Test

Test : Super Street Fighter IV 3D Edition

Par Rédacteur Invité le

Le jeu de baston 2D du moment n’a pas loupé le coche, et à réussi à s’immiscer dans le line-up de la 3DS, grâce à un Capcom hyper-réactif qui n’aura pas mis de temps à convertir son jeu fétiche au “bonheur” de la 3D. Pour autant, les versions console du jeu original ont mis la barre tellement haute que le challenge relevé ici était de taille.



Il serait vraiment hautain de ma part de vous faire patienter encore plusieurs paragraphes avant de vous rassurer. Oui, Capcom a bel et bien réussi le pari d’adapter son Super Street Fighter IV sur la bécane portable de Nintendo, et ce sans avoir eu à recourir à des rafistolages qui auraient pu l’enfermer dans la case ô combien déplaisante de l’à peu près. Ainsi, vous retrouvez avec plaisir un roster composé de pas moins de 35 personnages, accompagnés par des modes de jeu très diversifiés (on passe du mode Arcade classique au mode Défis vous permettant de maîtriser les coups spéciaux du roster, moyennant un peu de volonté, en passant par du jeu en ligne rudement bien pensé). Pour ne rien gâcher, la réalisation graphique du jeu tient étonnamment bien la route, et les graphismes affichés traduisent une finesse bluffante. Si les habitués remarqueront assez rapidement que les sprites des personnages sont moins imposants qu’à l’accoutumée, il n’en reste pas moins que le jeu, qu’il soit affiché en 2D ou en 3D, se pare d’une fluidité à toute épreuve. Pour parler de la 3D justement, même si elle n’apporte au final qu’un plus qu’il sera aisé de temporiser, on notera tout de même l’arrivée d’une nouvelle vue 3D assez agréable à l’oeil, mais tellement déconcertante une fois le round lancé qu’on aura vite fait de la laisser tomber.

Mais le plus gros apport de cette version réside en fait dans l’utilisation de l’écran tactile de la bécane, qui servira désormais à lancer automatiquement (ou presque) les coups spéciaux et Ultras de vos personnages, et ce grâce à 4 touches “virtuelles”. De quoi faire hurler les puristes, tout en rassurant les petits nouveaux qui ne se sentiront peut-être pas d’attaque pour enchaîner les combos avec des personnages réputés comme difficiles à prendre en main (essayez un peu de balancer d’entrée les Ultras d’Akuma, et on en reparlera). Pour autant, cette fonction pourra évidemment être laissée sur le bord de la route, et éviter ainsi de fausser les combats en ligne (disposant, à la manière de la version console du jeu, d’un système de points accumulés au fur et à mesure de vos victoires ains). C’est que le fight 2D est une discipline des plus sérieuses. Non mais… Enfin, impossible de ne pas évoquer la fonction Street Pass intégrée au jeu, et qui vous permettra de lancer des combats automatiquement, même votre 3DS en veille, contre les gamers que vous pourrez croiser dans la rue, dans le métro ou que sais-je encore. Comment ça marche ? Et bien, le jeu renfermant un système de collection de figurines, vous pourrez si vous le souhaitez vous façonner un roster de 5 figurines, qui viendront alors se mesurer à celles des autres joueurs rencontrés. Amusant… Reste tout de même que ce Super Street Fighter IV 3D Edition se heurte à un “handicap” si je puis dire, difficile à lui imputer certes, mais résidant dans le choix Cornélien de la croix de direction ou du stick analogique de la 3DS. Dans les deux cas de figure, un temps d’adaptation sera nécessaire, et autant vous le dire tout de suite : nombreux seront les essais infructueux ou vous tenterez de balancer une furie en pestant contre l’ergonomie de la console de Nintendo. Mais tout vient à point…

S’il ne vous fallait qu’un jeu sur 3DS à l’heure où j’écris ces lignes, ce serait bien celui ci. Sans arriver au Perfect tant recherché par ses développeurs, il arrive à aligner un nombre de bons points qui le rendent tout bonnement indispensable, aussi bien pour les cogneurs occasionnels que pour ceux qui ne jurent que par leur stick arcade.

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Une réalisation graphique au top
Peu de concessions réalisées vis-à-vis des versions consoles de salon
Un mode en ligne complet

Les –
Une vue 3D inutile

Le jeu de baston 2D du moment n’a pas loupé le coche, et à réussi à s’immiscer dans le line-up de la 3DS, grâce à un Capcom hyper-réactif qui n’aura pas mis de temps à convertir son jeu fétiche au “bonheur” de la 3D. Pour autant, les versions console du jeu original ont mis la barre tellement haute que le challenge relevé ici était de taille.



Il serait vraiment hautain de ma part de vous faire patienter encore plusieurs paragraphes avant de vous rassurer. Oui, Capcom a bel et bien réussi le pari d’adapter son Super Street Fighter IV sur la bécane portable de Nintendo, et ce sans avoir eu à recourir à des rafistolages qui auraient pu l’enfermer dans la case ô combien déplaisante de l’à peu près. Ainsi, vous retrouvez avec plaisir un roster composé de pas moins de 35 personnages, accompagnés par des modes de jeu très diversifiés (on passe du mode Arcade classique au mode Défis vous permettant de maîtriser les coups spéciaux du roster, moyennant un peu de volonté, en passant par du jeu en ligne rudement bien pensé). Pour ne rien gâcher, la réalisation graphique du jeu tient étonnamment bien la route, et les graphismes affichés traduisent une finesse bluffante. Si les habitués remarqueront assez rapidement que les sprites des personnages sont moins imposants qu’à l’accoutumée, il n’en reste pas moins que le jeu, qu’il soit affiché en 2D ou en 3D, se pare d’une fluidité à toute épreuve. Pour parler de la 3D justement, même si elle n’apporte au final qu’un plus qu’il sera aisé de temporiser, on notera tout de même l’arrivée d’une nouvelle vue 3D assez agréable à l’oeil, mais tellement déconcertante une fois le round lancé qu’on aura vite fait de la laisser tomber.

Mais le plus gros apport de cette version réside en fait dans l’utilisation de l’écran tactile de la bécane, qui servira désormais à lancer automatiquement (ou presque) les coups spéciaux et Ultras de vos personnages, et ce grâce à 4 touches “virtuelles”. De quoi faire hurler les puristes, tout en rassurant les petits nouveaux qui ne se sentiront peut-être pas d’attaque pour enchaîner les combos avec des personnages réputés comme difficiles à prendre en main (essayez un peu de balancer d’entrée les Ultras d’Akuma, et on en reparlera). Pour autant, cette fonction pourra évidemment être laissée sur le bord de la route, et éviter ainsi de fausser les combats en ligne (disposant, à la manière de la version console du jeu, d’un système de points accumulés au fur et à mesure de vos victoires ains). C’est que le fight 2D est une discipline des plus sérieuses. Non mais… Enfin, impossible de ne pas évoquer la fonction Street Pass intégrée au jeu, et qui vous permettra de lancer des combats automatiquement, même votre 3DS en veille, contre les gamers que vous pourrez croiser dans la rue, dans le métro ou que sais-je encore. Comment ça marche ? Et bien, le jeu renfermant un système de collection de figurines, vous pourrez si vous le souhaitez vous façonner un roster de 5 figurines, qui viendront alors se mesurer à celles des autres joueurs rencontrés. Amusant… Reste tout de même que ce Super Street Fighter IV 3D Edition se heurte à un “handicap” si je puis dire, difficile à lui imputer certes, mais résidant dans le choix Cornélien de la croix de direction ou du stick analogique de la 3DS. Dans les deux cas de figure, un temps d’adaptation sera nécessaire, et autant vous le dire tout de suite : nombreux seront les essais infructueux ou vous tenterez de balancer une furie en pestant contre l’ergonomie de la console de Nintendo. Mais tout vient à point…

S’il ne vous fallait qu’un jeu sur 3DS à l’heure où j’écris ces lignes, ce serait bien celui ci. Sans arriver au Perfect tant recherché par ses développeurs, il arrive à aligner un nombre de bons points qui le rendent tout bonnement indispensable, aussi bien pour les cogneurs occasionnels que pour ceux qui ne jurent que par leur stick arcade.

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Une réalisation graphique au top
Peu de concessions réalisées vis-à-vis des versions consoles de salon
Un mode en ligne complet

Les –
Une vue 3D inutile

stopwatch 7 min.
Test : Nintendo 3DS