Cela fait un peu plus de 4 semaines maintenant que je promène et utilise chaque jour la liseuse d’ebook de la Fnac, le FnacBook. J’ai pu donc faire un tour assez complet du produit, et essayer, dans la mesure du possible, de faire le tour de celui-ci. (Vous trouverez une vidéo qui illustre bien mon propos dans la suite également)

Il y a peu, vous avez pu découvrir, dans notre guide de noël, que la rédac était plutôt acquise à la cause du livre électronique. Evidemment, un ebook reader est carrément un must have pour le geek aimant lire. En France, il y a donc à présent un nouveau choix. On pouvait importer le Kindle (et son offre massivement anglophone), la toute nouvelle offre de France Loisirs et de Chapitre.com et son lecteur Oyo, et enfin, un Reader d’une autre marque, qui ne serait donc adossé à un service de vente de livres électronique.



La liseuse de la Fnac est basée sur un modèle de chez Sagem (le binder), et s’appelle donc FnacBook. Et après plusieurs semaines de pérégrination avec, je dois avouer que j’y ai trouvé ce que j’en attendais. Je m’explique…

Mon premier contact avec le produit, après une charge complète de la batterie, a été de m’attarder sur le design extérieur. Le produit est très léger, ce qui est plutôt un bon point. Bizarrement, l’aspect plastique que j’avais retenu quand je l’avais vu, de loin, en boutique, est plutôt atténué une fois en main. Les couleurs, qui sont celle de la Fnac (3 nuances de gris, le jaune et le blanc) sont plutôt douces et non agressives. Les touches (qui rappellent un peu des onglets) qui ne sont qu’au nombre de 4 répondent bien, et la forme générale est plutôt agréable.

Ensuite vient le moment du premier allumage. Au bout de 20 secondes, on arrive sur le menu. Rien de très nouveau, un lien vers son espace personnel sur le site de la Fnac, un lien vers la boutique d’ebook, une icône pour les paramètres, les signets… Et enfin, une icône pour accéder aux livres. L’écran est peu réactif, mais je m’y attendais, car après tout, on est là pour lire des livres, pas lancer Crysis ! Du coup, la partie tactile manque également de réactivité… Après une semaine d’utilisation, je dirais que si elle peut paraître handicapante au premier abord, elle ne l’est pas sur la longueur. La Fnac a fait le choix de rendre son lecteur capable de lire des ebooks issus d’autres catalogues que le sien, notamment au format ePub, soit sans DRM, soit utilisant les DRM Adobe (ce qui représente une offre assez vaste de livres).

Le marché français du livre électronique a certainement trouvé de quoi se lancer avec le FnacBook. Si la technologie du lecteur est plutôt classique (Ecran 6” siPIX 16 niveaux de gris, 2go de mémoire interne, etc.), c’est surtout certaines autres choses (grandement inspirées d’Amazon d’ailleurs) qui rendent le package intéressant. Notamment la connexion 3G (gratuite avec SFR) intégrée, qui dépend grandement de votre zone de couverture évidemment, mais sinon cela marche plutôt bien. Par contre, contrairement à la connexion 3G mondiale d’Amazon, il faudra se contenter d’un accès limité à la France métropolitaine, et cette connexion ne vous donnera accès qu’a la boutique en ligne de la Fnac. L’offre en livre est donc plutôt conséquente, avec plus de 80000 livres déjà disponibles, en français, mais aussi en anglais. Pour le moment, pas d’offre presse ou magazine (mais l’écran est certainement trop petit pour cela). Une offre Manga est par contre en approche, on vous en reparlera à ce moment-là. L’appareil est par contre compatible avec les ebooks achetés sur Numilog ou l’iBook store d’Apple. Par contre pas avec ceux vendus par Amazon… L’interopérabilité n’est donc pas encore de mise…

J’ai donc, pour mon premier livre, tapé dans la sélection des 50 ouvrages intégrés au produit. Mon choix s’est du coup porté sur « La guerre des Gaules« , par Jules César. Je sais bien que c’est particulier comme choix, mais bon, en plus des « vrais livres » que j’ai à lire, autant ajouter celui-là ! Bref, la résolution d’écran est bonne, et le texte très lisible. Je dirais juste à ce sujet que le revêtement sur l’écran aurait pu être encore un peu moins réfléchissant. Mais j’ajoute, avant que vous ne sautiez sur cette dernière phrase, que j’ai utilisé le FnacBook dans le métro, et dans le Tramway Parisien et je n’ai eu aucun souci pour lire. Que ce soit à la taille d’origine des caractères qu’en plus petit. Je trouve par contre que cela manque un peu de réglages au niveau de la police de caractères (taille, choix de la police par défaut, etc.), et du contraste. Je trouve le réglage de base satisfaisant, et de plus, je pense qu’un éventuel update de Firmware devrait corriger ce petit souci. Un mode veille est présent également, et vous permettra d’éviter les 20 secondes de lancement, si c’est vraiment trop long pour vous.

Je recommande d’ailleurs également la lecture du manuel, intelligemment incorporé dans le produit. Il vous permettra de découvrir certaines fonctions (notamment la gestion des fichiers/dossiers, l’affichage d’image, la lecture de MP3) qui ne sont pas forcément directement visibles sur le menu principal du produit. D’ailleurs, on peut supposer que les icônes pour les fonctions d’affichage d’image et la gestion des dossiers/fichiers ont été remplacées par les accès directs aux sites Fnac. Pas de soucis, l’utilisation de ces fonctions étant plutôt accessoires.

J’ai également pris le temps de faire quelques expérimentations… Premier essai, coller un PDF sur le FnacBook pour voir ce que cela donne au niveau rendu. Pas de soucis avec un assez gros PDF. Du coup, tant qu’a essayé un PDF de texte, j’ai essayé également de lire un PDF contenant un extrait de Comics (en noir et blanc pour le coup hein), et là également pas trop de soucis, mais 6″ c’est un peu court pour un format comics. Autre expérimentation, l’achat d’un livre sur le magasin Fnac directement depuis le FnacBook. J’ai pu comparer quelques prix. À titre d’exemple, je vous parlerais d’un best-seller international un peu ancien, et d’un bestseller français assez récent, et enfin, d’un livre de poche. Le premier, c’est “Le symbole perdu”, de Dan Brown. Sur le site de la Fnac : 22€, sur le FnacBook : 16,99€. Le second, c’est “La carte et le territoire”, de Michel Houellebecq. Sur le site de la Fnac : 22€, sur le FnacBook : 14,90€. Le livre de poche que j’ai choisi “Du bois pour les cercueils” de Claude Ragon, est aussi le prix du Quai des orfèvres 2011. Prix sur le site de la Fnac : 8,90€, prix sur le FnacBook : 7,49€. On peut dire que les tarifs sont intéressants sur les livres grand format, et moins sur les poches, malheureusement, c’est un peu court. La Fnac affirme qu’elle ne fixe pas les prix des ebooks, que ce sont les éditeurs qui le font, donc il faudra voir comment les tarifs évolueront dans le temps. Si vous préférez, sachez que vous pouvez aussi acheter vos livres sur le site de la Fnac, et les récupérer, depuis votre FnacBook, dans la partie « Ma Fnac« . Le téléchargement du livre via la 3G s’est avéré plutôt rapide. Bref… La vraie bonne surprise pour moi qui n’avait jamais vraiment regardé le contenu du site de la Fnac en eBooks, c’est la présence par exemple de l’intégralité des prix littéraires français en version eBook (au choix PDF et ePub), mais également de la littérature en langue anglaise. Je vous laisse faire un tour sur le site de la Fnac pour voir cela par vous-même.

Si vous êtes un lecteur assidu de livre français ou de livres traduits en français, la liseuse de la Fnac et son offre devraient vous séduire… Si vous êtes plus littérature anglaise, et bien, c’est soit le kindle, soit l’achat d’iBook anglais sur iBook Store d’Apple.