[Affaire Petraeus] L’ancien patron de la CIA condamné à 2 ans de prison avec sursis

Sur le web

Par Elodie le

Accusé d’avoir transmis des documents confidentiels à sa biographe et maîtresse, le général David Petraeus, ex-patron de la CIA, a été condamné à 2 ans de prison avec sursis et 100 000 dollars d’amende.

Affaire_Petraeus_ancien_patron_CIA_condamné

C’est une affaire d’adultère mêlant emails et secret d’État qui trouvent ici son épilogue. Jeudi 23 avril, David Petraeus a plaidé coupable devant un tribunal de Caroline du Nord pour avoir “retiré et détenu sans autorisation des informations classifiées” et “avoir menti au FBI et à la CIA sur la possession et la manipulation d’informations classifiées“, a indiqué la procureure Jill Westmoreland Rose dans un communiqué.

Ce plaidé coupable, sur recommandation du ministère de la Justice, lui évite ainsi un douloureux et embarrassant procès (notamment pour l’administration américaine avec la publication des documents classés) au cours duquel sa personnalité et son intimité auraient pu être décortiquées et jeté en pâture à l’opinion publique et à la presse. À l’image du procès de Chelsea Manning (ex-Bradley) condamné à 35 ans de prison. Il échappe également à une peine qui aurait pu être beaucoup plus conséquente. En effet, un procès face à un jury aurait pu lui valoir jusqu’à 8 ans de prison ferme dont 5 avec sursis avec la possibilité d’écoper de deux années supplémentaires pour obstruction à la justice et abus de responsabilité..

C’est au terme de deux ans d’enquête, en janvier 2015, que le FBI avait recommandé d’entamer des poursuites contre le général Petraeus.
En 2012, Jill Kelley informe un ami travaillant au FBI qu’elle a reçu six emails de menaces anonymes. Après enquête, le bureau fédéral d’investigation remonte jusqu’à Paula Broadwell, biographe et maîtresse du général David Petraeus, à l’origine de l’envoi des emails. Une histoire de jalousie face à une potentielle rivale…

Petraeus-obama-cia_condamnation

Après perquisition, Le FBI découvre des échanges de mails entre Paula Broadwell et le patron de la CIA et des documents classifiés. Le scandale éclate quelques jours après la réélection de Barack Obama révélant l’adultère et poussant Petraeus à la démission. Celui avait d’abord tenté de se dédouaner en arguant que les documents fournis ne portaient pas préjudice à la sécurité nationale. Pourtant les docuements découverts contiennent des noms d’agents secrets, des précisions sur la stratégie militaire des forces armées américaines et des notes de conversations entre Barack Obama et le général Petraeus.

« Aujourd’hui marque la fin d’une épreuve de deux ans et demi, conséquence des erreurs que j’ai faites », a confié David Petraeus à la sortie du tribunal selon une télévision locale.

Les avocats de Jeffrey Sterling, ex-agent de la CIA condamné en début d’année pour avoir transmis des informations classées au journaliste du New York Times, James Risen, ont déploré que leur client n’ait pas reçu une justice semblable à celle du général David Petraeus, rapporte The Intercept.

Reconnu coupable de 9 chefs d’accusation dont la divulgation non autorisée d’informations de défense nationale et d’obstruction à la justice, Sterling a été libéré sous caution en attendant l’énoncé de sa peine le 11 mai. Les procureurs ont requis une peine allant de 19 à 24 ans de prison.

Cependant, Sterling et autres lanceurs d’alerte ne comptent pas pour soutien Dianne Feinstein, qui estime que David Petraeus “a assez souffert ou encore Barack Obama, à qui le général aux 37 années de carrière dans l’armée rend encore souvent visite et dont il conseille l’équipe chargée de la sécurité nationale

Source: Source