Test

Test : Ninja Blade

Par Rédacteur Invité le

Un concurrent direct de Ninja Gaiden ce Ninja Blade ? Pas vraiment… Car ici, pas de gameplay pointilleux, mais de l’action, en veux-tu en voilà. Amateurs...

Un concurrent direct de Ninja Gaiden ce Ninja Blade ? Pas vraiment… Car ici, pas de gameplay pointilleux, mais de l’action, en veux-tu en voilà. Amateurs d’action, le soft de From Software pourrait bien vous faire de l’œil…

test_ninja_blade_02

Impossible de dire que ce Ninja Blade fait dans l’originalité. Un beat’em all au scénar’ tout ce qu’il y a de plus classique, voici en gros ce qui vous attend. Sans vous spoiler, on dira seulement que vous devrez faire face à une invasion de grosses bébêtes qui ne veulent pas que du bien à l’humanité, et qu’il vous faudra bien évidemment éliminer. C’est kitsch, bourré de clichés, mais bizarrement, ça prend plutôt bien… Le pitch mis en place, parlons maintenant du jeu en lui-même. Et de ce côté, il faut seulement quelques minutes pour s’apercevoir que les développeurs ont eu envie de proposer une sorte de pot pourri de quelques-unes des productions XXL du genre des dernières années. On citera parmi elles Devil May Cry pour ce qui est des combats grand-guignolesques (j’vous jure) ou bien encore God of War pour ce qui est du système d’évolution et des incessantes QTE (quasiment toutes les 3 secondes en fait…), ou presque. Heureusement, pour ce dernier point pourtant déjà vu et revu, c’est assez bien mené, et ça déboule le plus souvent sur des finish aussi gores que jouissifs. Et pour ne rien gâcher, les développeurs ont eu l’intelligence de vous permettre de reprendre directement là ou vous échouez, lorsque c’est le cas. Une bonne manière de vous éviter de devoir recommencer à taper encore et encore sur la même série de touche jusqu’à ce que la sauce prenne…

Pourtant, malgré ce programme alléchant sur papier, il faut bien dire que Ninja Blade traîne quelques casseroles assez gênantes. Ainsi, sachez qu’il vous faudra 8 heures grand maximum (et encore, on est sympas…) pour faire le tour de l’aventure. Car les chapitres du jeu, en plus de se calquer encore et encore sur le même schéma (je cartonne de l’ennemi pour augmenter mon XP, je me coltine un ou deux passage plate-forme, et je dézingue un boss gigantesque) se bouclent un peu trop facilement. La faute à un système d’évolution biaisé, qui permet dès le début de l’aventure de se forger un panel d’armes vraiment puissant. Trop puissant même… Et pour ne rien arranger, on ne pourra pas dire que l’I.A. brille par sa présence, puisque vos adversaires se contenteront bien souvent de tourner en rond, en attendant purement et simplement de se faire arranger le portrait par votre lame… Pourtant, malgré ces quelques fausses notes, difficile de ne pas prendre son pied. Car même si le soft demeure assez loin de ses modèles (qui a dit Gof od War ?), reste qu’il ne se passe pas une minute sans qu’on s’en prenne plein la gueule. On a jamais besoin de réfléchir, et franchement, parfois, ça fait vraiment du bien… Ah, et impossible de ne pas mentionner les costumes déblocables, tous plus ridicules les uns que les autres, et qui apportent pour le coup une touche d’humour bienvenue. Assez rare pour être souligné dans tous les cas…

Prenons ce Ninja Blade pour ce qu’il est : un beat’em all vraiment bien mis en scène, ne proposant quasiment aucun moment de répit. Dommage que l’aventure se boucle si vite, et que la progression soit parfois si frustrante. Car sinon, nous tenions là un hit en puissance.

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +

  • De l’action non-stop
  • Des boss gigantesques
  • Quelques QTE d’anthologie
  • Les –

  • Pas franchement original
  • Graphiquement perfectible par moment
  • Assez court
  • Un concurrent direct de Ninja Gaiden ce Ninja Blade ? Pas vraiment… Car ici, pas de gameplay pointilleux, mais de l’action, en veux-tu en voilà. Amateurs d’action, le soft de From Software pourrait bien vous faire de l’œil…

    test_ninja_blade_02

    Impossible de dire que ce Ninja Blade fait dans l’originalité. Un beat’em all au scénar’ tout ce qu’il y a de plus classique, voici en gros ce qui vous attend. Sans vous spoiler, on dira seulement que vous devrez faire face à une invasion de grosses bébêtes qui ne veulent pas que du bien à l’humanité, et qu’il vous faudra bien évidemment éliminer. C’est kitsch, bourré de clichés, mais bizarrement, ça prend plutôt bien… Le pitch mis en place, parlons maintenant du jeu en lui-même. Et de ce côté, il faut seulement quelques minutes pour s’apercevoir que les développeurs ont eu envie de proposer une sorte de pot pourri de quelques-unes des productions XXL du genre des dernières années. On citera parmi elles Devil May Cry pour ce qui est des combats grand-guignolesques (j’vous jure) ou bien encore God of War pour ce qui est du système d’évolution et des incessantes QTE (quasiment toutes les 3 secondes en fait…), ou presque. Heureusement, pour ce dernier point pourtant déjà vu et revu, c’est assez bien mené, et ça déboule le plus souvent sur des finish aussi gores que jouissifs. Et pour ne rien gâcher, les développeurs ont eu l’intelligence de vous permettre de reprendre directement là ou vous échouez, lorsque c’est le cas. Une bonne manière de vous éviter de devoir recommencer à taper encore et encore sur la même série de touche jusqu’à ce que la sauce prenne…

    Pourtant, malgré ce programme alléchant sur papier, il faut bien dire que Ninja Blade traîne quelques casseroles assez gênantes. Ainsi, sachez qu’il vous faudra 8 heures grand maximum (et encore, on est sympas…) pour faire le tour de l’aventure. Car les chapitres du jeu, en plus de se calquer encore et encore sur le même schéma (je cartonne de l’ennemi pour augmenter mon XP, je me coltine un ou deux passage plate-forme, et je dézingue un boss gigantesque) se bouclent un peu trop facilement. La faute à un système d’évolution biaisé, qui permet dès le début de l’aventure de se forger un panel d’armes vraiment puissant. Trop puissant même… Et pour ne rien arranger, on ne pourra pas dire que l’I.A. brille par sa présence, puisque vos adversaires se contenteront bien souvent de tourner en rond, en attendant purement et simplement de se faire arranger le portrait par votre lame… Pourtant, malgré ces quelques fausses notes, difficile de ne pas prendre son pied. Car même si le soft demeure assez loin de ses modèles (qui a dit Gof od War ?), reste qu’il ne se passe pas une minute sans qu’on s’en prenne plein la gueule. On a jamais besoin de réfléchir, et franchement, parfois, ça fait vraiment du bien… Ah, et impossible de ne pas mentionner les costumes déblocables, tous plus ridicules les uns que les autres, et qui apportent pour le coup une touche d’humour bienvenue. Assez rare pour être souligné dans tous les cas…

    Prenons ce Ninja Blade pour ce qu’il est : un beat’em all vraiment bien mis en scène, ne proposant quasiment aucun moment de répit. Dommage que l’aventure se boucle si vite, et que la progression soit parfois si frustrante. Car sinon, nous tenions là un hit en puissance.

    Le verdict ?


    Que signifie cette pastille ?

    Les +

  • De l’action non-stop
  • Des boss gigantesques
  • Quelques QTE d’anthologie
  • Les –

  • Pas franchement original
  • Graphiquement perfectible par moment
  • Assez court