Test

Test : HTC Flyer

Android

Par Anh Phan le

Après les tests des RIM BlackBerry Playbook (voir ICI) et Samsung Galaxy S2 (voir ICI) et avant d’attaquer le test du HTC Sensation, on s’attaque à la nouvelle tablette du constructeur taiwanais avec la HTC Flyer qu’on vous avait déjà présenté à de nombreuses reprises lors du MWC 2011 et lors de sa présentation française en mars dernier.

Avec son écran de 7″, elle vient directement concurrencer la Samsung Galaxy Tab, la BlackBerry Playbook ou encore les autres Archos et Dell Streak 7″. Et pour se démarquer, elle propose l’utilisation d’un stylet pour favoriser au mieux la prise de note. Qu’en est-il ?


Les Caractéristiques

Je pense que vous connaissez déjà sans doute toutes les caractéristiques mais pour rappel, la HTC Flyer vous propose un design avec une coque unibody en alu, un écran de 7″ avec une résolution de 1024×600, Android 2.3.3 Gingerbread (la MAJ vers Android 3.0 Honeycomb est prévue), HTC Sense 2.1 ou 3D pour les intimes, un stylet (en option dans certains pays), un processeur Single Core Qualcomm Snapdragon MSM8255 cadencé à 1,5GHz, le Bluetooth 3.0, le WiFi b/g/n, un APN de 5 Mégapixels sans flash, un APN visio de 1,3 Mégapixels, un port mémoire microSD, 32Go de mémoire interne, 1Go de RAM, un GPS intégré, la 3G (Data uniquement), une batterie de 4000mAh, le tout dans 195,4x122x13,2mm pour 420g.
Comptez un peu plus de 500€ pour la version 16Go WiFi et 650€ pour la version 32Go WiFi/3G. Evidemment, certains vont crier au scandale parce que c’est un peu cher mais dans notre monde hi-tech, le prix n’est malheureusement pas proportionnel à la taille de l’écran.

Le Packaging

Ayant récupérer qu’un modèle de test, nous n’avons pas eu le packaging final mais ce qu’on a eu/vu devrait ressembler à ce que vous pourrez trouver dans le packaging commercial. Comme vous vous en doutez, c’est assez classique en soi puisqu’on y découvre la tablette, une chiffonnette, un câble USB pour la connexion à un ordinateur et la recharge (c’est plutôt long quand même), un chargeur USB, des manuels d’instructions pour une première prise en main, le stylet avec sa pile (en option dans certains pays) et comme pour la BlackBerry Playbook, un étui qui n’est pas en néoprène mais dans une sorte de simili-cuir, ce qui est une agréable surprise et plutôt rare. A noter que cet étui intègre un emplacement pour le stylet. Dommage donc que la tablette n’intègre pas un emplacement pour son stylet parce que si vous oubliez votre étui, et bien vous oublierez sans doute votre stylet aussi. Evidemment, on attend de voir les constructeurs tiers se donner à coeur joie pour nous sortir des étuis bien mieux optimisés. Dans tous les cas, avoir un étui par défaut, c’est bien !

Le Design

Le HTC Flyer vous propose un design plutôt réussi avec des lignes épurées et comme depuis une certain temps un coque en alu brossé de type unibody. Même si j’aime bien la finition alu brossée, je vous avoue avoir une petite préférence pour des revêtements dits “soft-touch” et donc anti-dérapants. On pourrait reprocher les deux parties en plastiques, l’une contenant sans doute l’antenne et l’autre l’accès au port SIM et au port MicroSD, mais c’est avant tout une affaire de goût.
Du coup, vous aurez compris qu’il faille enlever le plastique du haut dans le dos pour accéder au port MicroSD, dommage. D’un autre côté, ce n’est pas si gênant en soi puisque vous avez quand même déjà 16Go ou 32Go de mémoire interne, donc ça m’étonnerait qu’on s’amuse à changer de cartes-mémoires tous les quatre matins.

Sur la face avant, c’est un écran tout ce qu’il y a de plus classique avec les bords noirs et le logo de la marque en haut de l’écran en mode portrait. La caméra visio et le capteur de luminosité ne se trouvent pas à côté du logo mais en haut en mode paysage donc à droite en mode portrait. Toujours en mode portrait, en bas se trouvent les boutons sensitifs (Home, Options, Retour et Stylet). Quant vous mettez votre tablette en mode paysage, les boutons restent en bas de l’écran (donc à gauche en mode portrait).
Les haut-parleurs sont situés à l’arrière de l’appareil donc comme la plupart des tablettes actuelles. Sur la tranche gauche, il n’y a rien alors que sur la tranche droite, vous aurez accès aux boutons de volume.
Sur la tranche haute se trouve le bouton de mise sous tension et/ou de veille ainsi que la prise jack de 3,5mm. Et enfin, sur la tranche basse se trouve la prise Micro-USB. Alors oui, elle a un design différent, allez savoir pourquoi ? Mais toujours est-il qu’un simple câble Micro-USB fonctionne très bien, que cela soit en mode synchronisation/data ou en mode recharge.

On regrettera donc la non-présence d’une sortie micro-HDMI qu’on retrouve maintenant sur toutes les tablettes Android 3.0 et qui manquera sans doute lors de la mise à jour prochaine.

Pour ce qui est de la taille générale, la tablette est donc bien finie et surtout, elle est fine avec une poids plume de 420g. On est dans la moyenne de ses concurrentes (Samsung Galaxy Tab ou BlackBerry Playbook) Son dos arrondi ainsi que sa taille de 7″ sont presque idéaux pour ce format bloc-note, surtout avec le stylet.

L’écran et le Son

Contrairement à la concurrence, le HTC Flyer vous propose un simple écran S-LCD et non LED comme c’est la mode. La résolution est de 1024×600 sur une diagonale de 7″ vous donne une bonne densité au niveau des pixels, permettant ainsi une bonne clarté pour le contenu multimédia. Comme je l’avais déjà dit pour la BlackBerry Playbook, 7″, c’est une taille que j’apprécie énormément parce que ça allie confort et portabilité. Malgré le fait que ce ne soit pas un écran LED, l’écran est plutôt lumineux, les angles de vision correctes et je n’ai pas eu de soucis en pleine lumière excepté pour les reflets bien évidemment, donc si vous pouvez investir sur une protection d’écran anti-reflets, n’hésitez pas.

Afin de se démarquer de la concurrence, HTC propose sur sa Flyer une surcouche au niveau de son écran pour accepter l’utilisation d’un stylet avec gestion de pression et tout. Ce n’est pas plus lourd et pour la prise de note, un stylet, c’est toujours mieux que le doigt. Je m’attarde pas trop dessus puisque j’y reviens un peu plus loin.

Pour ce qui est du son, les haut-parleurs se situent à l’arrière et vous procurent un son correct mais sans plus. Du coup, je ne pourrais que vous conseiller l’utilisation d’enceintes externes ou d’un casque.

La 3G

Le modèle que nous avons testé est la version 32Go WiFi/3G. Je m’attarde donc un tout petit peu sur la 3G qui fonctionne comme sur un iPad 2. Il vous permet donc d’accéder à de la data mais en aucun cas d’accéder au réseau cellulaire pour téléphoner. La Flyer vous propose cependant un micro et il vous faudra passer par un logiciel de VoIP tel que Skype pour vous servir de votre tablette comme d’un téléphone. C’est quand même gros à l’oreille, hein ?
On notera quand même la présence de l’application Messages (SMS donc) qui vous permettra d’envoyer des SMS si votre abonnement le permet.

A part ça, je ne sais pas si c’est moi ou pas mais j’ai installé Skype et donc, toujours pas de visio dans la version Android mais surtout, je n’avais du son que dans mon écouteur droit… Si la visio est importante pour vous, il vous reste quand Tango mais comme je n’ai aucun contact sous Tango, je n’ai pas eu le temps de tester.

Les APNs

Avec 5 Mégapixels sans flash sur l’APN principal et 1,3 Mégapixels pour la caméra visio, c’est déjà mieux que le leader du marché. Toujours est-il qu’il ne faut pas s’attendre non plus à des miracles, on est en présence de capteurs pour smartphones donc ça va dépanner mais ce n’est pas fait pour. Avec en plus le fait qu’on tient non pas un smartphone à bout de bras mais une tablette. Les photos sont donc correctes, quoique très molles, dans de bonnnes conditions lumineuses mais désatreuses en basse luminosité avec une certaine tendante à virer dans le rouge/jaune.

Vous pourrez enregistrer des vidéos en 720p au format MPEG-4 encapsulé dans un fichier *.3GP. A vous de voir si cela vous convient ou pas mais pour ma part, un bon APN fera toujours mieux 😛

Voici quelques exemples de photos prises avec l’APN du HTC Flyer :

Et voici un exemple de vidéo en 720p prise avec toujours le HTC Flyer :

En Utilisation

Les Performances

Pour ce qui est des performances, je vous avoue que je suis toujours un peu contre les benchmarks parce que pour moi, c’est l’expérience utilisateur qui est le plus important et non les chiffres. Toujours est-il que certains aiment alors voici quelques “scores” qui ne mettent pas la HTC Flyer. On obtient par exemple que 50fps à NeoCore alors que c’est optimisé Qualcomm et alors que les Samsung Galaxy S2 et LG Optimus 2X font bien mieux. Idem pour Antutu Benchmark qui fait que le processeur de la Flyer ne fait pas le poids face aux autres Dual Core. On finit avec le benchmark de Quadrant qui ne met pas non plus en avant la tablette de HTC avec un score bien en dessous des autres smartphones concurrents.
On tempèrera quand même ces résultats puisque du côté de Sunspider et donc du moteur Java, la Flyer se place dans les tous meilleurs. Et surtout, dans l’utilisation de tous les jours, je n’ai pas noté de problèmes de performances excepté de la vidéo HD et de certains jeux non optimisés comme Reckless Racing.

Le reste des captures de benchmark sont dans la galerie !

Le Multimédia

On commence par Internet et Chrome Mobile qui s’est avéré très fluide à l’utilisation. Je n’ai pas noté de soucis, que cela soit sur des sites avec du Flash ou pas, tout s’est montré rapide à l’affichage et j’apprécie toujours autant le reformatage du texte pour qui se câle à la largeur de l’écran. On notera aussi une petite personnalisation “made by HTC” qui affiche, un peu à la manière du navigateur de QNX les onglets en haut de l’écran. C’est plutôt pratique, même si c’est limité à 6 onglets maximum.
Pour ce qui est du Flash, si ce n’est pas trop lourd, le navigateur tourne sans trop de soucis mais quand on attaque, sur Youtube par exemple, des vidéos en 720p ou 1080p, c’est une autre paire de manches et à mon avis, c’est plus lié à Android qu’au hardware de la machine. Certains vont se demander pourquoi ce genre de test, et bien quand il y a une concurrente qui propose la même chose sans jamais sourciller, il faut forcément faire les mêmes tests que la concurrence directe.

Pour ceux qui utiliserait l’application Android Youtube, je vous rappelle que les vidéos sont en HQ et non en HD. Je n’ai pas testé de vidéos HD en Flash parce que je n’en avais pas sous la main et très honnêtement, on ne récupère pas très souvent des vidéos HD en Flash, si ?
Sinon, comme je vous le disais dans la vidéo, la Flyer est compatible avec du Xvid, WMV, ou encore du MPEG-4. Je n’ai pas eu de soucis avec de l’Xvid mais par contre, pour des raisons inconnues, mon fichier MPEG-4 en 720p n’est pas passé avec le lecteur de base. J’ai dû passer par des applications tierces comme MoboPlayer. Le hic, c’est qu’avec le décodage logiciel, j’ai eu un soucis de son et ce n’était pas super fluide et avec le décodage matériel, la vidéo était plutôt fluide mais je n’avais pas de son… On est loin de ce que propose Samsung en terme de compatibilité !

Au niveau des mails, le client Email a été optimisée pour le format de la HTC Flyer avec un panneau latéral en mode paysage mais ce n’était pas le cas du client GMail, dommage. Du coup, si vous êtes utilisateurs de GMail et il y a de grandes chances que cela soit le cas, il vous faudra attendre la mise à jour vers Android 3.0 Honeycomb. Reste à savoir si HTC pourra mettre sa surcouche Sense ou pas encore. La question est donc de savoir si Android 3.0 est plus important que HTC Sense ou pas.

Pour ce qui est du lecteur audio, c’est évidemment une version maison avec une interface plus axée tablette. Rien de bien transcendant, c’est un peu ce qu’on commence à voir un peu partout sur toutes les tablettes. On notera un affichage en 3D des pochettes et une douzaine de pré-règlages pour le son.
Quant à la Galerie, malgré une nouvelle interface par HTC pour coller au format , c’est sur le fond la même chose qu’un Android Stock.

On attaque maintenant la partie eReader qui se base sur le store de Kobo donc pour ce qui est de l’offre, vous vous imaginez bien que tout dépend de Kobo et donc pour l’instant, seuls les anglophones vont apprécier. On notera toutefois que c’est une seule application qui tire partie du stylet. Du coup, le surlignage et les prises de notes sur un livre électronique n’ont pas jamais été aussi simples que sur la Flyer de HTC. A noter et c’est presque normal, l’eReader de HTC ne lit que ses libres donc si vous avez des livres exotiques, à vous les joies de l’Android Market.
A côté de Kobo, on notera aussi la présence de Press Reader, qui reprend le principe de Kobo mais avec des magazines au format similaire à la lecture d’un PDF et donc sans aucune intéractivité.

Je passe vite fait sur l’application HTC Watch qui est juste une application de VOD, l’offre n’est pas au rendez-vous et je pense qu’il y aura mieux dans le futur. Idem pour SnapBooth qui vous permet de prendre des photos de vous et d’y appliquer des effets “funs”. Pour ce qui est de HTC Hub, c’est un service déjà connu et qui vous permet entre autre de sauvegarder vos données, et évidemment, parce que c’est la mode, de retrouver votre appareil au cas où.

HTC Sense 3D

Comme ça sera le cas sur le HTC Sensation, le HTC Flyer vous propose la dernière version en date de la surcouche maison pour Android, Sense 2.1 ou 3D pour les intimes. Du coup, ça nous donne une idée de ce que ça sera sur le Sensation ^^ Mais revenons à nos moutons.
Sense 3D est pour moi tout simplement la meilleure surcouche à Android qui m’a été donné de voir. Tout y est, la gestion de vos réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Flickr), des widgets à ne plus savoir quoi en faire, un flux d’actualité basé sur Google Reader, plusieurs widgets pour vos calendriers, contacts, signets ou encore horloges. Franchement, si vous ne trouvez pas votre bonheur, c’est que c’est vous le problème.
L’intégration des réseaux sociaux est tellement réussie qu’on a limite l’impression d’avoir ce que propose Windows Phone 7, c’est clair, net et précis. Tout se synchronise et vous n’avez rien à faire.

Le tout s’opère avec des transitions type 3D et si vous naviguez rapidement entre les pages de votre menu d’accueil, vous accéderez à un carroussel 3D du plus bel effet. HTC ne s’est pas arrêté là et propose même de nouveaux fonds d’écran animés et basés sur la météo par exemple. C’est tout bête en fait mais c’est le petit plus qui fait plaisir.

A côté, on notera le soin particulier pour l’écran de veille qui permet désormais d’accueillir jusqu’à 4 raccourcis à accès rapide. Comme pour Android 3.0, c’est un anneau que vous devrez déplacer pour déverrouiller votre appareil. Et bien en déplaçant un de vos raccourcis dans l’anneau, vous lancerez directement l’application en question, ce qui se traduit par un gain de temps appréciable. Du coup, on aurait aimé avoir la possibilité d’avoir plus de raccourcis.

Mais ce n’est pas fini encore, HTC a jugé bon de modifier l’écran de notifications puisque vous pourrez accéder aux raccourcis liés à votre GPS, le WiFi ou encore le Bluetooth. Et ce n’est pas fini puisqu’un gestionnaire de tâche a fait son apparition avec les dernières applications lancées.

Le Stylet

On pensait en avoir fini avec les stylets depuis la disparition des écrans résistifs, et bien le voilà de retour avec cette HTC Flyer. Je vous arrête tout de suite, et contrairement aux stylets récents développés pour être utilisés sur un écran capacitif en lieu et place de vos doigts comme le Wacom Bamboo Stylus, le stylet du Flyer est électronique et ne fonctionnera que des écrans prévus à ce type de stylet. De plus, il s’agit d’une nouvelle surcouche à Sense 3D et Android. En effet, à chaque fois que vous activerez votre stylet, la HTC Flyer fera une capture d’écran de ce que étiez en train de faire et c’est sur cette capture que vous ferez des annotations. Une fois vos annotations faites, c’est un fichier image qui sera sauvegardé.
La seule exception concerne l’application eReader basé sur Kobo qui vous permettra de surligner des passages.

L’utilisation du stylet est plutôt agréable et surtout très très précise, avec gestion de la pression et tout et tout et surtout quand on le compare aux stylets pour écrans capacitifs. Le seul hic concerne la double utilisation de vos doigts et du stylet. En effet, une fois les annotations faites et sauvegardées, on se retrouve sur Android et on aura tendance à essayer de faire autre chose avec le style. Inutile de vous dire que ça ne marchera pas et qu’il faudra réutiliser vos doigts 😛 De même, si vous posez votre paume sur l’écran, ce dernier ne fait pas le lien avec le stylet, du coup, les boutons sensitifs peuvent être activés tout comme le clavier virtuel et c’est un peu une perte de temps que de revenir sur le mode tout manuscrit.

Concernant le stylet, il fonctionne avec une pile AAA et vous propose deux boutons, le premier pour surligner donc et le second pour effacer. Pour l’activer, vous devrez cliquer avec sur le bouton sensitif Stylet en bas à droite de l’écran. Vous pourrez ainsi en plus accéder à différentes palettes pour personnaliser votre style, votre couleur, etc…
On notera une version spéciale HTC d’Evernote qui prend en compte justement la prise de note manuscrite, le tout couplé avec l’APN et le micro. Dommage qu’Evernote et HTC n’aient pas poussé le concept plus loin avec de la reconnaissance d’écriture.

Au final, même si l’idée de base était très bonne, j’ai eu tendance à ne plus utiliser le stylet et si je voulais faire de la saisie manuscrite, j’ai préféré utiliser un stylet pour écrans capacitifs, certes moins précis mais plus pratique dans le flux d’utilisation de la tablette.

L’Autonomie

La Flyer vous propose donc une batterie de 4000mAh. Je ne sais pas si c’est parce que j’avais une version de test ou si c’est comme ça mais toujours est-il que je n’ai pas été spécialement convaincu par l’autonomie de la tablette du constructeur taiwanais. Sans non plus faire des mesures scientifiques, j’ai du tenir un peu plus de 6h dans une utilisation et à peine un WE en mode veille, ce qui est bien moins bien que le leader du marché et de ses concurrentes directes. A part ça, j’ai testé avec une vidéo SD en continu et j’étais dans les 5h30, ce qui est pas mal pour de la vidéo mais si on couple ça à un usage normal (3G/WiFi, Internet, Mail, etc…), c’est en dessous de ce qu’on attend d’une tablette, surtout au format 7″ qui se veut justement plus nomade.
Attention, il me semble qu’on est dans la moyenne d’une tablette Android (2.x ou 3.0) mais bien en dessous d’un iPad 2 ou d’une BlackBerry Playbook.

Conclusion

En conclusion, si je n’étais pas passé par la case BlackBerry Playbook et Android 3.0 HoneyComb, la HTC Flyer serait sans doute LA tablette sous Android à avoir avec une fintion exemplaire. Mais dans l’état actuel des choses, la concurrence est très rude. Heureusement quelque part qu’Android 3.x ne propose pas encore le même nombre d’applications que sur Android 2.x parce que du coup, à peu de choses près, la surcouche Sense 3D vous propose une expérience tablette très réussi voire même meilleure qu’Android 3.x et ce, malgré un OS non optimisé pour une utilisation sur tablette. L’intégration de HTC Sense est telle qu’elle renvoie la Galaxy Tab 7 à la préhistoire en terme d’expérience utilisateur et que je préfère cette Flyer à des tablettes Honeycomb.
Attention aussi parce que la Flyer vous donne l’impression d’avoir en main une sorte de smartphone au format XXL et vous verrez, l’utilisation que vous ferez de la Flyer s’apparente plus à un smartphone qu’à une tablette, et ce, même si tout est optimisé pour une dalle de 7″.
Malheureusement, tout n’est pas rose et quelques points viennent noircir le tableau. On commence par les performances qui ne sont pas toujours au rendez-vous, surtout si vous comparez la Flyer à la concurrence qui pense déjà Vidéo HD/Full HD, Flash à gogo, équivalent desktop, etc… Certes, pour l’instant tout va bien dans un usage normal mais dès lors que les éditeurs vont se pencher sur la question du Dual Core et essayer d’en tirer tous les avantages, quel avenir pour un Single Core ? Surtout quand on sait que HTC propose déjà un smartphone Dual Core, le Sensation.
Après, vient la fausse bonne idée du stylet qui pêche, non pas par ses possibilités mais par son non-support. L’idée et l’intégration du stylet sont vraiment bonnes mais ça ne se résume pour l’instant qu’à des annotations sur une capture d’écran. Et enfin, le prix qui pourra en rebuter plus d’un, je parle hors abonnement bien évidemment.

Après les tests des RIM BlackBerry Playbook (voir ICI) et Samsung Galaxy S2 (voir ICI) et avant d’attaquer le test du HTC Sensation, on s’attaque à la nouvelle tablette du constructeur taiwanais avec la HTC Flyer qu’on vous avait déjà présenté à de nombreuses reprises lors du MWC 2011 et lors de sa présentation française en mars dernier.

Avec son écran de 7″, elle vient directement concurrencer la Samsung Galaxy Tab, la BlackBerry Playbook ou encore les autres Archos et Dell Streak 7″. Et pour se démarquer, elle propose l’utilisation d’un stylet pour favoriser au mieux la prise de note. Qu’en est-il ?


Les Caractéristiques

Je pense que vous connaissez déjà sans doute toutes les caractéristiques mais pour rappel, la HTC Flyer vous propose un design avec une coque unibody en alu, un écran de 7″ avec une résolution de 1024×600, Android 2.3.3 Gingerbread (la MAJ vers Android 3.0 Honeycomb est prévue), HTC Sense 2.1 ou 3D pour les intimes, un stylet (en option dans certains pays), un processeur Single Core Qualcomm Snapdragon MSM8255 cadencé à 1,5GHz, le Bluetooth 3.0, le WiFi b/g/n, un APN de 5 Mégapixels sans flash, un APN visio de 1,3 Mégapixels, un port mémoire microSD, 32Go de mémoire interne, 1Go de RAM, un GPS intégré, la 3G (Data uniquement), une batterie de 4000mAh, le tout dans 195,4x122x13,2mm pour 420g.
Comptez un peu plus de 500€ pour la version 16Go WiFi et 650€ pour la version 32Go WiFi/3G. Evidemment, certains vont crier au scandale parce que c’est un peu cher mais dans notre monde hi-tech, le prix n’est malheureusement pas proportionnel à la taille de l’écran.

Le Packaging

Ayant récupérer qu’un modèle de test, nous n’avons pas eu le packaging final mais ce qu’on a eu/vu devrait ressembler à ce que vous pourrez trouver dans le packaging commercial. Comme vous vous en doutez, c’est assez classique en soi puisqu’on y découvre la tablette, une chiffonnette, un câble USB pour la connexion à un ordinateur et la recharge (c’est plutôt long quand même), un chargeur USB, des manuels d’instructions pour une première prise en main, le stylet avec sa pile (en option dans certains pays) et comme pour la BlackBerry Playbook, un étui qui n’est pas en néoprène mais dans une sorte de simili-cuir, ce qui est une agréable surprise et plutôt rare. A noter que cet étui intègre un emplacement pour le stylet. Dommage donc que la tablette n’intègre pas un emplacement pour son stylet parce que si vous oubliez votre étui, et bien vous oublierez sans doute votre stylet aussi. Evidemment, on attend de voir les constructeurs tiers se donner à coeur joie pour nous sortir des étuis bien mieux optimisés. Dans tous les cas, avoir un étui par défaut, c’est bien !

Le Design

Le HTC Flyer vous propose un design plutôt réussi avec des lignes épurées et comme depuis une certain temps un coque en alu brossé de type unibody. Même si j’aime bien la finition alu brossée, je vous avoue avoir une petite préférence pour des revêtements dits “soft-touch” et donc anti-dérapants. On pourrait reprocher les deux parties en plastiques, l’une contenant sans doute l’antenne et l’autre l’accès au port SIM et au port MicroSD, mais c’est avant tout une affaire de goût.
Du coup, vous aurez compris qu’il faille enlever le plastique du haut dans le dos pour accéder au port MicroSD, dommage. D’un autre côté, ce n’est pas si gênant en soi puisque vous avez quand même déjà 16Go ou 32Go de mémoire interne, donc ça m’étonnerait qu’on s’amuse à changer de cartes-mémoires tous les quatre matins.

Sur la face avant, c’est un écran tout ce qu’il y a de plus classique avec les bords noirs et le logo de la marque en haut de l’écran en mode portrait. La caméra visio et le capteur de luminosité ne se trouvent pas à côté du logo mais en haut en mode paysage donc à droite en mode portrait. Toujours en mode portrait, en bas se trouvent les boutons sensitifs (Home, Options, Retour et Stylet). Quant vous mettez votre tablette en mode paysage, les boutons restent en bas de l’écran (donc à gauche en mode portrait).
Les haut-parleurs sont situés à l’arrière de l’appareil donc comme la plupart des tablettes actuelles. Sur la tranche gauche, il n’y a rien alors que sur la tranche droite, vous aurez accès aux boutons de volume.
Sur la tranche haute se trouve le bouton de mise sous tension et/ou de veille ainsi que la prise jack de 3,5mm. Et enfin, sur la tranche basse se trouve la prise Micro-USB. Alors oui, elle a un design différent, allez savoir pourquoi ? Mais toujours est-il qu’un simple câble Micro-USB fonctionne très bien, que cela soit en mode synchronisation/data ou en mode recharge.

On regrettera donc la non-présence d’une sortie micro-HDMI qu’on retrouve maintenant sur toutes les tablettes Android 3.0 et qui manquera sans doute lors de la mise à jour prochaine.

Pour ce qui est de la taille générale, la tablette est donc bien finie et surtout, elle est fine avec une poids plume de 420g. On est dans la moyenne de ses concurrentes (Samsung Galaxy Tab ou BlackBerry Playbook) Son dos arrondi ainsi que sa taille de 7″ sont presque idéaux pour ce format bloc-note, surtout avec le stylet.

L’écran et le Son

Contrairement à la concurrence, le HTC Flyer vous propose un simple écran S-LCD et non LED comme c’est la mode. La résolution est de 1024×600 sur une diagonale de 7″ vous donne une bonne densité au niveau des pixels, permettant ainsi une bonne clarté pour le contenu multimédia. Comme je l’avais déjà dit pour la BlackBerry Playbook, 7″, c’est une taille que j’apprécie énormément parce que ça allie confort et portabilité. Malgré le fait que ce ne soit pas un écran LED, l’écran est plutôt lumineux, les angles de vision correctes et je n’ai pas eu de soucis en pleine lumière excepté pour les reflets bien évidemment, donc si vous pouvez investir sur une protection d’écran anti-reflets, n’hésitez pas.

Afin de se démarquer de la concurrence, HTC propose sur sa Flyer une surcouche au niveau de son écran pour accepter l’utilisation d’un stylet avec gestion de pression et tout. Ce n’est pas plus lourd et pour la prise de note, un stylet, c’est toujours mieux que le doigt. Je m’attarde pas trop dessus puisque j’y reviens un peu plus loin.

Pour ce qui est du son, les haut-parleurs se situent à l’arrière et vous procurent un son correct mais sans plus. Du coup, je ne pourrais que vous conseiller l’utilisation d’enceintes externes ou d’un casque.

La 3G

Le modèle que nous avons testé est la version 32Go WiFi/3G. Je m’attarde donc un tout petit peu sur la 3G qui fonctionne comme sur un iPad 2. Il vous permet donc d’accéder à de la data mais en aucun cas d’accéder au réseau cellulaire pour téléphoner. La Flyer vous propose cependant un micro et il vous faudra passer par un logiciel de VoIP tel que Skype pour vous servir de votre tablette comme d’un téléphone. C’est quand même gros à l’oreille, hein ?
On notera quand même la présence de l’application Messages (SMS donc) qui vous permettra d’envoyer des SMS si votre abonnement le permet.

A part ça, je ne sais pas si c’est moi ou pas mais j’ai installé Skype et donc, toujours pas de visio dans la version Android mais surtout, je n’avais du son que dans mon écouteur droit… Si la visio est importante pour vous, il vous reste quand Tango mais comme je n’ai aucun contact sous Tango, je n’ai pas eu le temps de tester.

Les APNs

Avec 5 Mégapixels sans flash sur l’APN principal et 1,3 Mégapixels pour la caméra visio, c’est déjà mieux que le leader du marché. Toujours est-il qu’il ne faut pas s’attendre non plus à des miracles, on est en présence de capteurs pour smartphones donc ça va dépanner mais ce n’est pas fait pour. Avec en plus le fait qu’on tient non pas un smartphone à bout de bras mais une tablette. Les photos sont donc correctes, quoique très molles, dans de bonnnes conditions lumineuses mais désatreuses en basse luminosité avec une certaine tendante à virer dans le rouge/jaune.

Vous pourrez enregistrer des vidéos en 720p au format MPEG-4 encapsulé dans un fichier *.3GP. A vous de voir si cela vous convient ou pas mais pour ma part, un bon APN fera toujours mieux 😛

Voici quelques exemples de photos prises avec l’APN du HTC Flyer :

Et voici un exemple de vidéo en 720p prise avec toujours le HTC Flyer :

En Utilisation

Les Performances

Pour ce qui est des performances, je vous avoue que je suis toujours un peu contre les benchmarks parce que pour moi, c’est l’expérience utilisateur qui est le plus important et non les chiffres. Toujours est-il que certains aiment alors voici quelques “scores” qui ne mettent pas la HTC Flyer. On obtient par exemple que 50fps à NeoCore alors que c’est optimisé Qualcomm et alors que les Samsung Galaxy S2 et LG Optimus 2X font bien mieux. Idem pour Antutu Benchmark qui fait que le processeur de la Flyer ne fait pas le poids face aux autres Dual Core. On finit avec le benchmark de Quadrant qui ne met pas non plus en avant la tablette de HTC avec un score bien en dessous des autres smartphones concurrents.
On tempèrera quand même ces résultats puisque du côté de Sunspider et donc du moteur Java, la Flyer se place dans les tous meilleurs. Et surtout, dans l’utilisation de tous les jours, je n’ai pas noté de problèmes de performances excepté de la vidéo HD et de certains jeux non optimisés comme Reckless Racing.

Le reste des captures de benchmark sont dans la galerie !

Le Multimédia

On commence par Internet et Chrome Mobile qui s’est avéré très fluide à l’utilisation. Je n’ai pas noté de soucis, que cela soit sur des sites avec du Flash ou pas, tout s’est montré rapide à l’affichage et j’apprécie toujours autant le reformatage du texte pour qui se câle à la largeur de l’écran. On notera aussi une petite personnalisation “made by HTC” qui affiche, un peu à la manière du navigateur de QNX les onglets en haut de l’écran. C’est plutôt pratique, même si c’est limité à 6 onglets maximum.
Pour ce qui est du Flash, si ce n’est pas trop lourd, le navigateur tourne sans trop de soucis mais quand on attaque, sur Youtube par exemple, des vidéos en 720p ou 1080p, c’est une autre paire de manches et à mon avis, c’est plus lié à Android qu’au hardware de la machine. Certains vont se demander pourquoi ce genre de test, et bien quand il y a une concurrente qui propose la même chose sans jamais sourciller, il faut forcément faire les mêmes tests que la concurrence directe.

Pour ceux qui utiliserait l’application Android Youtube, je vous rappelle que les vidéos sont en HQ et non en HD. Je n’ai pas testé de vidéos HD en Flash parce que je n’en avais pas sous la main et très honnêtement, on ne récupère pas très souvent des vidéos HD en Flash, si ?
Sinon, comme je vous le disais dans la vidéo, la Flyer est compatible avec du Xvid, WMV, ou encore du MPEG-4. Je n’ai pas eu de soucis avec de l’Xvid mais par contre, pour des raisons inconnues, mon fichier MPEG-4 en 720p n’est pas passé avec le lecteur de base. J’ai dû passer par des applications tierces comme MoboPlayer. Le hic, c’est qu’avec le décodage logiciel, j’ai eu un soucis de son et ce n’était pas super fluide et avec le décodage matériel, la vidéo était plutôt fluide mais je n’avais pas de son… On est loin de ce que propose Samsung en terme de compatibilité !

Au niveau des mails, le client Email a été optimisée pour le format de la HTC Flyer avec un panneau latéral en mode paysage mais ce n’était pas le cas du client GMail, dommage. Du coup, si vous êtes utilisateurs de GMail et il y a de grandes chances que cela soit le cas, il vous faudra attendre la mise à jour vers Android 3.0 Honeycomb. Reste à savoir si HTC pourra mettre sa surcouche Sense ou pas encore. La question est donc de savoir si Android 3.0 est plus important que HTC Sense ou pas.

Pour ce qui est du lecteur audio, c’est évidemment une version maison avec une interface plus axée tablette. Rien de bien transcendant, c’est un peu ce qu’on commence à voir un peu partout sur toutes les tablettes. On notera un affichage en 3D des pochettes et une douzaine de pré-règlages pour le son.
Quant à la Galerie, malgré une nouvelle interface par HTC pour coller au format , c’est sur le fond la même chose qu’un Android Stock.

On attaque maintenant la partie eReader qui se base sur le store de Kobo donc pour ce qui est de l’offre, vous vous imaginez bien que tout dépend de Kobo et donc pour l’instant, seuls les anglophones vont apprécier. On notera toutefois que c’est une seule application qui tire partie du stylet. Du coup, le surlignage et les prises de notes sur un livre électronique n’ont pas jamais été aussi simples que sur la Flyer de HTC. A noter et c’est presque normal, l’eReader de HTC ne lit que ses libres donc si vous avez des livres exotiques, à vous les joies de l’Android Market.
A côté de Kobo, on notera aussi la présence de Press Reader, qui reprend le principe de Kobo mais avec des magazines au format similaire à la lecture d’un PDF et donc sans aucune intéractivité.

Je passe vite fait sur l’application HTC Watch qui est juste une application de VOD, l’offre n’est pas au rendez-vous et je pense qu’il y aura mieux dans le futur. Idem pour SnapBooth qui vous permet de prendre des photos de vous et d’y appliquer des effets “funs”. Pour ce qui est de HTC Hub, c’est un service déjà connu et qui vous permet entre autre de sauvegarder vos données, et évidemment, parce que c’est la mode, de retrouver votre appareil au cas où.

HTC Sense 3D

Comme ça sera le cas sur le HTC Sensation, le HTC Flyer vous propose la dernière version en date de la surcouche maison pour Android, Sense 2.1 ou 3D pour les intimes. Du coup, ça nous donne une idée de ce que ça sera sur le Sensation ^^ Mais revenons à nos moutons.
Sense 3D est pour moi tout simplement la meilleure surcouche à Android qui m’a été donné de voir. Tout y est, la gestion de vos réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Flickr), des widgets à ne plus savoir quoi en faire, un flux d’actualité basé sur Google Reader, plusieurs widgets pour vos calendriers, contacts, signets ou encore horloges. Franchement, si vous ne trouvez pas votre bonheur, c’est que c’est vous le problème.
L’intégration des réseaux sociaux est tellement réussie qu’on a limite l’impression d’avoir ce que propose Windows Phone 7, c’est clair, net et précis. Tout se synchronise et vous n’avez rien à faire.

Le tout s’opère avec des transitions type 3D et si vous naviguez rapidement entre les pages de votre menu d’accueil, vous accéderez à un carroussel 3D du plus bel effet. HTC ne s’est pas arrêté là et propose même de nouveaux fonds d’écran animés et basés sur la météo par exemple. C’est tout bête en fait mais c’est le petit plus qui fait plaisir.

A côté, on notera le soin particulier pour l’écran de veille qui permet désormais d’accueillir jusqu’à 4 raccourcis à accès rapide. Comme pour Android 3.0, c’est un anneau que vous devrez déplacer pour déverrouiller votre appareil. Et bien en déplaçant un de vos raccourcis dans l’anneau, vous lancerez directement l’application en question, ce qui se traduit par un gain de temps appréciable. Du coup, on aurait aimé avoir la possibilité d’avoir plus de raccourcis.

Mais ce n’est pas fini encore, HTC a jugé bon de modifier l’écran de notifications puisque vous pourrez accéder aux raccourcis liés à votre GPS, le WiFi ou encore le Bluetooth. Et ce n’est pas fini puisqu’un gestionnaire de tâche a fait son apparition avec les dernières applications lancées.

Le Stylet

On pensait en avoir fini avec les stylets depuis la disparition des écrans résistifs, et bien le voilà de retour avec cette HTC Flyer. Je vous arrête tout de suite, et contrairement aux stylets récents développés pour être utilisés sur un écran capacitif en lieu et place de vos doigts comme le Wacom Bamboo Stylus, le stylet du Flyer est électronique et ne fonctionnera que des écrans prévus à ce type de stylet. De plus, il s’agit d’une nouvelle surcouche à Sense 3D et Android. En effet, à chaque fois que vous activerez votre stylet, la HTC Flyer fera une capture d’écran de ce que étiez en train de faire et c’est sur cette capture que vous ferez des annotations. Une fois vos annotations faites, c’est un fichier image qui sera sauvegardé.
La seule exception concerne l’application eReader basé sur Kobo qui vous permettra de surligner des passages.

L’utilisation du stylet est plutôt agréable et surtout très très précise, avec gestion de la pression et tout et tout et surtout quand on le compare aux stylets pour écrans capacitifs. Le seul hic concerne la double utilisation de vos doigts et du stylet. En effet, une fois les annotations faites et sauvegardées, on se retrouve sur Android et on aura tendance à essayer de faire autre chose avec le style. Inutile de vous dire que ça ne marchera pas et qu’il faudra réutiliser vos doigts 😛 De même, si vous posez votre paume sur l’écran, ce dernier ne fait pas le lien avec le stylet, du coup, les boutons sensitifs peuvent être activés tout comme le clavier virtuel et c’est un peu une perte de temps que de revenir sur le mode tout manuscrit.

Concernant le stylet, il fonctionne avec une pile AAA et vous propose deux boutons, le premier pour surligner donc et le second pour effacer. Pour l’activer, vous devrez cliquer avec sur le bouton sensitif Stylet en bas à droite de l’écran. Vous pourrez ainsi en plus accéder à différentes palettes pour personnaliser votre style, votre couleur, etc…
On notera une version spéciale HTC d’Evernote qui prend en compte justement la prise de note manuscrite, le tout couplé avec l’APN et le micro. Dommage qu’Evernote et HTC n’aient pas poussé le concept plus loin avec de la reconnaissance d’écriture.

Au final, même si l’idée de base était très bonne, j’ai eu tendance à ne plus utiliser le stylet et si je voulais faire de la saisie manuscrite, j’ai préféré utiliser un stylet pour écrans capacitifs, certes moins précis mais plus pratique dans le flux d’utilisation de la tablette.

L’Autonomie

La Flyer vous propose donc une batterie de 4000mAh. Je ne sais pas si c’est parce que j’avais une version de test ou si c’est comme ça mais toujours est-il que je n’ai pas été spécialement convaincu par l’autonomie de la tablette du constructeur taiwanais. Sans non plus faire des mesures scientifiques, j’ai du tenir un peu plus de 6h dans une utilisation et à peine un WE en mode veille, ce qui est bien moins bien que le leader du marché et de ses concurrentes directes. A part ça, j’ai testé avec une vidéo SD en continu et j’étais dans les 5h30, ce qui est pas mal pour de la vidéo mais si on couple ça à un usage normal (3G/WiFi, Internet, Mail, etc…), c’est en dessous de ce qu’on attend d’une tablette, surtout au format 7″ qui se veut justement plus nomade.
Attention, il me semble qu’on est dans la moyenne d’une tablette Android (2.x ou 3.0) mais bien en dessous d’un iPad 2 ou d’une BlackBerry Playbook.

Conclusion

En conclusion, si je n’étais pas passé par la case BlackBerry Playbook et Android 3.0 HoneyComb, la HTC Flyer serait sans doute LA tablette sous Android à avoir avec une fintion exemplaire. Mais dans l’état actuel des choses, la concurrence est très rude. Heureusement quelque part qu’Android 3.x ne propose pas encore le même nombre d’applications que sur Android 2.x parce que du coup, à peu de choses près, la surcouche Sense 3D vous propose une expérience tablette très réussi voire même meilleure qu’Android 3.x et ce, malgré un OS non optimisé pour une utilisation sur tablette. L’intégration de HTC Sense est telle qu’elle renvoie la Galaxy Tab 7 à la préhistoire en terme d’expérience utilisateur et que je préfère cette Flyer à des tablettes Honeycomb.
Attention aussi parce que la Flyer vous donne l’impression d’avoir en main une sorte de smartphone au format XXL et vous verrez, l’utilisation que vous ferez de la Flyer s’apparente plus à un smartphone qu’à une tablette, et ce, même si tout est optimisé pour une dalle de 7″.
Malheureusement, tout n’est pas rose et quelques points viennent noircir le tableau. On commence par les performances qui ne sont pas toujours au rendez-vous, surtout si vous comparez la Flyer à la concurrence qui pense déjà Vidéo HD/Full HD, Flash à gogo, équivalent desktop, etc… Certes, pour l’instant tout va bien dans un usage normal mais dès lors que les éditeurs vont se pencher sur la question du Dual Core et essayer d’en tirer tous les avantages, quel avenir pour un Single Core ? Surtout quand on sait que HTC propose déjà un smartphone Dual Core, le Sensation.
Après, vient la fausse bonne idée du stylet qui pêche, non pas par ses possibilités mais par son non-support. L’idée et l’intégration du stylet sont vraiment bonnes mais ça ne se résume pour l’instant qu’à des annotations sur une capture d’écran. Et enfin, le prix qui pourra en rebuter plus d’un, je parle hors abonnement bien évidemment.