Test

[Test] Yo-Kaï Watch : la nouvelle folie venue du Japon ?

Notre avis
7 / 10

Par Mathieu le

Trois années. C’est le temps qu’il nous aura fallu patienter pour pouvoir mettre la main sur une version française de Yo-Kai Watch, jeu devenu un phénomène au Japon. Le titre, qui se veut clairement un concurrent à Pokémon, est devenu une marque au fil du temps chez nos amis nippons, puisque désormais les jouets se vendent comme de petits pains et la série animée cartonne auprès des plus jeunes. Une série dont nous pouvons d’ores et déjà retrouver le premier épisode, en français, sur YouTube et la suite sur la chaîne Boing (et bientôt sur Gulli, si tout se passe pour le mieux).

Mais revenons à nos moutons. Le titre, édité et développé par Level-5, espère donc désormais conquérir nos coeurs français dès ce vendredi 29 avril. Mais est-ce que cela vaut réellement le coup et Yo-Kai Watch est-il le Pokémon-like de qualité qu’il se vante d’être ? On va tenter de répondre à ces questions.

maxresdefault

Fureur du chaton !

Dès les premières minutes, on se rend compte que nous sommes face à une réalisation estampillée Level-5. Le charme de Ni No Kuni, la patte d’Inazuma Eleven, on est clairement en terrain connu. Yo-Kai Watch démarre simplement, avec une superbe cinématique animée qui nous lance dans le bain. Dès les premières minutes, le concept se met en place, le gameplay, différent de ce que l’on pouvait connaitre jusqu’à présent, s’imprime sur nos mains moites et les personnages, tous attachants, se présentent face à nous dans une chronologie classique mais plaisante. C’est tout d’abord le fantôme qui vous accompagnera tout au long de votre aventure, un certain Whisper. C’est lui qui vous donnera votre première Yo-Kai Watch et vous expliquera le fonctionnement de cette dernière, répondant aux nombreuses questions qui éclatent dans votre esprit. C’est grâce à Whisper que vous pourrez partir à la chasse aux créatures invisibles que seule votre montre pas comme les autres vous permet de voir.

Yo-Kai_Watch_2

Ces personnages donc, ceux qui portent le lourd fardeau de nous faire oublier Pikachu et autres Dracofeu et Tortank, sont tous plus ou moins charismatiques. Au total, le casting se compose de plus de 220 petits monstres à attraper, ce qui reste tout de même assez conséquent. Chacun d’entre eux bénéficie de caractéristiques différentes, passant du chat nommé Jibanyan, réputé pour sa rapidité à la cigale appelée Cigaillard, plus connue pour sa force de combat. Bien évidemment, il sera question d’évolution lorsque vos Yo-Kai arriveront à un certain niveau et vous aurez la possibilité de choisir, si oui ou non, vous comptez leur offrir cette chance.

Du point de vue du joueur, les Yo-kai sont des créatures fascinantes et le character design est d’un excellent niveau, oscillant entre créations loufoques et personnages attendrissants. On se prendra d’affection pour de nombreux Yo-Kai au fil de l’aventure et il ne sera pas surprenant de voir certains joueurs préférer un compagnon plutôt qu’un autre, même plus fort, simplement par marque d’amitié. Un fait rare dans un jeu vidéo qui ne peut que nous rappeler un certain Pokémon…

Yo-Kai_Watch_3