien. Comme c’est le cas depuis le Mate 9 chez Huawei, il y a toujours la possibilité de lancer deux instances de certaines applications de communication. Vous avez deux comptes WhatsApp ou Facebook ? Et bien EMUI vous permet de les gérer. Tout dépendra de Huawei pour les applications supportées.

Côté applications tierces, Honor suit ce que fait déjà Huawei et en dehors des petites applications de bases (Santé, Sauvegarde, etc.), la marque chinoise ne pré-charge pas trop son smartphone d’applications inutiles et vous laisse ainsi le choix de faire votre marché sur le Google Play Store. Il y a toujours quelques applications pré-installées comme celles de certains réseaux sociaux, mais cela ne m’a pas gêné puisque je les utilise au quotidien. On regrettera toujours les applications en double comme l’Agenda.

[nextpage title= »Performance et Autonomie »]

Performance et Autonomie

La Honor 10 embarque le dernier SoC du constructeur chinois, le Kirin 970, après les Mate 10 Pro, Honor View 10 et les récents P20. On ne va pas revenir dessus, il n’a pas spécialement changé en six mois. Il est par définition plus puissant que son prédécesseur, gravé en 10nm pour de meilleures performances et une meilleure gestion énergétique. Les scores dans les benchmarks ne sont pas décevants, et comme on s’y attendait, certaines applications (souvent les jeux) ne sont pas toujours optimisées. Mais dans l’absolu, on n’a pas eu à se plaindre des performances au quotidien. Maintenant, si notre quotidien n’en est pas changé, on notera tout de même que les nouveaux SoC de la concurrence (Exynos et Snapdragon) sont désormais disponibles et proposent des performances supérieures. 

Le Kirin 970 est un des SoC (comme l’A11 Bionic d’Apple) équipés d’un NPU (Neural Network Processing Unit). En gros, c’est une puce qui intègre de l’intelligence artificielle qui va permettre au SoC de s’adapter aux usages. C’est encore nouveau et c’est assez difficile à illustrer, mais à titre d’exemple en photo, le NPU est capable de reconnaitre les différentes scènes et types de photo (à partir d’une base de données de plus de 100 millions de photos) et donc d’appliquer les meilleurs réglages (la théorie est différente de la pratique). L’utilisation du NPU est encore assez floue, mais cela se précise peu à peu.

On a utilisé le Honor 10 avec un nombre conséquent d’applications et on n’a jamais senti de gêne. Il ne chauffe pas vraiment et ce, quelles que soit les applications lancées. L’expérience utilisateur est des plus fluide et dans un usage quotidien, vous n’aurez clairement pas à vous plaindre. Il reste encore des applications qui fonctionnent mieux sous le Snapdragon de Qualcomm, mais c’est plus une question d’optimisation qu’autre chose. Dans la réalité, sur les smartphones haut de gamme, on ne fait plus vraiment attention aux benchmarks puisque la puissance disponible dépasse nos besoins dans un usage quotidien et régulier. 

Comme à chaque nouveau smartphone, il vous faudra quelques jours d’utilisation avant d’obtenir votre autonomie de croisière. Mais pour notre plus grand bonheur, le Honor 10 propose une autonomie plus que décente. 

Dans le cas d’une journée normale :

Une journée plus soutenue :

[nextpage title= »Photo et Vidéo »]

Photo et Vidéo

On est chez Honor, il n’y a pas de partenariat Leica mis en avant. En revanche, on retrouve bien le double appareil photo au dos avec un capteur couleur et un capteur monochrome. Le capteur couleur propose une résolution de 16 Mégapixels alors que le capteur monochrome vous propose une résolution de 24 Mégapixels. Pas d’ultra grand-angle ou autres, mais des objectifs grand-angles avec une ouverture de F/1.8.

Comme on l’avait vu avec les précédents smartphones de Huawei, la combinaison entre le capteur monochrome et celui couleur permet d’obtenir un zoom hybride avec des résultats à mi-chemin entre le zoom optique et le zoom numérique. J’avoue avoir été agréablement surpris des différends rendus. Même si ce n’est pas certifié Leica, l’appareil photo monochrome s’en sort bien avec un rendu flatteur. Comme on l’avait déjà vu avec les smartphones de Huawei, la compagnie chinoise a fait d’énormes progrès sur les photos couleur. Ces dernières sont plus détaillées (peut-être trop de netteté) et très contrastées.

C’est encore pire avec le mode Intelligence Artificielle (IA) activé, pourtant mis en avant par le constructeur. Je ne sais pas comment le Kirin 970 reconnait les scènes et les réglages à appliquer, mais 99% du temps, le mode IA activé donne des résultats trop saturés. Mais ce n’est pas tout, il y a pire puisque dans des conditions de faible luminosité, on a droit à des résultats complètement fantaisistes au niveau de la couleur. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’en essayant d’ajouter du contraste et de la lumière là où il y en a déjà peu, on crée forcément du bruit numérique. Contacté, Honor nous promet une mise à jour très prochainement pour remettre les choses à plat. On verra, mais en attendant, je n’utilise plus du tout le mode IA, ce qui permet de récupérer des photos plus normales.

Du côté des selfies, on retrouve un capteur, issu des P20 de Huawei en façade un capteur de 24 Mégapixels avec un objectif dont l’ouverture est de F/2.0. Avec une telle résolution, cela permet à EMUI de mieux analyser la photo même et donc, de simuler un mode Portrait. On retrouve toujours le mode grand-angle pour prendre plus de monde dans la photo. Et enfin, comme à chaque fois, n’oubliez pas de désactiver ce satané mode Beauté, je le répète, les photos avec du fond de teint automatique, c’est ignoble.

Du côté de l’application en elle-même, elle reprend exactement ce que proposait le P20 et reste toujours facile d’utilisation. Ainsi, sur le Honor 10, un geste vers la gauche ou la droite permet de changer de mode. Et pour tous les modes supplémentaires, il y a la fin un bouton « Plus » qui permet d’accéder à des modes (Light Painting, TimeLapse, Cuisine, etc.) qu’on est supposé utiliser moins fréquemment. Si vous êtes un professionnel, vous aurez toujours droit à votre “Mode Professionnel” qui permet de tout régler comme la gestion de fichiers RAW, la balance des blancs ou encore la vitesse, etc. 

Côté vidéo, Honor suit les avancées de Huawei et a encore fait des progrès. Aussi, le Honor 10 propose du bon, pour peu qu’on stabilise le smartphone. Dans la pratique, je ne filme toujours pas en 4K, mais je pense que ce n’est qu’une question de temps avant que le grand public s’y mette. On notera aussi que, c’était déjà le cas avant, quand vous filmez en 4K ou en Full HD à 60 fps, la stabilisation électronique ne fonctionnera pas, dommage ! Autant, je peux comprendre pour la 4K, autant je trouve cela dommage pour le Full HD 60fps alors que les concurrents le proposent tous. 

Et voici les photos prises avec le Honor 10 :

Honor 10 - Photos de Test

[nextpage title= »Galerie Photo »]

La Galerie Photo

 

 

 

Notre avis

On ne va pas y aller par quatre chemins, le Honor 10 est un excellent smartphone dans la lignée de ce que propose Honor depuis quelques années. Si l’Intelligence Artificielle n’est pas encore spécialement convaincante dans le domaine de la photo, cela reste avant tout un problème logiciel et Honor nous promet des mises à jour rapides sur le sujet.

Au final, c’est un plaisir d’utiliser le Honor 10 au quotidien, c’est un smartphone équilibré dans sa prise en main pour plaire au plus grand nombre. Il est performant avec une bonne autonomie pour un tel format. Il reste encore quelques défauts comme EMUI, toujours perfectible, le capteur d’empreintes qu’on aurait préféré plus rapide ou encore la résistance à l’eau et à la poussière, mais cela reste un très bon smartphone.

8 / 10
Les plus
Les moins
  • Taille idéale
  • Design et finition
  • Autonomie
  • Prise jack 3,5mm
  • Photo
  • Mode IA en photo perfectible
  • Pas étanche à l'eau
  • Pas de carte SD
  • EMUI Perfectible
  • Haut-parleur mono