En 1964, Isaac Asimov imaginait 2014

culture geek

Par Elodie le

1964. Exposition Universelle. New York. Consacrée à « La paix par la compréhension » (Peace Through Understanding) et imaginant un monde post nucléaire débarrassé de la bombe thermonucléaire, l’exposition fait place à la science et la technologie. Isaac Asimov, célèbre auteur de science-fiction, repart de l’exposition des idées plein la tête et publie un essai dans le New York Times de ce qu’il imagine être l’Exposition Universelle en 2014 et donc, le monde d’après.

Asimov_robot_2014

À cette époque, les visiteurs – qui ont pu venir grâce à un métro flambant neuf – restent émerveillés par les nouveautés et prototypes exposés alors : téléphone à touche dont chacune émet un son différent, « visiophones » permettant de voir et d’entendre son interlocuteur à l’autre bout du fil. Chacun s’imagine alors ce que sera le monde de demain, et quand l’imagination entre en jeu, le champ des possibles est infini.

Isaac Asimov, auteur de science-fiction, d’ouvrages de vulgarisation scientifique mais également de romans sur la robotique, était un visionnaire, son essai pour le NYT le prouve, même s’il s’est également laissé emporter par son imagination (ou surestimé les avancées humaines, technologiques et scientifiques).

Ainsi, l’inventeur des trois lois de la robotique prévoyait l’avènement de robots et objets connectés dans notre vie quotidienne. Il voit des « maisons en périphérie des villes, avec variateurs de température, air filtré, et contrôle de la lumière […] libérées ainsi des vicissitudes de la météo ». Bonjour climatisation.

« Les cuisines seront conçues de manière à préparer des « auto-repas », chauffant l’eau et la transformant en café [What else ?, ndlr; grillant le pain et le bacon ; cuisant, pochant ou brouillant des œufs, etc. ». Mieux encore, « des repas et dîners entiers, avec des aliments semi-préparés, seront conservés au congélateur jusqu’au moment de leur préparation ».

Concernant les robots, ils « ne seront ni courants ni très élaborés mais ils existeront », contrairement aux ordinateurs qui seront « beaucoup plus miniaturisés » et serviront de « cerveaux » aux robots mais également aux voitures qui pourront « être configuréees pour une destination particulière et s’y rendront sans l’interférence des lents réflexes d’un conducteur humain ». Les futures Google cars ?

Google car-Asimov
Le 25 September 2012 à Mountain View, Californie.

Il prédit notamment, l’arrivée des organes artificiels avec « l’utilisation croissante des appareils mécaniques pour remplacer les cœurs et les reins défaillants ».

En matière de communication, elles se feront par « visioconférence » grâce à un écran permettant de voir et d’entendre la personne à l’autre bout du fil (et réciproquement) mais également « d’accéder à des documents, de voir des photographies ou de lire des passages de livres ». Quid de Skype, Kindle, iPad et autres tablettes et écran connecté ? L’auteur prévoyait également que « d’ici à 2014 les panneaux électroluminescents [seraient] communément utilisés« .

Par ailleurs, « une constellation de satellites rendra possible les appels directs vers n’importe quel point de la Terre » et même sur la Lune. Asimov prévoit que « converser avec la Lune sera simple mais inconfortable à cause des 2,5 secondes de délai entre les questions et les réponses ». C’est le délai nécessaire pour que la lumière fasse l’aller-retour nous explique-t-il. CQFD. Pour Mars, ce sera donc 3,5 minutes, même au plus près de la Planète Bleue. Malgré le fait qu’il anticipe l’existence de « colonies sélènes (sur la Lune) », il concède qu’en 2014 « seules des sondes téléguidées [se] seront posées » sur Mars « mais une expédition habitée sera en préparation » : 1058 personnes sont prêtes à quitter la terre pour l’expédition Mars One prévue pour 2025.

total-recall-planète rouge

Pour Asimov, la démographie sera l’un des enjeux du futur, avec une population mondiale de 6,5 milliards de personnes (estimée à 7 milliards en 2011 par les Nations Unies), engendrant une « propagande mondiale en faveur du contrôle de la natalité par des méthodes rationnelles et humaines ».

Il prédit notamment une fracture technologique engendrée par la croissance démographique :

Seule une partie de la population mondiale profitera pleinement de ce monde gadgétisé. L’autre, plus grande encore qu’aujourd’hui en sera privée et, en attendant de pouvoir accéder à ce qui se fait de mieux matériellement parlant, sera en retard comparée aux parties du monde les plus développées. Ils auront même régressé 

Là, où Isaac Asimov a eu moins de flair c’est lorsqu’il imagine des appareils sans aucun câble électrique pour 2014 mais « alimentés par des batteries longue durée à énergie nucléaire (radiosotope) » produit par des centrales nucléaires (à fission) qui « fourniront plus de la moitié des besoins énergétiques de l’humanité » tandis que de « grandes centrales d’énergie solaire seront aussi en fonction dans plusieurs zones désertiques ».

Dans le domaine des transports, il imagine un monde où « les transports terrestres seront de plus en plus aériens » et où les piétons se déplaceront sur des « trottoirs mobiles surélevés ».

ville-futur-5-element-asimov

Pour lui, la pression démographique aura eu pour effet la création de « logement sous-marin » qui « encouragera sans aucun doute une meilleure exploitation des ressources maritimes, nutritives et minérales », l’Exposition Universelle 2014 présentera alors des « villes de fonds marins ».

Il conclut avec une vision somme toute pessimiste mais quelque peu réaliste. Pour Asimov, « la situation empirera du fait des progrès de l’automatisation ». Le monde des machines aura pris la place sur le travail des hommes où seuls quelques emplois subsisteront. En 2014 « l’humanité leur sera asservie ». Prévoyant que

L’humanité souffrira sévèrement d’ennui […] cela aura de sérieuses conséquences aux niveaux mental, émotionnel et social. La psychiatrie sera de loin la spécialité médicale la plus importante en 2014. Les rares chanceux qui auront un travail créatif seront la vraie élite de l’humanité, car eux seuls feront plus que servir une machine

139421

Il vous présente ainsi ses vœux pour 2014 :

L’hypothèse la plus sombre que je puisse faire pour 2014 est que dans une société de loisirs forcés, le mot travail sera le plus valorisé du vocabulaire !

Source: Source