Les 9 premières métropoles labellisées #FrenchTech

culture geek

Par Elodie le

Axelle Lemaire, secrétaire d’État au numérique, a annoncé le nom des 9 premières villes a avoir obtenu leur label French tech.

french_tech_9_villes_label

Initiée par Fleur Pellerin qui en avait fait son cheval de bataille et sa vitrine à l’international, la French tech est désormais bien lancée puisque 9 villes portent désormais son label.
Mercredi 12 novembre, c’est Axelle Lemaire qui a énoncé la liste de ces métropoles numériques dans le journal Le Monde.
Ainsi, sur 15 dossiers (Nice-Sophia Antipolis, Saint-Etienne, Nancy-Metz, Toulon, Brest et Rouen n’ont pas été retenu), « nous avons décidé d’attribuer le label à neuf candidats : French Tech Aix-Marseille, Bordeaux Métropole numérique, Digital Grenoble, Lille is French Tech, Lyon French Tech, Nantes Tech, Montpellier Métropole numérique, La French Tech Rennes, French Tech Toulouse ».

L’objectif est de « valoriser les écosystèmes existants afin d’impulser un mouvement local, mais aussi de les fédérer pour créer un réseau national ». « Ce que nous voulons faire c’est valoriser l’ensemble des écosystèmes, Paris inclus, afin que les investisseurs internationaux voient la France comme une nation innovante, un acteur incontournable du numérique, qui dispose d’un écosystème vibrant et dynamique ».

Ces 9 villes ont donc satisfait aux exigences énoncées dans le cahier des charges lors de leur candidature :

– un écosystème entrepreneurial numérique existant parmi les plus remarquables en France ;
– une stratégie ambitieuse de développement de cet écosystème ;
– des acteurs du territoire mobilisés et fédérées autour de cette stratégie ;
– des programmes opérationnels aux services de la croissance et de la visibilité des startups et des entreprises de croissance du territoire ;
– des espaces identifiés et des infrastructures favorables au développement de ces entreprises.

Pour autant elles ne devront pas se reposer sur leurs lauriers puisqu’un second audit est prévu pour 2015 avant l’attribution du label French Tech pour trois ans.

Axelle Lemaire espère ainsi faire de ces villes des « poches d’innovations » qui bénéficieront à l’économie locale : « Quand les start-up s’installent localement, cela crée une poche d’innovation qui a un impact sur tout le reste de l’économie locale ». Mais surtout en faire des acteurs incontournables de la scène tech française et internationale :

Nous voulons valoriser les start-up. Jusqu’ici, ces jeunes entreprises à forte croissance n’entraient pas dans les catégories traditionnelles des interlocuteurs de l’administration. Or les entrepreneurs sont souvent trop petits ou trop seuls pour peser. Faire partie d’un écosystème facilite l’accès au financement, à la commande publique et privée, qui permettent de faire croître leur start-up. Or on sait que 68 % des emplois créés tous les ans le sont par 8 % seulement des entreprises.

Source: Source