[Hacker vaillant] Dans « un an ou deux », il sera déjà possible d’émuler la PS4 et la Xbox One

Par Corentin le

D’après l’un d’entre eux, si des hackers le souhaitent, il sera techniquement possible d’émuler la Xbox One et la PS4 sur PC d’ici un à deux ans.

Iso Xbox One PS4

À chaque génération de console, la course à l’émulation est lancée par des hackers. Jusqu’à la génération PS2, GameCube/Wii, il n’y a pas eu de réels problèmes à trouver des moyens d’émuler ces consoles sur d’autres systèmes. Cependant, l’émulation a connu un coup d’arrêt sur la génération PS3/Xbox 360. L’optimisation de ces consoles demandait théoriquement d’avoir un PC quatre fois plus puissant pour obtenir le résultat escompté.

Peu de personnes se sont lancées dans l’aventure de tenter une émulation de la Xbox 360, mais Ben Vanik en fait partie. L’émulateur s’appelle Xenia et seul le code source du soft est disponible. On ne peut pas dire que le logiciel soit fonctionnel, mais il arrive malgré tout à afficher les logos des jeux qu’il essaye de faire tourner. Mais étant donné les différences d’architectures qui existent entre un PC classique et une Xbox 360, c’est déjà beau.

Le site Slashdot a interrogé Ben Vanik sur les chances dans le futur de voir débarquer des émulateurs pour PS4/Xbox One.

Il sera plus facile de créer un émulateur PS4 ou Xbox One en un an ou deux, que de créer un émulateur PS3 ou Xbox 360 convainquant avec tout le temps du monde.

Ce n’est pas si étonnant que ça. L’explication a même été donnée plusieurs fois pendant les conférences respectives des deux nouvelles consoles : elles possèdent des architectures proches des PC.

Les nouvelles consoles utilisent toutes deux des processeurs AMD x86 et des cartes graphiques AMD Radeon. Soit des composants que l’on retrouve dans de nombreux ordinateurs aujourd’hui, et même si on trouve davantage de processeurs Intel dans les configurations actuelles, ils restent malgré tout sous architecture x86. En fait, il existe déjà des moyens « d’émuler » du hardware sur ces architectures sans avoir besoin d’une puissance incroyable.

Cependant, l’obstacle le plus important ne viendra pas du hardware. Ben Valik craint que les mesures prises par Sony, Microsoft et Nintendo empêchent les hackers de faire du homebrew (NDR: des applications faites maison et qui ne sont pas prévues par le constructeur) ce qui est une des étapes naturelles vers l’émulation.

Ma principale crainte vient peut-être du fait que Sony et Microsoft sont devenus très bons pour empêcher le Homebrew

[…]

À chaque fois qu’une nouvelle Game Boy ou Nintendo DS est sortie, elle a été hackée presque immédiatement. Cette fois-ci [avec la 3DS], ça ne se passe pas comme ça. Elle est sur le marché depuis une éternité maintenant, et personne n’est encore entré dans le système. Du coup, je suis un peu inquiet quant au fait que les constructeurs soient de plus en plus efficaces pour nous empêcher nous, honnêtes consommateurs, de faire ce qu’on veut avec ce matériel.

Le terme « honnête consommateur » peut sembler étrange quand on parle d’émulation, mais en réalité, on peut voir les créateurs d’émulateurs et de homebrew comme Ben Valik comme étant des grey hat. Il se défend d’ailleurs de toute notion de contrefaçon de logiciel ou de jeux, mais il prône la possibilité de jouir du jeu qu’il a payé sur tous les supports.

Je ne suis pas fan de piratage. Je ne suis pas fan du fait de voler des choses et des logiciels. Mais en tant que consommateur, si je possède une version de Super Mario World, je veux pouvoir y jouer sur une machine capable de le faire fonctionner que je possède. Je devrais être autorisé à le faire.

Un logiciel d’émulation dynamique et fiable est également lié à une communauté vivante, qui communique et qui s’entraide. C’est pour cela que Dolphin, logiciel capable d’émuler de la GameCube et de la Wii, a pu se développer de manière efficace. Il était de surcroît soutenu par une large communauté d’homebrewers.

Ainsi, si c’est techniquement possible, il faudra qu’une large communauté de hackers mette en commun leurs compétences et décide de se lancer dans l’ouverture de la Xbox One et de la PS4 pour qu’un jour, on puisse espérer jouer à Killzone ou à Ryse sur PC. Après avoir payé sa copie. Bien entendu.

> On vous recommande la lecture de l’article original sur Slashdot (anglais)

stopwatch 3 min.