Sommet Action Climat : les enjeux du sommet exceptionnel de l’ONU à New York

politique

Par Remi Lou le

Avant la COP26, prévue l’année prochaine au Royaume-Uni, les chefs d’État du monde entier se réunissent le temps d’un sommet exceptionnel à New York consacré à l’urgence climatique. Une urgence qui passe désormais avant la sécurité internationale, pour António Guterres, secrétaire général de L’ONU.

Ce lundi, les Nations Unies se réunissent à New York pour une Assemblée générale consacrée à « l’urgence climatique ». Trois jours seulement après la Marche pour le climat qui a vu défiler des millions de personnes à travers le monde, et alors que l’Amazonie est toujours en proie aux flammes, les chefs d’État se retrouvent donc afin de creuser des pistes pour lutter contre le réchauffement climatique. Pour témoigner de l’engagement des politiques, on pourra compter sur António Guterres, secrétaire général des Nations unis et ancien Premier ministre du Portugal, qui attend de cette Assemblée générale « des plans concrets et réalistes », note Les Echos

Le secrétaire général de l’ONU compte mettre la pression aux États

Les pistes mises sur la table à l’occasion de ce « sommet action climat » sont nombreuses. Mais surtout, António Guterres souhaite parvenir à un accord afin de réduire de 45% les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030. Ce serait déjà un pas en avant qui permettrait, selon les scientifiques, de limiter la hausse des températures sous les 2 degrés, voire 1,5 degré. Ensuite, vient un autre objectif à atteindre d’ici à 2050 : la neutralité carbone.

Surtout, c’est un vrai changement de point de vue pour le secrétaire général des Nations Unies dont le climat passe désormais devant la sécurité et devient la priorité absolue. Alors que les catastrophes climatiques s’enchainent, António Guterres ne cesse d’exiger de la communauté internationale qu’elle respecte les engagements de l’accord de Paris. « La paix fait face à un nouveau danger : la crise climatique. Elle menace notre sécurité et nos vies » a-t-il indiqué ce week-end, comme le note leparisien.

Reste maintenant à voir comment la communauté internationale va s’organiser pour lutter efficacement contre le dérèglement climatique, alors que nombreux Chefs d’État climatosceptiques seront présents à l’Assemblée générale de New York. Si le secrétaire général de l’ONU n’a pas de réel moyen de pression, il peut tout de même compter sur la jeunesse, fortement mobilisée sur la question et invitée à prendre part à l’action climatique depuis ce week-end.