Aux États-Unis, libraires et auteurs accusent Amazon d’abus de position dominante

Sur le web

Par Elodie le

Avec un marché du livre et des e-books monopolisé par le géant américain, libraires et auteurs étouffent. Ils accusent Amazon d’abuser de sa position dominante et se sont tournés vers le département de la Justice pour faire la lumière sur cette affaire.

libraires_auteurs_abus_position_dominante_amazon

Les procédures antitrust européennes à l’encontre des géants du web sont-elles source d’inspiration outre-Atlantique ? Dans une initiative similaire, l’Authors Guild, l’American Booksellers Association, l’Association of Authors Representatives et Authors United, regroupant libraires, auteurs et agents indépendants américains, requièrent une enquête antitrust de la part du ministère de la Justice contre Amazon, dans une lettre publiée par le New York Times.

Avec une force de frappe aussi importante, Amazon imposerait des desiderata contre lesquels auteurs et libraires n’ont que peu de marges de manœuvre : promotion de livres plutôt que d’autres, prix du livre en deçà de son coup originel ou encore lorsqu’il « bloque et freine la vente de ‘millions de livres de milliers d’auteurs’ pour obtenir de meilleurs deals », rapporte Libération.

« Amazon a utilisé sa domination de différentes façons que nous croyons préjudiciables aux intérêts des lecteurs d’Amérique, a appauvri l’industrie du livre dans son ensemble, porté atteinte aux carrières [et généré de la peur parmi] de nombreux auteurs, et entravé la libre circulation des idées dans notre société », écrit Authors United à la division antitrust du département de la Justice.

amazon_antitrust

On se rappelle la lutte sanglante entre Hachette et le mastodonte américain l’année dernière et qui s’est achevée par un accord sur les prix du livre après « des négociations tendues ».

Hachette, qui n’est pas un petit groupe indépendant, avait dû batailler sec pour faire valoir ses droits et avait subi les représailles d’Amazon : retard dans les délais de livraison des livres Hachette, stock limité, impossibilité d’effectuer des précommandes, suppression de certaines offres commerciales proposées sur les livres du groupe notamment. Les ventes du groupe ont été directement sanctionnées d’au moins 50 % et de 90 % dans certains cas, souligne Authors United.

Avec un tiers des ventes de livres sur le territoire américain et 90 % du marché des e-books, un battement de cils d’Amazon peut avoir des conséquences notables. D’autant qu’Amazon joue la carte du client avant tout en affirmant vouloir lui proposer le prix le plus concurrentiel possible.

Un argument rejeté par Douglas Preston, auteur Hachette et signataire pour Authors United dont Libération rapporte les propos : « La perturbation est une chose saine, le produit inévitable d’un monde qui change. Mais il n’y a pas un seul exemple dans l’histoire américaine de pouvoir concentré dans une seule entreprise et qui aurait sur le long terme profité aux consommateurs ».

Déjà sous le coup d’une enquête antitrust ouverte par la Commission européenne pour abus de position dominante dans la vente des livres numériques, Amazon est désormais attaqué sur son propre territoire. Et son appel du pied aux auteurs, désormais rémunérés à la page lue, n’y change rien.