[#OpISIS] Les attaques d’Anonymous contre l’ISIS se poursuivent

culture geek

Par Elodie le

Un peu plus d’un mois après le début des attentats de Paris, Anonymous ne relâchent pas la pression sur l’ISIS (Islamic State of Iraq and Syria ou État islamique) et continue de les prendre dans sa toile.

OpISIS_anonymous

C’est par un communiqué publié sur Pastebin lundi 9 février qu’Anonymous annonce la poursuite de ses attaques contre l’État islamique et sa propagande sur les réseaux sociaux, avec l’#OpISIS.

Sur le ton de l’avertissement, ils préviennent l’État islamique : « Nous allons vous chasser, abattre tes sites, comptes, emails, et vous exposer… A partir de maintenant, aucun n’est sûr pour vous en ligne… Vous serez traité comme un virus, et nous sommes le remède. Internet est à nous ».

Et d’égrainer leur tableau de chasse sous forme de liste de comptes Twitter mis hors ligne par le mouvement, 89 au total, mais aussi de comptes Facebook suspectés d’avoir des liens avec des terroristes de l’ISIS en Syrie et en Irak dont il serait bien « de garder un œil sur eux », une douzaine.

Suite à l’attentat ayant frappé la rédaction de Charlie Hebdo, Anonymous avait annoncé l’#OpCharlieHebdo comme représailles et promis une « réaction massive et frontale ». Plusieurs attaques s’en étaient suivies, notamment contre les « ennemis de la liberté d’expression » au Sénégal, d’un côté, comme de l’autre.

Un hacktivisme vite dénoncé par les autorités qui craignent que ces attaques soient plus contre-productives qu’autre chose et ne freinent leurs recherches, même si certains membres du mouvement s’en défendent. Lors d’une vague d’attaques contre plusieurs sites français au mois de janvier, Anonymous s’était même lancé dans une campagne de prévention en avertissant de multiples sites français des failles constatées sur leur site suite à leurs investigations et expliquait la marche à suivre pour mieux se protéger et éviter qu’un message de propagande ne vienne orner leur page d’accueil.

Dans ce dernier communiqué, Anonymous tient à rappeler que ces terroristes de l’État islamique « ne sont pas des musulmans » et souhaite « clarifier quelques petites choses » :

Nous sommes : musulmans, chrétiens, juifs…
Nous sommes des pirates, crackers, hacktivistes, phishers, agents, espions, ou juste le gars d’à côté. […] Nous sommes jeunes ou vieux, gays ou hétéros. Nous venons de toutes les races, tous les pays, toutes les religions et ethnies. Uni comme un, divisé par zéro.