C’est une des premières choses sur laquelle Sony a communiqué pendant sa conférence de présentation de la Playstation 4 : son hardware. Elle intègre par exemple un processeur x86, et une carte graphique AMD et 8 Go de RAM, une quantité comparable à ce qu’on l’on trouve dans des configurations actuelles.

playstation4_titel1208

Les démonstrations de jeux et notamment de Killzone : Shadow Fall ont d’ailleurs prouvé qu’en terme de graphisme nous étions très proches (voire en dessous) de ce que l’on trouve dans les grosses productions PC actuelles. Comme le note très justement Pia sur le journal du Gamer qui consacre son PAL aux réactions à la conférence.

Sachant que la future de console de Sony ne sortira vraisemblablement pas avant noël prochain, le matériel de la console sera a fortiori plus daté qu’il ne l’est maintenant (cela pourrait cependant évoluer). Mais la puissance graphique ne fait pas tout. Certains jeux PS3 (Uncharted 3) ou Xbox 360 (Gears of War 3) sont tout de même magnifiques, alors qu’ils tournent sur des machines de 7 ans d’âge. La puissance et l’optimisation sont deux choses différentes.

Sony sait que son hardware devra tenir plusieurs années face aux PC qui, par la force des choses, sont évolutifs. C’est donc pour cela que le constructeur a mis l’accent sur son OS et ses activités sociales (le fameux bouton Share par exemple). De même, le streaming via Gaikai pourrait également permettre à la console de vieillir moins vite que prévu, surtout que les concurrents sont aussi de plus en plus nombreux (Xbox, Steam, Nvidia…).

Killzone-4-Shadow-Fall-PS4-02

La question est donc toute simple : La PS4 ne sera-t-elle simplement qu’un PC de moyenne gamme – pour ne pas dire au rabais – lorsqu’elle sortira ou, au contraire, l’intégration de Gaikai, des fonctionnalités sociales, du fameux « second écran », ou même simplement de Media Center suffiront-ils à justifier l’achat de cette console, et à la rendre compétitive plusieurs années ?