David Cage ne veut pas qu’on lui dicte une vision du jeu vidéo

Par Henri le

Beyond Two Souls est sorti mercredi et divise aussi bien la critique que les joueurs. David Cage, PDG de Quantic Dream, estime que personne ne devrait définir ce qu’est réellement un jeu vidéo.

David Cage
David Cage

Beyond Two Souls est une fois de plus le jeu du grand écart. Habitué à ce genre de polémique, David Cage s’est exprimé sur son travail en critiquant une industrie qu’il trouve sclérosée. Pour lui, le jeu doit absolument sortir de son carcan traditionnel, et s’affranchir des codes classiques de création, et de gameplay.

L’industrie du jeu vidéo est remplie de gens conservateurs, et c’est très frustrant. Beaucoup de personnes voudraient que les jeux restent au même stade qu’il y a 30 ans, et simplement augmenter le nombre de polygones. Personne ne devrait avoir le droit de définir ce qu’est un jeu vidéo. Personne n’a ce pouvoir.

Ellen Page, héroïne de Beyond : Two Souls
Ellen Page, héroïne de Beyond : Two Souls

Le directeur de Quantic Dream estime, de manière assez consensuelle, que tous les jeux vidéo ont leur place, et que les titres ne devraient pas être classés par genres ou catégories.

Un jeu vidéo peut-être différentes choses. Angry Bird est un jeu vidéo, Call of Duty est un jeu vidéo, World of Warcraft est un jeu vidéo. Gone Home est un jeu vidéo. Qui peut dire “tu es un jeu vidéo”, “tu n’es pas un jeu vidéo”, “tu n’appartiens pas à cette famille”. Non. Ouvrons ce média à tous ceux qui ont des idées différentes et c’est très bien de voir des gens faire des jeux où le tir n’est pas le principal intérêt.

Nous verrons si les ambitions de monsieur Cage sauront se concrétiser dans notre test de Beyond : Two Souls, disponible ce soir.

stopwatch 2 min.