Facture mobile en France : une baisse continue

Business

Par Moe le

“L’effet Free mobile” comme aiment à l’appeler de manière péjorative les concurrents continue de se faire ressentir sur le marché français alors que l’ARCEP, le régulateur des télécoms vient de livrer son étude sur le prix moyen des factures téléphoniques des français pour le 2ème trimestre. Ainsi, selon l’observatoire, la facture moyenne des français a […]

“L’effet Free mobile” comme aiment à l’appeler de manière péjorative les concurrents continue de se faire ressentir sur le marché français alors que l’ARCEP, le régulateur des télécoms vient de livrer son étude sur le prix moyen des factures téléphoniques des français pour le 2ème trimestre.



Ainsi, selon l’observatoire, la facture moyenne des français a diminuée de 10,9 % entre mars et juin 2012 pour venir s’établir à environ 22,3 euros HT par cartes SIM.

Si l’on prends en compte la généralisation des forfaits sous la barre symbolique des 20 euros ainsi que la généralisation des offres sans obligation d’abonnement, l’impact de l’arrivée du quatrième opérateur national est indéniable.

L’autre effet tout aussi révélateur de cette arrivée se situe au niveau de la consommation de données : en un an, le trafic de données a augmenté de 70% et l’explication est simple : le Fair use établit à 3Go par Free mobile et sur lequel les MVNO tentent de s’aligner change les habitudes de consommation d’utilisateurs auparavant peu enclins à télécharger librement.

Le nombre de SMS échangés suit également une tendance haussière puisqu’en progression de 28,8% par rapport à l’année précédente. Ce chiffre traduit ainsi les 10 milliards de textos supplémentaires envoyés par les français, de quoi conforter les opérateurs dans la pertinence de focaliser les attentes sur d’autres services devenus autrement plus cruciaux tels que le très haut débit mobile.

Quant au revenu des opérateurs mobiles dans leur ensemble, il est en baisse de 3,4 % par rapport à l’année précédente et le secteur enregistre pour le deuxième trimestre 10,5 milliards d’euros.

Il s’agit toutefois du marché de détail qui ne prends en compte ni les forfaits destinés aux administrations et très grandes entreprises ni les revenus issus de la location des installations à destination des MVNO.

Source: Source