DARPA : des implants cérébraux pour traiter les troubles mentaux

Science

Par Auré le

La DARPA aurait récemment lancé un nouveau programme de recherches concernant le développement de puces permettant de contrôler les émotions des individus souffrant de troubles psychiatriques....

La DARPA aurait récemment lancé un nouveau programme de recherches concernant le développement de puces permettant de contrôler les émotions des individus souffrant de troubles psychiatriques. Implantées dans le cerveau du patient, l’armée américaine espère ainsi venir en aide à ses vétérans atteints de stress post-traumatiques pour lesquels les médicaments et la psychothérapie n’auraient que peu d’effets.

En effet, nombreux seraient les soldats de retour d’Irak ou d’Afghanistan en proie à la dépression, à l’anxiété …etc.

Intégrant le programme de recherche “Brain Initiative” lancé par le président Barack Obama, les travaux devraient être menés par des chercheurs de l’Université de Californie à San Francisco ainsi que par les équipes du Massachussetts General Hospital. Ces implants que l’on estime prêt pour des essais cliniques d’ici 5 ans devraient être en mesure d’enregistrer l’activité neuronale pour cibler certaines zones du cerveau et ainsi modifier sa physiologie grâce à l’envoi de stimulations électriques. Il s’agirait donc là de puces agissant sur la plasticité neuronale.

Si de prime abord, cela semble plutôt effrayant, les équipes de développement tiennent à préciser que les résultats de leurs recherches pourraient également être bénéfique à toute la société en permettant par exemple d’en apprendre plus sur certaines maladies mentales, ou tout simplement en aidant à traiter l’un des maux les plus répandus de notre siècle : la dépression.

« La DARPA recherche des manières de caractériser quelles régions entrent en jeu dans différentes conditions en les mesurant à partir du réseau du cerveau jusqu’au niveau le plus bas : le neurone – et développe des dispositifs thérapeutiques capablent d’enregistrer l’activité, de fournir une stimulation ciblée, et avant tout, d’ajuster automatiquement la thérapie pendant que le cerveau lui-même évolue », précise Justin Sanchez, l’un des gérants des programmes de la DARPA.

brain-implant

source 2

Source: Source