[MAJ] Les geeks et le sexisme, un vrai problème

Par Cyril le

Un des articles du blog Genre! fait grand bruit sur la toile depuis quelques jours. Mar_Lard y décrit dans un papier très fouillé la misogynie ordinaire du milieu geek. [MAJ] Suite aux nombreuses réactions, vous serez sans doute intéressés d’apprendre que Mar_Lard sera l’invitée dUsul ce soir pour un Radio Usul qui reviendra sur son […]

Un des articles du blog Genre! fait grand bruit sur la toile depuis quelques jours. Mar_Lard y décrit dans un papier très fouillé la misogynie ordinaire du milieu geek.

[MAJ]

Suite aux nombreuses réactions, vous serez sans doute intéressés d’apprendre que Mar_Lard sera l’invitée dUsul ce soir pour un Radio Usul qui reviendra sur son article. L’émission sera diffusée en direct sur la chaîne twitch d’Usul.

Mal reçu par une grande partie de la communauté, l’article mérite pourtant que l’on s’y attarde. Il met en effet en avant un problème trop important pour pouvoir être dédaigné en raison de quelques erreurs d’argumentation.

L’article de Mar_Lard a suscité de nombreuses réactions depuis sa publication, réactions qu’il est possible de classer dans trois grandes catégories :

– Celles émanant de gens qui considèrent l’article comme un cri nécessaire, une dénonciation de l’ambiance qui règne au sein de la “communauté geek”;

– Celles qui dénoncent une accumulation de faits divers sans réelle argumentation et qui ne se privent pas d’agonir d’injures l’auteur de l’article;

– Les autres, bien trop diverses pour être rangées sous la même étiquette.

Mar_Lard se montre sans concession dans cet article, au point de se mettre à dos de nombreuses personnes qui, si elles sont d’accord avec le fond, le sont en revanche beaucoup moins quant à la forme. C’est notamment le cas de Zali, dont la critique constructive permettra peut-être à certains de voir exprimé ce qu’ils ressentent.

Pour résumer, ce qui choque le plus Zali dans l’article de Mar_Lard, c’est la dénonciation d’une communauté qui n’existe pas en tant que telle. Le mot geek est devenu si commun qu’il est impossible de définir ce qu’EST un geek (pour certains, avoir un iPhone suffit à l’être).

il y a quelques mois, vous étiez nombreux à trouver cette pub "normale"
il y a quelques mois, vous étiez nombreux à trouver cette pub “normale”

La définition est plus simple pour le gamer : c’est une personne qui joue aux jeux vidéo. Comme le prouve les nombreux exemples de l’article original, l’immaturité est un problème qui peut amener à de graves dérapages.
Pour Mar_Lard, les comportements odieux sont peut-être le fait d’une minorité, mais ils sont légitimés par l’absence de réaction de la majorité silencieuse :

Bien sûr, tous les geeks ne sont pas d’immondes machos ; bien sûr, toute cette merde est le fait d’une minorité très active (enfin, j’espère. J’avoue qu’à force de tomber sur ce genre de choses absolument tous les jours, on finit par douter.) Mais – et c’est là tout le fond du problème – il s’agit d’une minorité complètement tolérée, voire encouragée par la communauté.

Problème : il faut atteindre les 3/4 de l’article pour lire cela. Ce qui signifie que durant 3/4 du temps que vous passerez à le lire, vous aurez probablement l’impression d’avoir affaire à une sordide collection de fait divers rassemblés arbitrairement pour prouver que nous sommes tous d’horribles monstres sexistes.
S’il est facile de réagir de manière épidermique en accusant l’auteur d’avoir un point de vue totalement biaisé, il convient cependant de prendre un peu de recul pour réfléchir aux propos tenus.

experienced-sexism-gaming-chart

J’ai connu des joueurs qui refusaient de faire la moindre partie avec une fille “par principe”. J’en ai connu d’autres qui se faisaient un plaisir d’éclater une joueuse curieuse pour la dégoûter, assorti d’un “tu vois, je t’avais dit que c’était pas un truc pour toi”.

La réponse face à ce genre de comportement est simple : soit on parvient à les faire changer d’avis, soit il suffit d’arrêter de les fréquenter dans le cadre qui donne lieu à ce sexisme (voire de les fréquenter tout court, tant il est rare que leur misogynie s’arrête aux frontières du jeu vidéo).

Qui sommes-nous pour nous permettre de dire qu’une personne est apte ou non à jouer ? Les nombreuses réactions négatives engendrées par cet article prouve bien que les joueurs n’ont pas tous la conscience tranquille. Je ne peux pas affirmer n’avoir jamais fait de plaisanteries limites, mais ce n’est pas pour autant que je considère le genre de comportement décrit par Mar_Lard comme autrement qu’odieux.

Au lieu de se plaindre d’être stigmatisé, comme je l’ai beaucoup entendu depuis quelques jours, il s’agirait peut-être de prendre les choses en main afin de donner l’exemple. Si nous nous montrions intolérants à l’égard de comportements inacceptables comme celui d’Aris (où aucune des personnes présentes pour un tournoi de jeu de baston n’ose lui dire de se taire, bonjour l’ironie…), il n’y aurait pas de quoi écrire un tel article.

À vouloir se montrer élitiste, quelques joueurs pourraient bien suffire à donner une image dégradante de l’ensemble de la communauté. C’est ce qu’il nous faut éviter à tout prix, sous peine de devenir les beaufs du futur, notre souris/manette dans une main et notre canette dans l’autre.

whoareyou

stopwatch 4 min.