Culture G(eek) : DC Comics 75 ans, il est temps de grandir…

culture geek

Par Pia le

Cette semaine dans le Journal du Geek, nous recevons la visite de grands livres, de grands héros, venus d’une planète lointaine. Car 2010 marque les 75 ans de création de l’éditeur américain DC Comics. On compte parmi les héros culte de la maison Batman, Superman et Wonder Woman, la sainte trinité des supers. Pour l’occasion, deux maisons d’édition publient en France deux livres gigantesques dédiés à l’éditeur américain : 75 Years of DC Comics chez les très arty éditions Taschen, et DC Comics Les Super-Héros s’affichent chez la toute jeune et très geek Huginn & Muninn (ils viennent de sortir Dark Vador, l’encyclopédie). Ces objets de désir (et de luxe, le Taschen coûte quand même 150€ !) sont bien loin de l’image réductrice des publications bon marché réservées à un public immature.

JdG_DCCommics_Title


// Un bouquin Kryptonien

La très réputée maison d’édition allemande Taschen est spécialisée dans les livres d’art. Mais sachez que son fondateur, Benedikt Taschen a débuté dans le métier avec une boutique de bandes dessinées. On s’étonne donc moins à la vue de ce très imposant livre de plus de 700 pages et 2000 images, qui retrace l’épopée de DC Comics. Écrit par son actuel président et éditeur en chef, Paul Levitz, 75 Years of DC Comics revient jusqu’aux origines de la maison d’édition avec ses toutes premières publications pour enfants et raconte la genese de ses plus grandes figures. De Detective Comics (signification de l’acronyme DC) à la Distinguée Concurrence (surnom affectueux que lui ont donné les fan en allusion à la dualité DC Comics – Marvel, l’autre grand éditeur de comics), que de chemin – et d’univers alternatifs – parcouru ! Outre les anecdotes de création de son auteur, ce monstrueux recueil se veut la bible de référence sur le sujet : chronologies, photos d’archives, biographies des figures emblématiques de son histoire…

75 Years of DC Comics, Editions Taschen, 150€, disponible novembre 2010.

// Plaisir des Yeux

Bien plus abordable, le recueil des toutes jeunes éditions parisiennes Huggin & Munnin fait découvrir l’univers DC Comics à travers cent couvertures qui ont marqué son histoire. Sur ces œuvres datant de 1935 à 2008, les super-héros classiques (toute la Justice League) cotoyent les figures de proue du label plus indé Vertigo : le culte Sandman de Neil Gaiman, mais aussi Fables (Bill Willingham, encore un anglais) ou encore les désormais bien connus du grand public Watchmen d’Alan Moore. Chaque affiche est détachable et offre en son dos une rapide description et quelques informations sur l’œuvre qu’elle présente. Les plus grands artistes ayant oeuvré pour la maison sont présents : d’Alex Ross à Bob Kane, Jack Kirby, Franck Quitely, Adam Hughes, ou encre John Romita… Bref, à encadrer ou conserver tel quel, il y en a pour tous les goûts.

DC Comics, les Super-héros s’affichent, livre poster, éditions Huggin & Munnin, environ 35€.

// Pendant ce temps, sur Infinite Earth…

Ce n’est pas à vous qu’on l’apprendra, les succès au cinéma et sur petit écran des super-héros ont permis au grand public français de découvrir cette culture. Et l’histoire d’amour entre collants de lycra et écrans en tous genres n’est pas prête de s’arrêter, en témoigne une actualité à couper le souffle. Tout le monde attend avec impatience le prochain Nolan, le troisième épisode des aventures sur grand écran du Chevalier Noir (le titre vient d’ailleurs de tomber, ce sera The Dark Knight Rises), tout comme le nouveau reboot de Superman avec Zack Snyder aux commandes (j’aurais préféré Darren Aronofsky…) sous la houlette de Christopher Nolan, toujours. Si Green Lantern sortira cet été au cinéma, Flash attend toujours son interprète (Bradley Cooper selon les dernières rumeurs). Quant à la figure féminine de l’équipe, Wonder Woman, elle espère toujours revenir sur le devant de la scène : après une multitude de projets ciné abandonnés, il se pourrait qu’elle se réincarne finalement sur le petit écran… sous la plume du créateur d’Ally McBeal ! Enfin, l’adaptation cinématographique Justice League of America, sorte de super agence fondée par les héros précédement cités et tous leurs potes déguisés est toujours en discussion. Mais les problèmes de droits et de logistiques soulevés par une réunification des plus grands laisse logiquement penser qu’il pourrait s’agir d’une association de seconds couteaux… Du côté des jeux vidéo, c’est Batman Arkham City qui ravira les fans du premier jeu à l’automne 2011 tandis que le MMORPG de Sony, DC Universe Online, se fait attendre. Bref, on n’a pas fini d’entendre parler de ces justiciers masqués.